Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > CHoisir à 20 ans : ces soldats qui ont refusé de participer à la guerre (...)

CHoisir à 20 ans : ces soldats qui ont refusé de participer à la guerre d’Algérie

lundi 1er mars 2021, par Michel Berthélémy

Version imprimable de cet article Version imprimable

CHoisir à vingt ans, le film documentaire de Villi Hermann, sera diffusé sur TV5 Monde le jeudi 4 mars à 22h45

Entre 1954-1962, de 100 à 300 jeunes Français refusèrent de participer à la guerre d’Algérie. Ces réfractaires, appelés ou rappelés, étaient non-violents ou anticolonialistes. Certains se réfugièrent en Suisse où des citoyens leur vinrent en aide alors qu’en France ils étaient condamnés puisque considérés comme des traîtres. En 1962, quelques mois après l’Indépendance, le réalisateur suisse Villi Hermann se rendit près de Tlemcen, dans une région dévastée par la guerre à la frontière entre l’Algérie et le Maroc, pour aider à la reconstruction d’une école. En 2016, il est retourné en Algérie où il a retrouvé ses anciens élèves. Il a aussi rencontré des réfractaires français, habitant aujourd’hui en France ou en Suisse. C’est leur parcours qui est ici présenté.
De nombreux opposants à la guerre d’Algérie témoignent dans ce film : Nils Andersson, Freddy Buache, André Gazut, Jean-Claude Girardin, Louis Orhant, Pierre Rieben,
Simone et Jean Mohr, Anita et André Bernard, Paul Kobisch, Fritz Weber, Jean Rouget, Jacques Baynac, Claude Garino, Claude Glayman, Lillis Kielland, Diego Masson, Pierre Leray, Michel Monod, Jacques Pous.
Réalisé en 2017, ce documentaire sera diffusé le jeudi 4 mars à 22h45 sur TV5 Monde et à nouveau le dimanche 7 mars à 14h.

Jacques Pous, ami 4acg, ancien insoumis témoignant dans ce film, ajoute ceci
Je ne savais pas que les insoumis avaient été aussi nombreux même si, comme lecteur du Canard, j’avais suivi l’activité et les grèves de la faim de Louis Lecoin. De toutes façons je ne me permettrai pas de critiquer la voie qu’ils ont choisie, comme je ne me permets pas de critiquer la voie choisie par les appelés, imposée à presque tous les Français de notre génération.
Je n’aurais toutefois pas été à l’aise de participer au travail civil qu’ils voulaient faire en Algérie pendant la guerre d’Algérie. Cela, je l’ai fait durant deux ans en Kabylie dix ans après la fin de la guerre.
Par ailleurs, je ne voudrais surtout pas que mon texte, en devenant public, crée le trouble dans la 4acg et chez ses amis.
Bien cordialement

Jacques Pous

Article Télérama

https://www.cineuropa.org/fr/film/331614/#cm

Messages

  • J’attends avec intérêt de voir ce documentaire. Né en 1939, j’aurais dû être appelé en Algérie. Mais en qualité d’étudiant j’ai été sursitaire. Chaque jour je craignais la suppression de mon sursis : très anxiogène ! Et ce qui devait arriver, arriva !
    Mon sursis a été sucré, j’ai été appelé en novembre 1961. Ma conviction d’être appelé en ALGERIE après les 3 mois de classes était acquise, ma décision de refuser de participer à cette sale guerre, également.
    J’étais donc prêt à accepter l’emprisonnement militaire pour 2 ans renouvelables pour refus d’obéissance. Une cinquantaine d’appelés l’avaient fait avant moi. J’aurais été le 51e. Grâce aux dieux, le cessez-le-feu est intervenu le 22 mars 1962 !

  • J’étais opposé à cette guerre pour laquelle on m’a appelé le 1er mars 1960. Je n’ai pas envisagé un seul moment de refuser de partir. Il n’y avait pas de structure organisée permettant de le faire. J’espérais seulement ne pas trop laisser des plumes dans cette affaire.

    Et effectivement cela a été nettement moins dur que ce qu’ont subi les soldats du refus. Il y a certes eu les longs mois de jeunesse perdus et la confrontation quelquefois violente avec l’institution militaire aussi absurde qu’était cette guerre anachronique.

    Je rends hommage à ceux qui ont eu le courage de subir par leur attitude déterminée de subir les souffrances qu’ils ont endurées. Je n’avais certainement pas le profil pour les imiter.

    J’ai fait ce que j’ai pu pour dénoncer ce que nous vivions alors, cela a été notamment le cas lors du putsch d’avril 1961 et le jour du cessez-le-feu où les événements auxquels j’ai assisté ont eu quelque chose de singulier.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.