Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > La 4ACG dans les medias > Guerre d’Algérie. Un Brestois milite pour ouvrir le dialogue

Guerre d’Algérie. Un Brestois milite pour ouvrir le dialogue

mardi 21 août 2012, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

Source Le Télégramme 21 août 2012 / Guy Pellen /

Photo G. P.

L’association 4ACG publie « Guerre d’Algérie, guerre d’indépendance, paroles d’humanité », un livre qui regroupe des témoignages de combattants français et algériens, harkis, pieds-noirs, réfractaires…

Cinquante ans après la fin du conflit et des piles de récits et d’essais plus ou moins historiques, l’association des Anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre (4ACG) publie un livre qui pourrait bien être unique en son genre. « Guerre d’Algérie, guerre d’indépendance, paroles d’humanité », paru récemment aux éditions L’Harmattan, regroupe, en effet, des témoignages de combattants des deux bords, français et algériens, ainsi que ceux de harkis et de leurs enfants, ceux des pieds-noirs, de réfractaires et de personnes concernées d’une façon ou d’une autre par ce conflit armé. L’association 4ACG a été créée en 2004 par des anciens appelés de l’Aveyron, opposés à la guerre à laquelle ils ont dû participer, et qui ont décidé de reverser leur retraite de combattants pour financer des opérations de développement en Algérie et dans des pays qui souffrent de la guerre. L’association regroupe désormais 230 adhérents en France.

« Le devoir de dénoncer la folie »

« En tant qu’anciens appelés, nous avons le devoir de dénoncer la folie de cette guerre et de tous les conflits, expliquent les quatre fondateurs de l’association. À20ans, nous n’avons pas su ou pu réagir. Aujourd’hui, nous n’aurions aucune excuse de nous taire ». Un comité de rédaction de neuf personnes, dont le Brestois Jean Miossec, a travaillé pendant deux ans pour recueillir les témoignages, les vérifier et bâtir ce livre préfacé par Simone de Bollardière et par deux historiennes, la Française Raphaëlle Branche, maître de conférence à l’université de Paris 1, et l’Algérienne Ouanassa Tengour, chercheur au CRASC, antenne université de Constantine. Elsa Paris, étudiante en master d’histoire à l’École des hautes études en sciences sociales, s’est chargée de l’introduction des différentes périodes du conflit.


Viols, torture corvée de bois…

« Les témoignages qui sont rassemblés dans ce livre sont intéressants parce que beaucoup d’appelés, pour différentes raisons, sont restés enfermés dans le silence après la guerre, explique Jean Miossec. On estime qu’environ 300.000 appelés, sur deux millions, ont dû faire face à des problèmes psychologiques plus ou moins importants. Cela n’intéressait pas les Français d’entendre parler de viols, de torture ou de la sinistre corvée de bois… ». Quand ils ont commencé à travailler sur le projet, il est apparu évident aux membres du comité de rédaction qu’il fallait aussi recueillir des témoignages des anciens combattants FLN. « Ces combattants n’ont pas bénéficié de la liberté d’expression et il est temps d’ouvrir le dialogue. On n’a rien à cacher et tout le monde doit pouvoir s’exprimer ». Jean Miossec, qui a notamment interviewé une fille de harki et un ancien militant du FLN, considère que « c’est un scandale que cinquante ans après la guerre, aucun traité de paix ne soit signé entre la France et l’Algérie ! » Ces « Paroles d’humanité », fortes, sans propagande ni discours convenus, militent activement pour le rapprochement entre les deux pays.

« Guerre d’Algérie, guerre d’indépendance, paroles d’humanité », association 4ACG, éditions L’Harmattan, 470 pages, 28 EUR.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/guerre-d-algerie-un-brestois-milite-pour-ouvrir-le-dialogue-21-08-2012-1812721.php

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.