Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > Rencontre avec les élèves du lycée GOUSSIER

Avant l’inauguration d’une rue Paris de Bollardière à REZÉ (44)

Rencontre avec les élèves du lycée GOUSSIER

…Cinq membres de l’AAAACG ont apporté leurs témoignages

mercredi 27 mai 2009, par Anne Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

Comment, à travers l’histoire vécue, aider des jeunes à réfléchir sur la prise de conscience et le positionnement de chacun par rapport à des idées et des valeurs personnelles.

Les élèves de trois classes de BEP ont travaillé, certains depuis deux ans, avec leur professeur d’histoire, M. Priou, sur la guerre en Algérie.
Lycée Rezé

Il s’agissait, en dehors d’un apport de connaissances historiques, d’amener les jeunes à une réflexion personnelle sur la responsabilité de chacun. Comment arriver à se positionner en fonction de ses idées et de ses valeurs, lorsqu’on est confronté à des situations graves, imposées, dans lesquelles on pourrait se laisser entraîner ?

Cette question a été plus spécialement abordée à travers les actes de torture perpétrés pendant la guerre d’Algérie.

François Bourges, Gilles Champain, JC Doussin, Bernard Pointecouteau, Guy Nicoullau ont apporté leurs témoignages et répondu aux questions du groupe.

Appelés en Algérie, ils ont retracé leur prise de conscience progressive de la situation dans laquelle ils étaient plongés sans en connaître vraiment la nature et les enjeux.

Etaient aussi présents des amis de la 4 ACG : JP et Nicole Cuq, Anne Doussin.

La soixantaine de lycéens, dont deux tiers de filles, se sont montrés attentifs, participatifs par leurs questions, et sensibles à l’expression des témoignages dont certains étaient chargés d’émotion, notamment celui de Gilles Champain.
Lycée GOUSSIER Rezé 1

Les élèves se sont intéressés :

- aux conditions de départ des appelés,

- à leur prise de conscience du conflit, alors que les intéressés pensaient partir « pacifier » des départements français,

- et à leurs réactions sur le terrain,

- aux projets de l’association…

Autre question posée : Sachant tout cela aujourd’hui, que feriez vous si vous deviez partir dans les mêmes conditions ?

Les lycéens se sont aussi interrogés sur le silence qui , pendant de longues années, a suivi ces évènements, allant jusqu’à demander s’il avait été « interdit » aux appelés d’en parler…

Le débat était précédé d’une présentation du travail préparatoire à cette journée par le professeur et d’un extrait du DVD de Patrick Rotman « l’ennemi intime », présentant des documentaires de l’époque et des témoignages.

Monsieur Priou a replacé la guerre d’Algérie dans le contexte d’une histoire proche, contemporaine, dans laquelle les grands parents de certains élèves ont pu être impliqués.

Ce travail avec les élèves se concrétise par l’inauguration prochaine d’une rue « Général De Bollardière » à Rezé le 30 mai prochain, demande qu’ils avaient adressée à la municipalité.

Cette inauguration sera précédée le vendredi d’une conférence débat avec Simone De Bollardière, veuve du Général De Bollardière et militante pacifiste, Mohamed Harbi, co-auteur avec Benjamin Stora de nombreux ouvrages sur le conflit algérien, Didier Guivarch, professeur d’histoire contemporaine à l’IUFM de Rennes, AÏssa Kadri, directeur d’institut Magreb-Europe, François Bourges, de la 4ACG.

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.