Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Vie de l’association > Vie des régions > Bretagne > La 4ACG à Primelin, le 11 novembre 2019

La 4ACG à Primelin, le 11 novembre 2019

dimanche 17 novembre 2019, par Anne Doussin , Yves Boucher

Version imprimable de cet article Version imprimable

Monument aux morts de Primelin

Comme chaque année, des adhérents de la 4acg étaient présents pour une cérémonie de commémoration, auprès de ce monument bien connu. Monument à Primelin. Les monuments aux morts

Voici le texte d’Yves Boucher, correspondant 4acg de la région Bretagne :

L’association 4ACG (Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis contre la guerre) a rejoint il y a 6 ans, la Libre Pensée dans sa lutte pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple de la guerre 1914-1918. Ces hommes avaient été condamnés de façon ignoble, infamante, puisque la flétrissure de leur condamnation perdure encore aujourd’hui, du moins aux yeux de certains, dont nos responsables politiques actuels.
Ils sont morts parce qu’ils refusaient de se faire tuer. Ils ont dit non à la mort, ils voulaient vivre, on les a abattus.
Nous, membres de la 4ACG avons été impliqués, indépendamment de notre volonté, en tant qu’appelés, dans la guerre que menait le peuple algérien pour se libérer de l’oppression coloniale de la France. Nous étions jeunes, dociles, emportés par un engrenage historico-culturel. Sur les plus de 2 millions d’hommes appelés à effectuer leur service militaire, en Algérie, pour certains une partie, pour beaucoup la totalité, très peu ont résisté (10 000 environ réfractaires, insoumis, déserteurs). Les autres, l’armée les a fait passer à la moulinette du conditionnement militaire. En Algérie, dans une guerre qui ne disait pas son nom, sous le couvercle du maintien de l’ordre, de la pacification, ils ont fait ce que l’armée leur commandait, là où ils étaient.
Nous savons tous, pour l’avoir vécue ou par ce qu’on peut en voir et en apprendre par les médias où nous mène la guerre : destructions matérielles, et encore plus profondes destructions, déshumanisation des enfants, des femmes et des hommes qui la subissent, mais également de ceux qui la font.
Contre la guerre, comme dans l’appellation de notre association, une arme imparable : la Paix. Il faut que nous aidions la jeunesse à s’équiper pour, pour bâtir la Paix. La Paix est une construction fragile, jamais acquise. Pour s’y préparer, s’y engager, il faut rencontrer les autres, réaliser des actions communes, là où l’on vit, ou aux quatre coins du monde. Il faut apprendre à se connaître, se respecter, dans nos différences ethniques, culturelles, et appartenances diverses.
On connait d’expérience la compétence de l’armée pour encadrer, former, formater les jeunes qui lui sont confiés. Pourquoi ne fait-on pas davantage la promotion du Service Civil ?
À la 4ACG, nous avons une autre vision de ce qu’il convient de réaliser pour et avec les jeunes, faire le maximum pour qu’ils se rencontrent, se respectent, s’estiment, construire la paix ; et également, toutes générations confondues, construire des ponts avec l’Algérie et des liens d’amitié et de solidarité avec le peuple algérien…
La 4ACG a rejoint le collectif regroupant plusieurs dizaines d’associations, de mouvements et d’organisations diverses pour s’opposer collectivement au SNU (Service National Universel) que teste actuellement le gouvernement. Ce SNU, dans un proche avenir, concernera obligatoirement tous les jeunes français, filles et garçons. Mais que peut-on attendre, sinon craindre de ce projet concernant la jeunesse dont l’encadrement repose sur des militaires, sur l’armée ?
Comme le dit notre présidente honoraire, Madame de la Bollardière, l’épouse du général qui a dit non à la torture pendant la guerre d’Algérie – prise de position qu’il paya cher -, nous avons le droit, le devoir d’apprendre à la jeunesse à refuser des engagements, des actes qui font perdre à l’Homme son humanité.
A l’embrigadement de la jeunesse par l’armée, dans le cadre d’un SNU, tel qu’engagé actuellement, il faut dire : Non.

Yves Boucher

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.