Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Afghanistan : un peu d’histoire

Afghanistan : un peu d’histoire

Depuis plus de trente ans ce pays est en guerre. La France s’y trouve engagée. Jusqu’où ?

vendredi 23 avril 2010, par Jean-Claude Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

EN PRÉAMBULE : un peu d’histoire

Un vieux pays dont les origines remontent très loin dans l’histoire. La fondation de Kaboul, Kandahar et Herat date de l’époque d’Alexandre le grand, trois siècles av. JC.

Un pays imprenable, les invasions et les guerres s’y sont succédées. Derniers envahisseurs : anglais, russes et maintenant américains et leurs alliés. Ils ont tous laissé derrière eux de nombreux morts.

Une mosaïque de langues, de cultures et d’ethnies  : Pachtounes, de loin les plus nombreux, Tadjiks, Ouzbeks, Turkmènes, Baloutches etc… Population estimée : 12 millions d’habitants.

Un pays à la géographie tourmentée , situé dans une région stratégique au cœur des zones d’influence russe, américaine, chinoise, iranienne et indienne via le Cachemire. Son relief montagneux lui a permis de conserver depuis toujours un certain retrait sur l’extérieur.

Un pays dont les ressources sont essentiellement agricoles  : élevage, et quelques cultures possibles grâce à l’abondance de l’eau et à l’irrigation. La culture du pavot va devenir la principale source de revenus des paysans déplacés par les guerres successives.

Un pays où les traditions sont fortement ancrées , l’islam est très influent.

• Le pouvoir a toujours été totalitaire et féodal, l’administration corrompue.

Carte Afghanistan

La situation contemporaine :

De 1978 à 1989 :

En 1978, un coup d’état contre le pouvoir en place tente d’installer un nouveau gouvernement dont le programme « révolutionnaire » est censé moderniser le pays. Ce nouveau gouvernement PDPA (parti démocratique du peuple afghan) communiste n’a pas l’aval de Moscou. Il est dirigé de la ville avec les citoyens les plus éduqués en direction du monde rural. Le parti est confronté à des divisions internes et à une opposition conservatrice puissante. Le pays, qui n’a connu que des régimes totalitaires ou féodaux, n’est pas prêt pour le changement.

Face à ce pouvoir en difficulté, les soviétiques envahissent l’Afghanistan en décembre 1979. Devant cette invasion, la guerre de libération peut commencer, elle va durer dix ans.
Elle sera considérée comme une crise de la guerre froide tant sont impliqués russes et américains. Les russes finiront par se retirer en février 1989.

De 1990 à 2001 :

L’armée russe partie, que reste-t-il de ce parti communiste au pouvoir ? Il a si peu de crédit qu’il ne va survivre que trois ans au départ des russes. Il est renversé avec l’aide des services secrets de l’armée pakistanaise et de la CIA américaine qui sont devenus les maîtres du jeu politique, empêchant toutes les tentatives de réconciliation d’aboutir.

Depuis 1992 et la chute du régime communiste, la guerre civile ne cesse pas. Le pays est détruit. A Kaboul, les moudjahidines se livrent un combat sans merci pour le contrôle de la capitale. Ce combat entre tadjiks et Pachtounes va favoriser l’apparition d’une nouvelle force issue des écoles islamiques installées au Pakistan : les talibans (mouvement d’étudiants en religion d’origine pachtoune et d’obédience sunnite. Leur chef : le mollah Omar). Ils contrôlent déjà le sud-est du pays et s’installeront au pouvoir en 1997.

Ben Laden, qui a participé à la lutte anti-soviétique de 1986 à 1989, est allé au Soudan. Expulsé de ce pays, il revient en Afghanistan en 1996.
Les opposants aux talibans ( Massoud, ses alliés et leurs troupes) se réfugient dans le nord du pays.
Un régime islamique fondamentaliste s’installe à Kaboul sous la direction du mollah Omar, c’est l’application ultra-stricte de la Charia.
En 1998, Ben Laden exhorte les musulmans à « tuer les américains et leurs alliés, y compris civils, partout dans le monde ».
Les américains, en représailles d’attentats contre leurs ambassades au Kenya et en Tanzanie, bombardent les camps d’entraînement de Ben Laden en Afghanistan. Des sanctions sont votées par l’ONU contre le régime taliban : embargo aérien et sanctions financières.
En 2000/2001 Le régime taliban applique sa politique avec rigueur et particulièrement vis-à-vis des femmes.
Massoud, principal opposant au régime est assassiné le 9 septembre 2001. Le 11septembre, les attentats contre les tours du World Trade Center à New York font près de 3000 morts.
En octobre 2001 : une coalition militaire, dirigée par les U S A et l’Angleterre, intervient avec l’aval de l’O N U.
Le régime taliban s’effondre en novembre.

De 2001 à 2010 : Après les russes et les américains, les forces de l’OTAN.

Les Etats-Unis qui ont laissé (peut être aussi aidé) les talibans à prendre le pouvoir décident d’abord le blocus du pays puis le renversement de ce régime. C’est une des raisons de leur intervention. De plus, ils soupçonnent Ben Laden et son organisation terroriste (al qaida), dont les camps d’entrainement sont en Afghanistan, d’être responsables de l’attaque du 11 septembre à New-York.
En décembre 2001, l’ONU crée la force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) avec 5000 hommes.
En 2002, c’est le transfert des prisonniers talibans à Guantanamo. Le 13 juin 2002 Karzaï est élu chef de l’exécutif du pays pour 18 mois .Il constitue un gouvernement dans lequel les chefs de guerre occupent une grande place.
En 2003, l’OTAN prend le commandement de la FIAS à Kaboul pour le nord et l’ouest du pays.
En 2004, Karzaï devient président d’Afghanistan.
En 2006, la mission de l’Otan est étendue à tout le pays. La FIAS compte 3 000 hommes, dont plus d’un tiers d’américains. Ce contingent américain passe à 55 000 hommes en 2009.
En 2009, les élections présidentielles ont été reconnues par l’ONU entachées d’irrégularités. Un second tour sera nécessaire en novembre pour que Karzaï soit déclaré vainqueur suite au retrait de son concurrent.

Aujourd’hui, quelle est la situation ?

Influence de la guerre d’Irak : les attentats suicides font leur apparition, augmentant l’insécurité et le nombre des victimes. Les interventions aériennes sont très meurtrières et font de nombreuses victimes parmi la population civile, rendant l’intervention de l’OTAN de plus en plus impopulaire.
Les offres de réconciliation faites par le président Karzäi aux talibans sont rejetées.
Les Talibans qui ont leurs bases arrières au Pakistan, dans les zones frontalières, y ont exporté la guerre. L’extension de la guerre dans ce pays instable peut entrainer de graves conséquences dans la région, sachant que le Pakistan et l’Inde sont en désaccord sur une zone du Cachemire frontalière de leurs deux pays. Ils possèdent tous deux l’arme atomique !!!
La France, de par son appartenance à l’OTAN, est impliquée dans le conflit. Le contingent français dans le cadre de la FIAS s’élève à 3750 hommes et il est probable que notre pays soit sollicité pour envoyer davantage de militaires .

Les Etats-Unis, quant à eux, compteront bientôt plus de cent mille soldats sur le terrain. On sait également par l’expérience du passé, que les guerres étrangères menées dans ce pays n’ont fait qu’aggraver les crises !

Alors n’est-il pas l’heure de se retirer de ce piège ? La volonté américaine est d’étendre le conflit au Pakistan. Les stratèges américains parle de l’ « AFPAK » (Afghanistan Pakistan) comme un seul et même théâtre d’opérations.

Pour nous 4ACG ce conflit nous concerne et parallèlement aux compte-rendus de l’action du peuple américain contre les guerres Irak/Afghanistan nous avons pensé utile de publier cette courte histoire contemporaine de cet interminable conflit

Une très bonne documentation pour compléter l’info

MANIÈRE DE VOIR Le monde diplomatique No 110 d’avril-mai 2010
“Imprenable Afghanistan”

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.