Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Projets que nous finançons > Archives des projets que nous finançons > Projets 2008 > Soutien au renouveau d’un village de petite Kabylie (Tazla)

Soutien au renouveau d’un village de petite Kabylie (Tazla)

mercredi 19 novembre 2008, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’AAACG, qui est très impliquée dans ce projet, a confié à l’association Bede le contrôle de l’utilisation du financement accordé en 2006, 2007 et 2008 (64.000 € au total).

Résumé du Rapport de mission de Nordine Boulahouat dans les Bibans, du 11 juillet au 3 août 2008.

L’activité de l’association locale ayant considérablement grossie et les démarches administratives étant complexes, il faut intégrer de nouvelles compétences à l’équipe active et procéder à une nouvelle répartition des taches plus adaptée aux capacités de chacun

Bilan de la mise en œuvre du programme.

Nouvelles plantations et nouveaux jardins.

Grâce à l’installation du réseau d’irrigation souterraine , des jardins plu ou moins abandonnés ont été repris . La plantation ou le greffage de près de 2000 arbres fruitiers de variétés locales ( figuiers, grenadiers, oliviers ) et de 600 arbustes (raisins de table surtout) a été réalisée .

Gestion des ordures ménagères.

L’association entendait mettre un terme aux décharges sauvages qui défigurait et polluaient le village . Grâce à l’initiative de Nicole Cuq, qui avait recueilli des fonds auprès d’associations d’Albi, le tri sélectif dans les foyers a été financé et réalisé au cours de cette mission par la mise en place :

— d’un stage de sensibilisation des enfants à ces problèmes .

— d’une distribution par les enfants de 3 poubelles de couleur différente à chaque famille . Ceux ci ont expliqué les règles de tri aux mamans .

— De la mise en place de containers mobiles en différents points du village .

— de la construction de 3 dépôts en dur pour le stockage avant enlèvement .

— d’une journée de volontariat pour éliminer et nettoyer les décharges sauvages .

Une modeste taxe sur les ordures ménagères a été accepté par la population.

Les autorités locales invitées sont venues pour l’inauguration . Sensibilisées par le dynamisme des villageois elles ont financé le cimentage des ruelles du village.

La caisse villageoise solidaire est en place et peut accorder des micro-crédits

La boutique solidaire a été construite et financée , par contre le fond de roulement est un prêt de la caisse villageoise au gérant. Elle fonctionne plutôt bien

Le micro-bus scolaire L’absence d’école était un frein au retour de familles ayant des enfants à scolariser. Depuis le financement du bus de 15 places , six familles sont revenues au village .

La construction du local de l’association locale est terminée.

La production de céréales sur des terres abandonnées , louées à des migrants et initiées par un courageux a été concluante. Il compte la développer et entamer la 2° phase de son projet : transformer son blé en pâtes fraiches.

Les installations effectuées à Tiniri fonctionnent toutes correctement ( protection contre les sangliers, irrigation souterraine. Le taux de reprise de la vigne de table plantée en février, avoisine les 100% et son irrigation souterraine commencée, sera poursuivi par la famille Belaid.

L’association Ikoulaf de Belayel n’a pas encore mis en place son projet de conditionnement de poivron moulu. le complément financier à l’allocation de 6000 € de 4ACG n’a pas été trouvé. De nouveaux devis ont été relancés.

L’association des figuiculteurs de Beni Haouche essaie de promouvoir la culture du figuier sur un terroir ou subsiste encore des savoirs faire.

Une étudiante en économie du développement de l’université de Paris fait un stage au village avec pour objectif :

- évaluer l’adhésion des femmes au projet de village jusque là formulé par des hommes et identifier d’éventuels projets individuels féminins ( tissage etc.. )

- étudier le dispositif Algérien des « plans de proximité de développement rural intégrés » et estimer ce que le village peut en attendre.

D’autres projets sont à mettre ou remettre en œuvre

- La relance de l’élevage

- La création :

- d’une huilerie ( valoriser les olives )

- d’un atelier de fromage de chèvre

- d’une pépinière de Montagne

- L’engraissement d’agneaux pour la vente

- L’apiculture et service aux apiculteurs

Les porteurs de projets ont du mal a faire face aux démarches complexes pour leur mise en place. Le retour au village d’éléments compétents, laisse espérer des progrès dans la gestion de ces problèmes.

Liens avec la communauté émigrée en France.

Grâce au dynamisme de Hocine natif du village, vivant à Paris, un rapprochement avec la communauté émigrée en France se construit pour participer au renouveau. Il s’agit de revitaliser les liens au sein d’une communauté que les aléas de l’histoire a éclatée.

C’est un projet d’intégration sociale qui complète bien notre projet.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.