Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Jeunes et moins jeunes, c’est ensemble qu’on avance !

Jeunes et moins jeunes, c’est ensemble qu’on avance !

lundi 17 décembre 2018, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Est-il encore possible de construire et d’agir collectivement dans une perspective de changement ? Telle était la question soumise, le 15 décembre à Villejuif, aux associations réunies à l’invitation de Génération 2010, organisation partenaire de la 4acg dont l’objet est de développer des liens concrets entre les générations et entre les deux rives de la Méditerranée.

Une douzaine d’associations, essentiellement créées et animées par des jeunes, ont répondu à l’appel, en compagnie de quelques formations « moins jeunes », dont la 4ACG.

Accueil café-croissants, puis Abdelati Laoufi, responsable et animateur de L’Auberge des idées-Génération 2010, expose le thème de la journée, qui se décline en trois questions simples : Que veut dire, aujourd’hui, s’engager ? Pour quoi faire ? Sous quelles formes et dans quel cadre, institutionnel ou autonome ?

À questions simples, réponses moins simples, mais qui révèlent une étonnante capacité de petits groupes d’individus à apporter des solutions concrètes et immédiates à des problèmes sociaux délaissés la plupart du temps par les institutions et les partis. Des initiatives se font jour dans tous les domaines, des idées originales se transforment en actes, créant par leur convergence une forme de rupture : quand le politique est défaillant, les citoyens prennent le relais. Les exemples qui suivent, situés en banlieue parisienne plutôt défavorisée, en sont le vivant témoignage.

Squat - L’objectif du groupe est de repérer d’anciens locaux industriels ou commerciaux à l’abandon, afin de les aménager et de recevoir des SDF, des sans-papiers ou des migrants qui « vivent » dans la rue. Ressources : bénévolat, dons et fabrications d’objets à partir de matériaux de récupération.

Place aux femmes - Partant de leur grande difficulté d’aller seules au bistro dans certains quartiers, quelques femmes ont décidé un jour de franchir le pas et d’engager la conversation avec les hommes présents. La première surprise passée, elles sont revenues la semaine suivante avec des amies. L’habitude s’est installée, elles n’ont plus peur. Une intervenante rapporte une expérience similaire : le premier voyage à Paris (dix kilomètres de chez elles) de femmes voilées avec leurs enfants. Tellement heureuses qu’un peu plus tard, elles sont parties ensemble quelques jours en vacances, laissant les enfants à leurs maris.

Maraudes - Quelques copains préparent à tour de rôle un plat cuisiné pour l’offrir aux SDF du quartier. Ils en profitent pour parler avec eux et leur rendre de petits services. Bénévolat total, sans aucun soutien extérieur.

Mains libres - Partant du constat qu’une personne dans la rue, plombée par ses valises et ses sacs, ne peut faire aucune démarche, l’association a ouvert un local, la Bagagerie, et propose des permanences administratives. Un médecin et un coiffeur reçoivent également les personnes à titre bénévole. Parmi ces SDF, certains ont un travail dont le salaire ne leur permet pas de se loger.

À côté d’autres types d’engagements - création d’une monnaie locale, collectif anti-pub, lutte contre les discriminations, Bar commun (lieu de rencontres dans un quartier qui n’en comporte aucun) – on retrouvait des associations comme l’AFPS, le BDS (Boycot, Désinvestissements Sanctions) et la 4ACG.

Les pratiques, les formes d’action, la nature des motivations, si différentes soient-elles, ont suscité des échanges libres et ouverts qui, après synthèse par les organisateurs, donneront lieu à une nouvelle rencontre pouvant déboucher sur une poursuite commune de ces relations inter-communautaires et inter-générationnelles.

L’objectif commun est ambitieux : susciter et soutenir les initiatives sur le terrain, faire sauter certains verrous, prendre conscience de l’importance du collectif pour faire « bouger les lignes » et par la convergence de ces actions, parvenir peut-être, en additionnant les énergies, à travailler ensemble à une société plus fraternelle et plus humaine.

Michel Berthelemy

L’Auberge des idées - Génération 2010
http://aubergedesidees.wixsite.com/site

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.