Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Dernier ouvrage de Tramor Quemeneur : des appelés et une partie de l’élite et (...)

Dernier ouvrage de Tramor Quemeneur : des appelés et une partie de l’élite et des universitaires français ont soutenu l’indépendance de l’Algérie

mercredi 4 novembre 2015, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Nous reprenons ici un article de l’Agence « Algérie-Presse-Service », daté du 2 novembre, informant de la sortie d’un nouvel ouvrage publié par Tramor Quemeneur, Kadri Aïssa et Bouaziz Moula : La Guerre d’Algérie revisitée.

ALGER- L’opposition d’une partie de l’élite en France appuyée par un mouvement de désertion parmi les appelés dans les rangs de l’armée française ont aidé à amplifier dans le monde la voix du peuple algérien en lutte pour son indépendance, affirment des universitaires français.
S’exprimant lors d’une rencontre sur les nouvelles approches historiques dans le traitement des évènements liés à la guerre pour l’indépendance tenue dimanche à Alger en marge du 20e SILA (Salon international du livre d’Alger), l’universitaire Julien Hage, a soutenu que cette élite « a fait écho au combat légitime du peuple algérien », par « opposition » aux crimes et exactions du régime colonialiste.
L’appui de l’élite française, a-t-il poursuivi, s’est forgé grâce à des écrivains, éditeurs et journalistes qui ont bravé la censure et le danger pour dénoncer, dans les colonnes de la presse, la répression, la torture et les exécutions sommaires commises par l’armée française à l’encontre des civils et des combattants algériens.
A ce titre, l’universitaire a rappelé le rôle de l’écrivain et éditeur François Maspero, disparu en 2014, et son engagement en faveur de l’indépendance de l’Algérie à travers sa maison d’édition fondée en 1959.
Tramor Quemeneur, enseignant d’histoire et spécialiste du monde maghrébin, est revenu sur l’appui multiforme des citoyens français de France pendant la guerre d’Algérie, notamment leur soutien à travers la désobéissance et la désertion des rangs l’armée coloniale.
Ce refus d’être incorporé dans l’armée française est un acte politique pour signifier son rejet du régime colonial et de la guerre injuste qu’il menait en Algérie, contre les Algériens, a-t-il jugé.
Selon l’universitaire, quelque 12000 soldats français insoumis ont été recensés pendant cette période, alors que des soldats, de l’intérieur de l’armée française, aidaient l’ALN (Armée de libération nationale) en fournissant des renseignements sur le déplacement des troupes.
A la liste des soutiens en France en faveur de l’indépendance de l’Algérie, Tramor Quemeneur cite celui des étudiants français représentés par l’Union nationale des étudiants de France(UNEF) dont le noyau, rappelle-t-il, était formé de communistes et de militants catholiques.
Historien, spécialiste de la guerre d’Algérie, Quemeneur Tramor vient de publier avec Kadri Aïssa et Bouaziz Moula « La guerre d’Algérie revisitée », produit de travaux de recherche menés sur la dimension internationale d’un des plus grands conflits anti-coloniaux du XXe siècle.

La guerre d’Algérie revisitée
ouvrage collectif sous la direction de Aïssa Kadri, Tramor Quemeneur et Moula Bouaziz
éditions Karthala, 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.