Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Projets que nous finançons > Archives des projets que nous finançons > Projets 2008 > PALESTINE : LE CENTRE CULTUREL DE MASSARAH, UN LIEU EDUCATIF ET (...)

Notre ami Jacques Schweizer revient de Palestine…

PALESTINE : LE CENTRE CULTUREL DE MASSARAH, UN LIEU EDUCATIF ET MILITANT.

lundi 2 février 2009, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable
Le Centre Culturel Al Shmoh de Massarah accueille des enfants, des adolescents et des femmes, en leur offrant diverses activités éducatives. Il mène également avec la population des actions non-violentes pour protester contre la construction du Mur de séparation….

- Jacques Schweizer, vous faites le lien entre le Centre Al Shmoh et la 4acg. Pouvez-vous nous parler de votre visite ?

- J’ai avant tout pu constater le dynamisme et l’enthousiasme des animateurs du Centre, et l’utilisation qu’ils ont faite de notre participation financière. Elle leur a permis en effet d’acquérir un ordinateur portable, un vidéo-projecteur, un amplificateur, et deux hauts-parleurs

J’ai pu ainsi assister à la projection du film Les Enfants d’Arna, en compagnie d’une cinquantaine de personnes, lors d’une manifestation contre l’édification du Mur. Plus largement, des projections de films pédagogiques, récréatifs ou militants ont lieu dorénavant aussi bien en salles que lors de rassemblements dans les villages.

- Le Centre a-t-il d’autres activités ?

- Bien sûr. Une halte garderie-ludothèque accueille tous les matins une vingtaine d’enfants. Les adolescents et les femmes se voient proposer des cours de langue française et d’informatique, tandis qu’un réel travail d’éducation populaire est mené en liaison avec le lycée, le Centre médical, et l’ensemble du village. Enfin, un camp d’été réunit chaque année près de 200 enfants pendant les vacances scolaires.

- Le Centre Al Shmoh est aussi un lieu de résistance non-violente, disiez-vous…

- Le Centre organise en effet un véritable travail de résistance à l’occupation. Il aide les habitants des 10 villages dont il dépend à lutter contre la confiscation de leurs terres, soit environ 6000 hectares. Dans cet objectif, Massarah s’est joint à deux autres villages (Bill’in et Nil’in), pour organiser, chaque vendredi, une manifestation commune contre le Mur et contre l’annexion de leurs terres.

Ces actions sont caractérisées, d’une part, par le choix de la non-violence dans la lutte et, d’autre part, par une médiatisation régionale importante. Sur ce point précis, la participation de militants israéliens et étrangers contribue à leur popularisation.

- Lors de votre séjour, vous avez participé à une manifestation avec les habitants de Massarah…

- L’anniversaire de la mort de Yasser Arafat a en effet donné lieu à un rassemblement prévu sur le tracé du Mur (voir photo). Mais les soldats israéliens avaient bloqué la route avec des barbelés. Il y avait là environ 150 manifestants, dont une centaine de Palestiniens, ainsi que 3 groupes de Français arrivés la veille, et des militants de la paix israéliens venus le matin même.

La confrontation entre manifestants et soldats a duré une heure, avec prises de paroles de militants. Les Palestiniens s’exprimaient en arabe et traduisaient en anglais. Ils s’adressaient aux soldats et répétaient qu’ils étaient dans leurs droits en défendant leurs terres, et que même si eux, les Palestiniens, étaient mains nues face aux soldats en armes, ils n’abandonneraient jamais. Le face à face a été tendu mais non-violent : il n’y a eu ni coups ni jets de pierres. La manifestation terminée, chacun s’est retiré dans le calme.

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.