Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Le Parlement européen vote une résolution de soutien au Hirak

Le Parlement européen vote une résolution de soutien au Hirak

samedi 30 novembre 2019, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Parlement européen a adopté, le 28 novembre, une résolution sur « La situation des libertés en Algérie », particulièrement depuis le début de la révolution citoyenne du 22 février.

Le texte, voté à une large majorité en plénière, a « condamné vivement l’arrestation arbitraire et illégale, la détention, les intimidations et les attaques de journalistes, de syndicalistes, d’avocats, d’étudiants, de défenseurs des droits de l’homme et de la société civile ainsi que de tous les manifestants pacifiques qui participent aux manifestations pacifiques du Hirak ».

Dans ce sillage, considérant que le Hirak « constitue le plus grand mouvement de protestation en Algérie », l’assemblée européenne a exhorté les autorités algériennes – qui seraient incarnées, depuis la démission d’Abdelaziz Bouteflika, par Abdelkader Bensalah, occupant « la charge de chef de l’État faisant fonction », et le commandement militaire, dirigé par le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, « exerçant ouvertement le pouvoir dans le pays » – de « trouver une solution à la crise sur la base d’un processus politique pacifique et ouvert ».
Pour ce faire, toujours selon ladite résolution introduite dans le cadre des débats au sein du Parlement européen sur des « cas de violation des droits de l’homme, de la démocratie et de l’État de droit » à travers le monde, il faudrait « la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes inculpées pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression » (militants politiques, journalistes, défenseurs des droits de l’homme, etc.). 
Soulignant l’« importance fondamentale » d’une justice indépendante pour le « fonctionnement d’une démocratie », les rédacteurs dénoncent des « détentions arbitraires », rappelant que les « activités sont autorisées par le droit algérien et conformes aux instruments internationaux en matière de droits de l’homme que l’Algérie a ratifiés ». Sur ce même sujet, tout en « saluant la reconnaissance constitutionnelle du tamazight comme langue officielle en 2016 et encourageant son application concrète », les députés européens « demandent la libération immédiate et inconditionnelle des 42 manifestants arrêtés pour avoir brandi le drapeau amazigh ».

Ils ont, ensuite, appelé le gouvernement algérien à respecter ses engagements en matière du respect et la garantie du « droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique et à la liberté des médias » et l’ont invité à « mettre fin à toute forme d’intimidation, y compris le harcèlement judiciaire et législatif, l’incrimination ainsi que les arrestations et les détentions arbitraires à l’encontre des manifestants pacifiques, des défenseurs des droits de l’homme, des journalistes critiques et des blogueurs ainsi qu’à prendre les mesures voulues pour garantir leur protection physique et psychologique, leur sécurité et leur liberté de mener leurs activités légitimes et pacifiques ». 

En outre, le texte de la résolution a rejeté « toute forme de recours excessif à la force » envers les manifestants et les opposants. C’est pourquoi, il lance un appel aux autorités algériennes pour « procéder à une enquête indépendante sur tous les cas de recours excessif à la force par les membres des forces de sécurité et à traduire en justice leurs auteurs » et « invite le Service européen pour l’Action extérieure, la Commission et les États membres à soutenir les groupes de la société civile, les défenseurs des droits de l’homme, les journalistes et les manifestants, notamment par l’organisation de visites en prison, le suivi des procès et des déclarations publiques ». 
Par ailleurs, les élus européens ont exigé « l’arrêt des violations de la liberté de culte » des minorités religieuses. Cette question aurait été intégrée dans le texte après le forcing de la droite conservatrice européenne, partant notamment du constat de la fermeture de « plusieurs églises, dont la plupart appartiennent à l’Église protestante d’Algérie ».

https://www.elwatan.com/a-la-une/situation-des-libertes-en-algerie-le-parlement-europeen-vote-une-resolution-de-soutien-au-hirak-28-11-2019


NDLR

Situation des libertés en Algérie
Résolution du Parlement européen du 28 novembre 2019 sur la situation des libertés en Algérie
http://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2019-0072_FR.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.