Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Projets que nous finançons > Archives des projets que nous finançons > Projets 2012 > Un centre qui développe les relations sociales dans ce quartier

« L’espace culture » créé par « SOS Bab-El-Oued »

Un centre qui développe les relations sociales dans ce quartier

vendredi 5 avril 2013, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’association algérienne « SOS Bab El Oued » (Alger) nous communique un rapport assez complet sur son histoire et son projet « Espace Culture », centre multidisciplinaire dédié notamment à la jeunesse. En voici un résumé.

Cette association a été créée en 1995 « en hommage à tous ceux qui ont été assassinés par la horde intégriste, parce qu’ils étaient écrivains, penseurs, journalistes, artistes ou tout simplement parce qu’ils ont rejetés le fanatisme islamiste ». Dans son but d’aider la jeunesse à « réapprendre à vivre », elle a démarré ses activité en organisant « un réseau d’acteurs, d’actions, et d’échanges culturels », et en aménageant un petit espace de rencontre à Bab El Oued. Dans ce quartier populaire d’Alger, dense (100 000 habitants), « défavorisé, marginalisé, vivent de plus en plus de jeunes, exclus d’accès à la culture et aux loisirs, à la fois par pauvreté et par absence de structures publiques spécialisées … L’exil parait souvent le seul espoir d’échapper à cette marginalisation ».

Aujourd’hui, la situation est décrite en ces termes : « Les séquelles de l’affrontement avec le terrorisme intégriste ne sont pas encore totalement résorbées. Le vivre ensemble gagne du terrain, mais l’idéologie de l’intolérance est toujours là, encouragée par l’irresponsabilité des pouvoirs publics. La pression permanente exercée par les milieux conservateurs, hostiles au changement, rend notre travail difficile ». A ce contexte, s’ajoutent les autres fléaux sociaux que sont la drogue, la violence, la délinquance.

Actuellement, l’espace animé par SOS Bab El Oued procure aux enfants et aux jeunes, des outils qui leur permettent, « par une meilleure compréhension du monde qui les entoure » de s’intégrer à la société. Aussi, des activités diversifiées, artistiques, culturelles ou sociales, leur sont-elles proposées et si celles-ci « accroissent leurs capacités, les échanges restent un vecteur essentiel pour aider ces jeunes à mieux se connaître, à gagner leur propre estime et celle des autres, à devenir acteurs de leur vie …. C’est ainsi que paradoxalement les jeunes de l’association ont permis aux jeunes d’Aubervilliers, à travers une expérience de cinq années d’échanges autour du cinéma, de la musique et du théâtre, de revisiter leur rapport à la religion. Ils ont ainsi découvert que des jeunes vivant en Algérie pouvaient avoir un rapport à l’Islam plus serein et plus moderne après avoir fait l’expérience de l’intégrisme, révélant ainsi les retards accumulés dans la conscience religieuse des jeunes immigrés »

Le public ciblé par l’association se répartit ainsi :

  • 200 enfants scolarisés faisant partie des familles défavorisées du quartier
  • 200 jeunes, étudiants pour la plupart
  • 100 adultes bénéficiant des formations proposées.
  • Les parents des enfants et des jeunes qui fréquentent l’espace.

Les activités sont diversifiées et tentent de pallier les carences culturelles et sociales du milieu.

  • Enseignement des langues étrangères – français - anglais
  • Soutien scolaire aux enfants et adolescents
  • Initiation et perfectionnement en informatique
  • Ateliers artistiques – dessin, peinture, musique (rock, chaabi/andalou), théâtre, ciné-club,
  • Techniques de l’audio-visuel – initiation, réalisation
  • Stratégie de communication
  • Sensibilisation à la citoyenneté
  • Partenariat avec associations nationales et internationales (échanges de jeunes)
  • Découverte du patrimoine national.

En 2012, la 4ACG a alloué à l’association un financement de 4000 €, qui ont permis l’achat de 5 microordinateurs, 2 micros portables, ainsi que la connexion internet.

Les jeunes ont particulièrement apprécié ce geste : « Nous ne vous remercierons jamais assez de nous avoir aidés ». A noter que parmi les animations de recherche informatique qu’a favorisées notre don, un nouvel atelier d’histoire a été créé, afin de préparer avec l’aide d’un Anglais, résidant à Alger, un doctorat sur l’histoire de l’Algérie.

L’association souhaite que nous participions, à nouveau, aux financements qui lui sont indispensables pour consolider ses activités, si déterminantes pour l’insertion et l’avenir de la jeunesse de ce quartier.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.