Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Le combat des vétérans de Maralinga

Maralinga, en Australie, un Reggane à la sauce british

Le combat des vétérans de Maralinga

vendredi 25 décembre 2009, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

Hier, la dernière parcelle de terrain à Maralinga a été restituée au peuple indigène Tjaratja après des années de négociations avec le Gouvernement Fédéral.

Dans le même temps, les milliers d’engagés australiens pour les essais nucléaires depuis 1950 doivent encore se battre pour obtenir réparation et se tournent vers la justice britannique.

text in english HERE

Il ne reste que 2000 survivants sur les 8000 qui, entre 1952 et 1967, ont travaillé à Maralinga et sur les autres sites de la côte ouest de l’Australie. Beaucoup d’entre eux ont engagé une action en Angleterre.

Responsable de l’association « Vétérans nucléaires de Sud Australie », Avon Hudson affirme que les survivants méritent une reconnaissance pour ce qu’ils ont enduré : « Cinq années ont passé. Nous sommes au bout du rouleau et ça piétine, dit Mr Hudson, le temps ne travaille pas pour nous mais pour le gouvernement. »

« Nous demandons des avantages identiques à ceux de la »Gold Card« . Nous avons tous plus de 70 ans. Nous n’avons qu’une garantie partielle et il faut beaucoup de chances pour obtenir la garantie totale à laquelle nous avons pourtant droit. »

Les accords pratiquement obtenus pour les soins de santé, sont une honte. « Hormis le cancer, toutes les autres maladies que vous avez eues à la suite de l’exposition aux radiations ne sont pas prises en compte et la justice ne les reconnait pas. Le »Véteran Entitlements Act" est le seul texte qui reconnaisse les droits complets mais Maralinga n’est pas reconnue comme zone dangereuse.

En même temps que la restitution de la dernière parcelle de terre au peuple Tjaratja, le gouvernement verse également 6 millions de dollars pour développer les infrastructures de Maralinga Village et en faire un site touristique. Mais les vétérans attendent toujours et maintenant leurs épouses et leurs enfants sont concernés.

Alan Griffin, ministre des Vétérans, déclare que le gouvernement est en train d’étudier une révision de droits des anciens des sites nucléaires. Dans le même temps, Martin Ferguson, ministre du Tourisme, lors de la cérémonie de restitution, déclare, lui, que le Gouvernement attend les conclusions des procédures en cours : « Le gouvernement australien étudie sa position pour les demandes des vétérans avec une plus grande considération pour leurs demandes. Par respect pour l’action en cours auprès du gouvernement britannique, nous attendons son résultat. »

Mr Hudson répond : " Les vétérans seraient heureux de stopper leurs recours contre les gouvernements britanniques et australiens, si le gouvernement australien acceptait une certaine compensation. La seule chose que je peux affirmer est que cette affaire va traîner jusqu’à ce que nous soyons tous morts et qu’ils ne veulent rien donner à personne.

Il n’y a pas que nous. Nos enfants et petits enfants ont souffert aussi car nous leurs avons transmis des gènes et un ADN endommagés par les radiations. Ils veulent continuer le combat. Laissez-moi dire au ministre qu’on ne lâchera pas, que ce soit lui ou un futur ministre."

Nance Haxton ABC News le 19 décembre 2009.


En France le principe d’indemnisation vient d’être adopté

Le Parlement a adopté, mardi 22 décembre 2009, un projet de loi qui prévoit d’indemniser les quelque 150 000 victimes, civiles et militaires, qui ont participé aux essais menés de 1960 à 1996 par la France, dans le Sahara algérien puis en Polynésie française. - (AFP.)

Pour plus de détails.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.