Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Palestine : chronique d’un pays sous occupation (2)

Palestine : chronique d’un pays sous occupation (2)

samedi 15 décembre 2018, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Un enfant palestinien âgé de quatre ans est décédé mardi 11 décembre après avoir été blessé lors d’affrontements le vendredi précédent entre des manifestants palestiniens et des soldats israéliens le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, a annoncé le ministère de la Santé à Gaza.
"Ahmed Abou Abed, âgé de quatre ans et huit mois, est mort des suites de ses blessures », a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé Achraf al-Qodra dans un communiqué.
Le communiqué ne donne pas de détails sur les circonstances dans lesquelles l’enfant avait été blessé.

Le Prix des droits de l’homme de la République française 2018 a été décerné, lundi 10 décembre, aux ONG palestiniennes Al-Haq et israélienne B’Tselem, qui militent contre l’occupation israélienne. Ce choix a provoqué de nombreux remous au sein des gouvernements français et israélien. « C’est un grand honneur pour Al-Haq de recevoir ce prix prestigieux avec nos collègues de B’Tselem, qui sont nos partenaires dans la lutte pour la justice et un avenir meilleur, sans oppression et sans occupation », a réagi le directeur de l’association, Shawan Jabarin, emprisonné à plusieurs reprises en Israël et accusé – sans preuves – par les autorités d’être un membre du Front Populaire de Libération de la Palestine, classé sur la liste des organisations terroristes de nombreux pays du globe. « Ensemble, nous travaillons à mettre fin à la culture de l’impunité afin que les Palestiniens puissent jouir pleinement de leurs droits humains », a ajouté l’activiste.

Le lundi 10 décembre, à Ramallah, des dizaines de soldats israéliens lourdement armés ont attaqué les bureaux de l’agence palestinienne de presse Wafa et ont lancé des gaz lacrymogènes à l’intérieur du bâtiment, provoquant la suffocation des journalistes présents.
Les soldats sont entrés par effraction dans la salle des récepteurs et ont volé des cassettes vidéo des caméras de surveillance après avoir forcé les employés à rester dans une pièce.
L’armée a effectué une descente dans les régions du nord de Ramallah le matin et a saisi des caméras de bâtiments.
Les Palestiniens se sont heurtés aux soldats le long de leur chemin et lorsque les soldats sont arrivés au bâtiment où se trouve Wafa, les affrontements se sont intensifiés.
Les soldats ont inondé les lanceurs de pierres palestiniens de gaz lacrymogène et de grenades paralysantes. Selon le Croissant-Rouge, ils ont également tiré des balles réelles et des balles de métal recouvertes de caoutchouc.
L’armée a quitté le bureau de Wafa une heure plus tard et a finalement quitté Ramallah.
Le raid sur Ramallah serait lié à la fusillade qui a eu lieu la nuit précédente au nord de Ramallah, au cours de laquelle plusieurs colons israéliens ont été blessés par balle.

Paris demande la levée du blocus israélien imposé à Gaza
(8 décembre 2018, L’Orient Le Jour par AFP)
Le Premier ministre français Edouard Philippe a appelé vendredi 7 décembre à la « levée du blocus israélien » imposé à la bande de Gaza ainsi qu’à la réconciliation des deux mouvements palestiniens rivaux. « Il n’y aura pas de paix sans une solution durable pour Gaza, qui passe par la réconciliation inter-palestinienne et par la levée du blocus israélien », a-t-il déclaré à l’issue d’un entretien avec le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah.
Les relations sont très tendues entre les deux grands mouvements palestiniens, le Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza. L’Egypte a tenté à plusieurs reprises de rapprocher le Hamas et l’Autorité. Le pays mène aussi des efforts de médiation pour une trêve entre Israël et le Hamas.
Edouard Philippe a rappelé le soutien de la France à « la solution à deux Etats », palestinien et israélien, avec Jérusalem comme capitale commune. Il s’est inquiété de la « situation alarmante » dans la région du fait de « l’accélération de la colonisation israélienne » et des confrontations entre Palestiniens et Israéliens près de la barrière de sécurité séparant la bande de Gaza d’Israël. Depuis le 30 mars et le début de la mobilisation appelée « Marche du retour », au moins 235 Palestiniens ont été tués par les militaires israéliens.

Michel Berthelemy

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.