Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Les nostalgiques de l’Algérie française et de l’OAS ont pris des (...)

Merci à Jean-François Gavoury et à la ville de Paris !

Les nostalgiques de l’Algérie française et de l’OAS ont pris des coups…

dimanche 6 mars 2011, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

… Mais ils s’apprêtent à relever la tête : vigilance.

Beaucoup d’anciens appelés ont connu de près les crimes des assassins de l’OAS et ont montré leur détermination en faisant obstacle au putsch des généraux.

Aujourd’hui ils se réjouissent en apprenant que JF Gavoury a gagné son procès en appel contre ceux qui avaient diffamé la mémoire de son père et que le Conseil de Paris a décidé à l’unanimité d’honorer les victimes de l’OAS.

Mais la perspective d’une manifestation prochaine, à Nice, en l’honneur des putschistes d’avril 1961, avec le soutien d’anciens combattants revanchards, leur rappelle aussi que la sinistre organisation survit encore à travers les souvenirs de nostalgiques impénitents.

Une condamnation méritée.

Dans un article de ce site daté du 9 novembre 2009, nous avions salué la décision du tribunal de Créteil condamnant deux nostalgiques de l’Algérie française et de l’OAS à de lourdes peines pour avoir insulté la mémoire du père de notre ami Jean-François Gavoury, le commissaire Roger Gavoury, sauvagement assassiné par les hommes de main de l’OAS. Les deux condamnés avaient osé qualifier ce haut fonctionnaire scrupuleux de « traître à la patrie ».

A Marignane : refus de l’hommage à l’OAS

Tous les détails sont dans cet article qui fut apprécié comme « un sommet de l’ignominie » par le site national du FN, Nation Presse Info, avant que des commentaires déversent sur nous une haine coutumière assortie de promesses de vengeance. Venant d’une officine du Front National, rien de surprenant. Nous l’avons souvent dit : l’insulte est une denrée précieuse dans le fond de commerce de ces perdants de l’histoire. Et leurs derniers héros sont des ignobles assassins et ceux qui armèrent leurs mains.

Aujourd’hui, nous n’allons pas bouder notre satisfaction en apprenant que le 16 février la Cour d’appel de Paris a confirmé les peines, pour un montant total de 15.500 €. Jean-François Gavoury a attendu 27 mois cet heureux épilogue, qualifié de « baffe sérieuse » par les condamnés eux-mêmes qui reconnaissent « que les mots utilisés représentent une faute » avant de lancer un appel unitaire « pour défendre la vraie histoire, pas celle falsifiée par les engagés politiques et doctrinaires » rejetant plus loin « passions et haine ». Bref , l’Algérie française n’a pas produit que des méchants sectaires à l’image de celle que nous connaissons bien et qui éructera jusqu’à son dernier soupir : l’illustre Claudine Dupont Tingaud !

Bien que nous soyons pour eux ces prétendus « doctrinaires », alors que nos certitudes s’appuient sur notre vécu, nous saluons ce qui est presque un acte de contrition, et si la haine cesse de transpirer dans leurs propos, ce n’est pas nous qui la rallumerons !

Une décision qui honore la ville de Paris.

Quelques jours avant ce verdict, le 8février [1], la ville de Paris avait décidé d’apposer une stèle dans le cimetière du Père Lachaise afin d’honorer les victimes de l’OAS.

Espérons que les villes qui ont également souffert des assassins de la sinistre organisation suivront ce premier exemple.

Jean-Francois Gavoury

Dans l’exposé des motifs et la délibération , votée à l’unanimité, la ville de Paris rappelle les crimes infâmes de l’ « Organisation de l’Armée Secrète » qui frappait avec une telle rage inconsciente qu’elle atteignait parfois des personnes non visées. Mais elle indique aussi qu’elle a, de diverses manières, honoré aussi toutes les victimes de la guerre d’Algérie : soldats, harkis, rapatriés et algériens combattant pour leur indépendance. Car c’est bien la seule voie qui conduit à une véritable réconciliation.

A cet égard il faut signaler et saluer l’ANPROMEVO (Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS) qui , sous l’impulsion de Jean-François Gavoury et du docteur Oud Aoudia, est à l’origine de cette démarche.

En accueillant le 8 mars 2011 la remise du prix Maurice Audin la ville de Paris a encore illustré l’ « action de mémoire historique » à laquelle elle est attachée

Mais les nostalgiques de l’OAS ont encore des convulsions…

Dans une région où ils sont encore bien implantés et où des responsables politiques complices sacrifient à l’électoralisme l’héritage gaulliste qu’ils sont censés représenter, se prépare une commémoration scandaleuse.

Dans un article de Nice-Matin communiqué par un adhérent, nous apprenons que des anciens combattants et des pieds noirs vont fêter le 50 ème anniversaire du putsch d’Alger. Rien que ça !
Nous vivons avec eux dans une république que leurs idoles ont manqué d’abattre. Ils osent conférer à un acte de trahison le terme de « résistance » que de vrais patriotes ont honoré de leurs sacrifices. Et des anciens OAS osent encore avec, entre autres, le reitre Holleindre, notable du FN ( et soutien de la chère Claudine) prévoir , après la « cérémonie » une table ronde sur ce passé méprisable.

Nul doute que le maire de Nice, M. Estrosi, en fidèle supporter du Président de la République, gaulliste éminent, interdira ces manifestations qui voudraient honorer ceux qui tentèrent d’assassiner le général de Gaulle, guide revendiqué par Nicolas Sarkozy…

Pour nous, anciens appelés, dont beaucoup étaient en Algérie au moment du putsch, Salan, Challe, Jouhaud et Zeller seront toujours des chefs irresponsables et dévoyés dont le seul objectif était de perpétuer une colonisation trop souvent honteuse..

On se souviendra des appelés de cette période comme ayant été les acteurs essentiels d’un sursaut qui sauva la République. La trahison des généraux et la fidélité des « bidasses » : une belle image pour une histoire que les derniers nostalgiques refusent de comprendre.


[1jour du 40 éme anniversaire du drame de Charonne

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.