Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Ceux qui ont dit non à la guerre d’Algérie étaient à Paris le 21 (...)

Ceux qui ont dit non à la guerre d’Algérie étaient à Paris le 21 février

mercredi 27 février 2019, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Insoumis, réfractaires, soldats du refus, déserteurs, objecteurs de conscience, ils ont été nombreux de 1955 à 1962 à manifester leur opposition à la guerre d’Algérie. Leurs raisons étaient différentes, morales, religieuses, éthiques, mais l’objectif similaire : ne pas participer à une guerre menée contre un pays colonisé.

Aujourd’hui militants à l’ACCA (agir contre le colonialisme aujourd’hui), chez les Réfractaires non-violents à la guerre d’Algérie, ou à la 4ACG, un certain nombre d’entre eux ont répondu le 21 février au Centre culturel algérien de Paris à l’invitation de Nils Andersson, écrivain, historien, et ancien éditeur, notamment de La Question, d’Henri Alleg.

Le public était venu en nombre, Algériens et Français mêlés, pour revivre avec eux et partager le combat de ces hommes.
Au fil de leurs témoignages, on s’aperçoit que s’ils ont souffert d’une répression sévère de la part du pouvoir de l’époque, ils ne regrettent rien. Au contraire, on sent à la conviction dont ils font preuve qu’ils n’ont rien perdu de leurs motivations et du désir de les faire partager. Les années d’emprisonnement qu’ils ont subies n’ont en rien affaibli leur idéal de paix et de solidarité. Souvent trimballés de camps d’internement en prisons, interdits de communiquer avec leur famille ou leurs amis, humiliés, montrés du doigt, ils ont tenu, mus par une capacité de résistance qui aujourd’hui, leur paraît toute naturelle. Ils l’ont fait « parce qu’il fallait le faire ». Tout simplement.
Leurs témoignages ont été suivis d’un long échange avec la salle, amenant à préciser certains faits, à éclairer le contexte historique ou à lever quelques ambiguïtés sur des positions ou déclarations de personnes ou de groupes politiques de ces années-là.

L’écrivain-historien Rachid Khettab avait fait spécialement le déplacement depuis Alger, pour participer et présenter ses deux ouvrages consacrés à tous ceux qui tout au long de ces huit années de guerre, ont pu d’une manière ou d’une autre, aider le FLN ou son bras armé l’ALN, prenant souvent pour ce faire des risques considérables. Le premier de ces ouvrages, Les Amis des Frères, se présente sous forme d’un dictionnaire biographique des soutiens français et internationaux à la lutte de libération. Sorti en 2012, il vient d’être réédité en septembre 2018, complété par une nouvelle liste de soutiens. Le second ouvrage, Frères et Compagnons, présente les notices biographiques d’Algériens d’origine européenne et juive dans la guerre de Libération.
Précision importante, soulignée par Nils Andersson : « si de nombreux ouvrages sur des sujets qui touchent à l’histoire algérienne de la guerre d’Algérie ont été écrits par des Français, ces livres sont le travail d’un Algérien sur l’histoire française de la guerre d’Algérie ».

Les deux ouvrages sont édités par Dar Khettab à Alger.

Signalons aussi le dernier ouvrage de Nils Andersson, « Mémoire éclatée. De la décolonisation au déclin de l’Occident », sorti aux Editions d’En-Bas en 2016.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.