Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents > L’armée française et l’Afrique (1830-2017)

L’armée française et l’Afrique (1830-2017)

lundi 17 juillet 2017, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

Vincent Hiribarren 13 juillet 2017

Questions à Etienne Smith, chercheur de la chaire d’Etudes Africaines Comparées, Rabat, et chercheur associé au CERI - Sciences Po. Il vient de diriger le numero de la revue Les Temps Modernes intitulé Guerres africaines de la France : 1830-2017. L’empire des armées.

Qu’apporte ce double-numéro à notre connaissance de l’armée française en Afrique ?

Les aspects purement militaires ou géopolitiques des interventions militaires françaises en Afrique ont fait l’objet de quantité de travaux. Ce numéro propose plutôt de suivre le fil rouge du « gallo-militarisme » au long cours en croisant les regards historiens et contemporains. Si les différentes histoires évoquées dans le numéro sont connues des spécialistes en études africaines, elles sont encore souvent méconnues du public non-spécialiste. L’objectif était donc de faire connaître ces recherches, comme par exemple sur la guerre du Volta-Bani, présentée par Mahir Saul, qui a dévasté l’ouest de l’actuel Burkina-Faso en 1916 et 1917, ou bien la guerre contre-révolutionnaire menée contre l’Union des Populations du Cameroun (UPC) à partir du milieu des années 1950, sur laquelle revient Manuel Domergue, ou encore, à la même période, la répression contre le parti Sawaba au Niger restituée par Klaas van Walraven.

Les débats sur le rôle historique de l’armée française en Afrique ou la violence militaire coloniale sont souvent centrés sur le cas algérien. Le numéro permet de se faire une vision plus complète à l’échelle du continent, en revisitant des épisodes connus comme la colonne Voulet-Chanoine, dont Bertrand Taithe montre les conséquences en métropole et pour l’armée dans un contexte marqué par l’affaire Dreyfus, ou des séquences moins connues au sein d’événements bien connus, comme « l’opération Pilote » dans la guerre d’Algérie en 1957, dont Denis Leroux retrace la genèse et les échecs. Toujours à propos de l’Algérie, William Gallois explore l’appropriation et la transformation par l’armée française du lexique et des pratiques de la razzia lors de la conquête.

L’armée française en Afrique ce sont aussi et d’abord ses soldats africains, qui ont toujours constitué l’essentiel des troupes en Afrique subsaharienne. Le numéro revient sur deux épisodes contrastés du destin de ces conscrits de l’empire, d’une part le massacre de Thiaroye de 1944, minutieusement décrit par Martin Mourre, et d’autre part le destin complexe des « tirailleurs sénégalais » guinéens participant à la guerre en Algérie et devenus apatrides suite à l’indépendance de la Guinée, dont Sarah Zimmerman restitue les circulations impériales et les trajectoires parfois inattendues. C’est aussi la trajectoire singulière d’un André Matsoua, ancien tirailleur congolais devenu après sa mort la figure mythifiée d’un mouvement de résistance à la colonisation qui fera les frais des indépendances par la déportation de la capitale de ses adeptes à l’été 1959, épisode qu’analyse Meike De Goede.

Ces éclairages permettent de lire le délitement impérial français dans les années 1950 à l’aune des transformations au sein de l’armée et en dépit des efforts de cette dernière pour en retarder l’échéance. Or si l’armée a en apparence perdu une manche avec les indépendances africaines, elle tient en réalité rapidement sa revanche dans les années qui suivent. L’Afrique subsaharienne indépendante redevient son « terrain de jeu » privilégié avec les « OPEX ». La récurrence des interventions dans la zone saharienne, par exemple, est illustrée à travers trois contributions : Camille Evrard sur les opérations « Ecouvillon » en 1958 et « Lamantin » en 1979 aux confins de la Mauritanie, du Sahara espagnol et du Maroc ; Marielle Debos et Nathaniel Powell à propos de l’interventionnisme militaire français quasi ininterrompu au Tchad et Bruno Charbonneau sur les opérations Serval puis Barkhane au Mali.

Les contextes, les acteurs et les objectifs changent, mais la continuité du fait de l’interventionnisme est remarquable et méritait réflexion. Porter le regard du côté des critiques des interventions s’imposait également, c’est le sens de la contribution de Richard Banégas qui illustre comment l’intervention française en Côte d’Ivoire a été interprétée par des générations politiques avides de « seconde indépendance ». Roland Marchal s’interroge enfin sur l’absence de débat sur la question des victimes et du coût humain des opérations extérieures.

Comment expliquer le fait que la carte des interventions francaises en Afrique aujourd’hui recoupe grosso modo la carte de l’empire colonial francais ?

Les deux cartes ne se superposent pas exactement (il suffit de penser aux interventions au Rwanda, en RDC ou en Libye pour s’en convaincre), mais il y a bien une congruence évidente, qui invite à (re)lancer le débat sur la nature exacte des indépendances africaines des années 1960. Dans plusieurs pays, l’armée n’est jamais vraiment partie (Sénégal, Côte d’Ivoire, Gabon, Djibouti, Tchad…) ou ré-apparaît régulièrement dans le cadre d’interventions ou de la coopération militaire (RCA, Cameroun, Congo-Brazzaville, Mauritanie, Burkina Faso, Niger…). Pour un pays comme le Mali, en revanche, il est difficile de ne pas parler de « retour de l’armée française » : l’armée avait quitté ce pays en 1961 à la demande du gouvernement malien, mais opère un retour massif dans la cadre de la « guerre contre le terrorisme » au Sahel, avec des implantations durables. Ailleurs, elle n’est jamais vraiment partie (Sénégal, Côte d’Ivoire, Gabon, Djibouti, Tchad…) ou ré-apparaît régulièrement dans le cadre d’interventions ou de la coopération militaire (RCA, Cameroun, Congo-Brazzaville, Mauritanie, Burkina Faso, Niger…). Or si certaines interventions ont été décidées unilatéralement par la France (en l’occurrence un nombre restreint de personnes au sein de l’exécutif), d’autre l’ont été à la demande de chefs d’Etat d’Afrique francophone sentant leur pouvoir menacé. Le « réflexe » de l’intervention fut donc partagé. C’est l’histoire bien connue du rapport singulier des élites dirigeantes d’Afrique francophone à l’ancienne métropole, qui nous ramène aux années 1950. Notre période paie l’addition d’indépendances qui ont été dans bien des cas que des décolonisations partielles : les vainqueurs de ces séquences politiques particulièrement complexes (dont l’histoire est actuellement revisitée avec profit par les historiens) ont très souvent été les partisans du statu quo dans les relations franco-africaines. Il n’est pas surprenant qu’ils se soient installés avec profit sous le paratonnerre militaire français qui déresponsabilise les armées nationales. Celles-ci ont d’ailleurs souvent plus été formées à la répression ou à la guerre contre-insurrectionnelle qu’à la guerre régulière « externe », autant de constats qui posent par conséquent aussi la question du bilan de la coopération militaire française dans certains pays.

Comment explique-t-on le fait que les interventions militaires françaises en Afrique n’« étonnent » plus en France ?

Effectivement, personne ne semble plus s’en étonner en France, mais les partenaires européens de la France comme les opinions publiques africaines s’en étonnent à juste titre. L’entreprise de naturalisation de cet interventionnisme est ancienne et tient sans doute aux institutions de la Ve République, qui font du président un chef des armées dont le rôle historique serait presque incomplet s’il n’avait pas « sa » guerre. Difficile à dire si un régime plus parlementaire aurait été moins porté à l’intervention - après tout la IVe République ne fut pas avare en opérations militaires, mais dans un contexte colonial. La façon dont les interventions militaires extérieures ont été décidées sous la Ve République laisse à penser que cet interventionnisme banalisé dit beaucoup de nos institutions : un exécutif rendant peu de compte, la marginalisation relative du Quai d’Orsay sur certains dossiers africains, le lobbying d’une certaine hiérarchie militaire, ainsi que la difficile décolonisation conceptuelle des esprits dans certains milieux pour qui l’Afrique serait un « domaine réservé » de la France. Or cette absence de véritable débat participe parfois indirectement de l’enlisement d’interventions. Des interventions qui ont commencé comme des « opérations de routine » ont mal tourné, comme au Rwanda, tant l’« évidence » et le sentiment de légitimité de ses promoteurs neutralisent la nécessaire vigilance critique.

Source : http://libeafrica4.blogs.liberation.fr/2017/07/13/larmee-francaise-et-lafrique-1830-2017/

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.