Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Palestine : chronique d’un pays sous occupation (1)

Palestine : chronique d’un pays sous occupation (1)

dimanche 9 décembre 2018, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Cent organisations et ONG belges demandent la publication d’une base de données des entreprises installées dans les territoires occupés
Dans une lettre ouverte adressée au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, cent organisations et ONG belges demandent la publication immédiate d’une base de données des Nations Unies concernant les entreprises actives dans les colonies israéliennes.
Les organisations signataires soulignent en outre que les Nations unies doivent garantir des ressources suffisantes pour le maintien et la mise à jour de la base de données et que les États membres doivent de leur côté informer les entreprises de l’existence de cette base.
Les colonies israéliennes sont des crimes de guerre au regard du droit international et rendent impossible un développement socio-économique durable dans le territoire palestinien occupé.
Malgré cela, de nombreuses banques et entreprises privées fournissent encore la base financière nécessaire au maintien et à l’expansion de l’économie des colonies israéliennes. C’est pour cette raison que les Nations unies travaillent depuis 2016 sur une base de données des entreprises actives dans la colonisation israélienne.

Les organisations belges signataires : 11.11.11, Association Belgo-Palestinienne, Broederlijk Delen, CNCD-11.11.11, FGTB-ABVV, GAPP, Intal, La Centrale Générale-FGTB, Palestina Solidariteit Limburg, Palestina Solidariteit vzw, Pax Christi Vlaanderen, SolSoc, Viva Salud, Vrede vzw
http://www.france-palestine.org/Publiez-la-base-de-donnees-des-Nations-Unies-des-entreprises-impliquees-dans-la

Gaza : une mobilisation d’urgence est nécessaire pour soigner les blessés de la Marche du retour
(Source : Médecins sans frontières)
Victimes des tirs à balle réelle de l’armée israélienne lors de la « Marche du retour », les nombreux patients présentant des blessures graves et complexes surchargent le système de santé à Gaza ; des milliers d’entre eux risquent des infections et des handicaps à vie.
Une véritable urgence sanitaire prend lentement forme à Gaza, alors que les besoins des patients grièvement blessés par les tirs de l’armée israélienne lors des manifestations sont en augmentation. La grande majorité des 3117 patients que MSF a traités pour des blessures par balles du 30 mars au 31 octobre – sur un total de 5866 blessés par arme à feu, répertoriés par le ministère de Santé – ont été blessés aux jambes, entraînant pour la moitié des fractures ouvertes, et pour l’autre moitié des lésions graves des tissus.
http://www.france-palestine.org/Gaza-une-mobilisation-d-urgence-est-necessaire-pour-soigner-les-blesses-de-la

Gaza mars 2018 photographie Ziad Medoukh

Avenir mutilé : à Gaza, les enfants blessés par Israël peinent à poursuivre leurs études
Les enfants estropiés par les balles israéliennes lors des manifestations de la Grande marche du retour voient leurs projets d’avenir compromis.
Pour Abdallah Qassem, adolescent gazaoui âgé de 16 ans, aller à l’école tous les jours est un défi.
Il y a encore quelques mois à peine, il ne lui aurait fallu que quinze minutes à pied pour rejoindre le lycée public Julis. Mais après avoir perdu ses deux jambes lors des manifestations de la Grande Marche du retour, il est maintenant confiné dans un fauteuil roulant, ce qui complique considérablement le trajet.
Abdallah vit dans un appartement situé au deuxième étage d’un immeuble dans le quartier de Sheikh Redwan à Gaza. L’entrée est petite et il n’y a pas de rampe pour accueillir le fauteuil roulant d’Abdallah, ce dernier doit être porté dans la cage d’escalier étroite par ses deux frères aînés.
Le mois dernier, Abdallah a dû manquer les examens de mi-session après avoir subi une intervention chirurgicale pour stabiliser les os de ses jambes qui commençaient à devenir protubérants suite à sa blessure.
http://www.france-palestine.org/Avenir-mutile-a-Gaza-les-enfants-blesses-par-Israel-peinent-a-poursuivre-leurs

Israël s’approprie 25 hectares de terrain appartenant au Patriarcat latin de Jérusalem
Plaine fertile irriguée par le fameux fleuve biblique, la vallée du Jourdain est une cible privilégiée, depuis des décennies, de la politique d’occupation israélienne. Occupée par environ 10 000 juifs israéliens vivant dans une quarantaine de colonies agricoles illégales au regard du droit international, où sont notamment cultivées des dattes, cette vallée de 80 000 habitants est contrôlée par Israël aux neuf dixièmes de sa surface. Elle se trouve pourtant en Cisjordanie.
C’est là, dans les environs des villages palestiniens de Tayasir et Bardala, au nord-est de Naplouse, que des terrains appartenant au Patriarcat latin de Jérusalem viennent d’être confisqués par les autorités militaires israéliennes. Elles en ont informé l’Église latine par un courrier daté du mardi 27 novembre.
Le lendemain, celle-ci réagissait par un bref communiqué publié sur son site Internet, déclarant fermement s’opposer à cette décision : « Le Patriarcat est en train d’examiner les différents aspects de cette décision afin d’y répondre de la manière qui convient, de façon à la contester et pour mettre fin aux dommages ultérieurs. »
Selon le Conseil islamo-chrétien de Terre sainte, les autorités israéliennes ont justifié la démarche par des « nécessités militaires ». Les terrains occupés bordent un camp militaire israélien récemment restructuré et doté de constructions en dur, selon l’agence d’information vaticane Fides.
http://www.france-palestine.org/L-armee-israelienne-confisque-des-terrains-du-Patriarcat-latin

Pour finir, un petit livre qui rend compte, en remontant aux sources juives du sionisme et de l’antisionisme, d’une catastrophe annoncée mais pas inévitable :
« Israël : Chronique d’une catastrophe annoncée… et peut-être évitable », de Michel Warschawski. L’auteur y met en avant ses préoccupations majeures : la dénonciation de la colonisation extérieure des territoires et des populations occupés depuis 1967 et celle, intérieure, des Arabes israéliens discriminés, et enfin l’affirmation du droit au retour des populations palestiniennes expulsées.

Michel Warschawski : Israël : Chronique d’une catastrophe annoncée… et peut-être évitable
Éditions Syllepse, Paris 2018, 104 pages, 8 euros
Collection : « Arguments et mouvements »
Auteur : Michel Warschawski
Parution : Novembre 2018
Pages : 104
Format : 115 x 190
ISBN : 978-2-84950-726-1
Éditions Syllepse

Michel Berthelemy

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.