Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > Matinée scolaire bien remplie aux Champs libres de Rennes

Cycle Algérie-France à Rennes

Matinée scolaire bien remplie aux Champs libres de Rennes

Travail scolaire et témoignages de 2 anciens appelés de 4ACG

jeudi 10 mai 2012, par Hubert Rouaud

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le cycle Algérie-France aux Champs libres de Rennes a proposé de janvier à mai des expositons, spectacles, films et débats, permettant à notre association de s’exprimer en janvier devant des adultes (Compte-rendu) et fin avril devant 4 classes de collège et lycées au cours d’une matinée très dense témoignant d’une préparation approfondie chez les scolaires.

Un regret tout d’abord : Isabelle Bournier responsable du mémorial de Caen n’a pas pu venir présenter son ouvrage « Des hommes dans la guerre d’Algérie » illustré par Jacques Ferrandez.

Mais, en préambule, les principaux chapitres de cet ouvrage, qui contient de nombreux témoignages et documents, ont été commentés avec projection devant les 150 élèves, de 3e et 1re, qui occupaient la grande salle des Champs libres de Rennes. A la fin de cette présentation, Dominique Morineaux a terminé avec la conclusion d’Isabelle Bournier : « Pour faire mémoire , il est nécessaire de mettre l’histoire à plat »

Les témoignages de notre association.

Succédant à Pierre et Hubert qui avaient témoigné en janvier, c’était au tour d’Armand et de Michel de commenter leur vécu de la guerre d’Algérie.

Le 2 témoins de 4ACG

Armand, agriculteur retraité, tient d’abord à rappeler le gros handicap subi par une exploitation agricole lorsque deux fils partent faire chacun 2 ans en Algérie. Aujourd’hui il a rompu un long silence appréciant, à l’occasion du cinquantenaire, la rigueur des médias et l’intérêt des jeunes pour le sujet. Il sait gré à 4ACG de son apport positif, ce qui l’a conduit à quitter une association d’AC plus traditionnelle.

Michel était séminariste lors de son départ en Algérie. Il insiste sur l’engrenage qui a parfois conduit des appelés à abandonner leur humanité. Il se souvient de la rancœur des gradés rentrant d’Indochine, une rancœur qui les a souvent poussés à des extrémités. Il souhaite transmettre aux jeunes sa répulsion de la guerre et remercie les enseignants pour leur contribution à la découverte de cette dernière guerre coloniale.

Propagande !

Il raconte qu’à son retour, sa hiérarchie ( catholique) lui a reproché d’avoir refusé d’obéir à des ordres que sa conscience réprouvait, ce qui l’a contraint à abandonner son engagement… et à se diriger vers une carrière de professeur de lettres classiques.

Pour compléter ces témoignages, deux vidéo de 4acg,« Donner un sens à ce qui n’en avait pas », ainsi que celle montrant une compilation d’ images de propagande du Cinéma aux armées, ont été projetées .

Les témoignages recueillis par les élèves.

Élèves et professeurs ont éprouvé des difficultés pour convaincre les grands-pères de raconter leurs souvenirs.

Les élèves d’un lycée de Redon avaient couché sur le papier quelques témoignages lus par Isabelle Amauger , la modératrice de la rencontre. La plupart révèlent un fossé entre les objectifs dont on rebattait les oreilles des appelés et leurs observations sur le terrain. Un témoignage vidéo spontané enregistré lors d’un repas de famille a complèté cette lecture.

Une classe de français de troisième d’un collège de Rennes est venue présenter son travail à partir de l’histoire de la déportation et du roman de Didier Daeninckx sur le massacre du 17 octobre 1961,« Meurtre pour mémoire ». Ce travail consistait à étudier le rapport entre fiction et réalité.

Pour ce faire les élèves ont consulté les archives de presse des Champs Libres afin de découvrir les oublis et les contre-vérités des épisodes analysés, avant de réaliser des panneaux qu’ils exposent sur la scène, avec un diaporama réumant ce travail original.

Un élève d’un lycée de Rennes a enregistré le témoignage d’un grand-père qui admet l’inutilité de la guerre d’Algérie, tout en regrettant ce qu’est devenue l’Algérie indépendante sans la France…

Pour terminer, le jeu des questions-réponses entre intervenants et assistance a permis de préciser la notion de « pieds-noirs », d’évoquer le cas des insoumis et des réfractaires et enfin de rappeler les types de projets aidés par l’association 4ACG.

Une matinée effectivement bien remplie, dans une salle dont la configuration et les moyens modernes facilitent véritablement la transmission des informations et les échanges.

Un grand merci aux organisatrices et animatrices qui ont contribué à la réussite de cette rencontre.


Quelques instantanés de la matinée des Champs libres

cliquez pour démarrer le diaporama

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.