Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > La France soutient l’action du pouvoir algérien. Et le Hirak dans tout ça (...)

La France soutient l’action du pouvoir algérien. Et le Hirak dans tout ça ?

dimanche 6 décembre 2020, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Source : infos Algérie.com, 23 novembre 2020

Dans une interview donnée le 23 novembre au magazine Jeune Afrique, Emmanuel Macron a exprimé son soutien au président Algérien Abdelmadjid Tebboune, dans « cette période de transition » que traverse l’Algérie  

Le président français a notamment affirmé : « Je ferai tout ce qui est en mon possible pour aider le président Tebboune dans cette période de transition. Il est courageux […] On ne change pas un pays, des institutions et des structures de pouvoir en quelques mois ».
Parlant du Hirak et des arrestations de militants, le président français poursuit : « Il y a eu un mouvement révolutionnaire, qui est toujours là, sous une forme différente. Il y a aussi une volonté de stabilité, en particulier dans la part la plus rurale de l’Algérie. Il faut tout faire pour que cette transition réussisse. […] Il y a aussi des choses qui ne sont pas dans nos standards et que nous aimerions voir évoluer. Je ne suis jamais dans l’invective ni dans la posture du donneur de leçon. L’Algérie est un grand pays ».

Des réactions unanimes

Les réactions en Algérie ne se sont pas fait attendre. Pour Mohcine Belabbas, président du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), « c’est la révélation que la France est aux manettes d’une feuille de route pour notre pays ». La présidente de l’Union pour le changement et le progrès (UCP), Zoubida Assoul, dénonce pour sa part « l’ingérence de la France » et voit dans ces déclarations « un soutien du système pour ses propres intérêts ». Nacer Hamdadouche, député et membre du parti Mouvement de la société pour la paix, critique lui aussi les déclarations du président français, en déclarant que « la France ne reconnaît ni l’indépendance ni la souveraineté de ce pays ». Enfin, Karim Tabbou, président de l’Union démocratique et sociale (UDS) constate qu’une France qui n’accepte pas « l’émergence des forces démocratiques, une jeunesse émancipée, une jeunesse qui est capable de défier le sous-développement » est une France « raciste ».

https://infos-algerie.com/2020/11/23/politique/soutien-macron-tebboune-hirak-algerie/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.