Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents > Quand les civilisateurs croquaient les indigènes

Quand les civilisateurs croquaient les indigènes

lundi 2 novembre 2020, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Alain Ruscio et Marcel Dorigny viennent de sortir un nouvel ouvrage sur la caricature raciste à l’époque coloniale : Quand les civilisateurs croquaient les indigènes
source : site histoirecoloniale.net

L’historien Alain Ruscio a rassemblé dans un livre les images que l’Europe au sommet de son expansion impériale présentait des peuples colonisés. Si elles nous paraissent aujourd’hui dégradantes, les contemporains ne les percevaient pas comme telles. D’où la réflexion de Joëlle Stolz dans son blog de Mediapart, qui se félicite que, grâce à l’éducation, « les Français sont moins racistes qu’autrefois ». L’Occident, qui gouvernait le monde depuis quatre siècles, se voit défié par d’autres régions du globe, à commencer par la Chine, d’où une remise en cause des hiérarchies qui avaient été intériorisées et le fait que les images du livre d’Alain Ruscio nous paraissent incroyables. Mais les Français d’aujourd’hui ne sont pas débarrassés de ce racisme, ils ont encore un effort à faire pour s’en défaire.

C’est un ouvrage qui sort à point avant les fêtes de fin d’année, mais n’a rien d’un « beau livre », du genre de ceux que l’on laisse en évidence sur la table basse du séjour. Quand les civilisateurs croquaient les indigènes, signé d’Alain Ruscio et publié aux Éditions du Cercle d’art, est choquant, effarant, voire effrayant pour le lecteur d’aujourd’hui, parce qu’il montre en détail comment la grande majorité des Français voyaient ceux que leur pays avait colonisés – à travers d’innombrables réclames, dessins humoristiques, affiches, livres d’enfants, publications largement diffusées à leur époque et aussi diverses que Le Pèlerin, Le journal des voyages, La presse coloniale illustrée, L’œil de la police ou La semaine illustrée.
L’une des grandes qualités de ce recueil – au prix modique : 39 euros, ce qui n’est pas énorme vu l’abondance des reproductions – est qu’il ne se limite pas à l’Afrique noire ou au Maghreb, puisqu’il englobe aussi les « territoires d’outre-mer », aussi bien aux Antilles que dans le Pacifique, et les régions asiatiques qui furent occupées et exploitées par la France, notamment en Indochine. Cet élargissement de la focale enrichit notre regard : j’expliquerai pourquoi.
Qui est Alain Ruscio ? Historien peu connu du grand public, âgé de 73 ans, il a publié des dizaines d’ouvrages et d’articles, en particulier sur la guerre d’Indochine à laquelle il a consacré sa thèse et où il fut le correspondant de L’Humanité après la victoire des Vietnamiens contre les États-Unis. Membre du Parti communiste français de 1963 à 1991, il s’est également intéressé à l’Algérie : citons entre autres l’essai qu’il a publié sur l’OAS chez La Découverte, Nostalgérie (2015).

Quand les civilisateurs croquaient les indigènes, Alain Ruscio, éditions du Cercle d’art
https://histoirecoloniale.net/Un-ouvrage-d-Alain-Ruscio-et-Marcel-Dorignysur-la-caricature-raciste-a-l-epoque.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.