Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents (bibliographie, filmographie…) > Du bon usage de la torture ou Comment les démocraties justifient (...)

Du bon usage de la torture ou Comment les démocraties justifient l’injustifiable. Par Michel Terestchenko

dimanche 23 novembre 2008, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

aux éditions La Découverte, 216 pages


Une pratique qui empoisonne la démocratie

Erigée outre-Atlantique en politique d’Etat, la torture figure parmi les dossiers les plus brûlants. C’est dire si ce remarquable essai sur la façon dont la première démocratie du monde en est venue, depuis le 11-Septembre, à justifier l’injustifiable tombe à point nommé.
Le philosophe Michel Terestchenko, qui n’a rien d’un antiaméricain primaire, explique aussi de manière très convaincante pourquoi les sociétés qui s’y livrent « fomentent en leur sein un poison profondément corrupteur qui se diffuse à l’ensemble des institutions ». A l’exécutif qui en décide et au pouvoir législatif qui la légalise ou se défausse ; à l’armée, dont les valeurs sont bafouées par la licence accordée aux services spéciaux ; à l’opinion publique, enfin, qui tend à se réfugier dans « une complicité indifférente, pourvu que les victimes soient désignées comme des fanatiques hostiles ».

L’édition du journal « Le Monde » du 19 novembre analyse un livre qui ne nous laisse pas indifférents…

Du bon usage de la torture ou Comment les démocraties justifient l’injustifiable. Par Michel Terestchenko
Du bon usage de la torture ou Comment les démocraties justifient l’injustifiable. Par Michel Terestchenko

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.