Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Contre la guerre, contre toutes les guerres !

Contre la guerre, contre toutes les guerres !

vendredi 7 novembre 2014, par Pierre Mens

Version imprimable de cet article Version imprimable

Entre le 1er novembre, jour du début de l’insurrection algérienne, et le 11 novembre, jour de l’armistice de la grande guerre, nous aurions pu proposer un article argumenté et didactique sur l’absurdité et la bêtise de toute guerre, quels qu’en soient l’époque et les acteurs. Nous avons préféré vous offrir ce texte-poème de l’un de nos adhérents, dont le cri vaut peut-être toutes les dénonciations du monde. A vous d’en juger…

Monologue d’un appelé ordinaire
Soumis à la guerre coloniale contre les Partisans de l’indépendance algérienne
et témoin de la barbarie du monde en guerre

Je ne parle pas pour les experts
De la gégène, ces pervers
Cherchant dans la merde et le sang
Le soi-disant renseignement

Je ne parle pas pour les tueurs
Des corvées de bois de l’horreur
Sans doute moins sereins aujourd’hui
Que peuvent être les insoumis

Je ne parle pas contre les morts
Au nom gravé en lettres d’or
Sur un monument, quelque part
Au bord d’une route de hasard

Je parle pour ceux du Grand Troupeau,
Entre djebels et Mer d’Alfa
Crapahutant souvent sans eau
En ratissant le Fellagha.

Je parle pour ceux qui sont revenus
Pour tous ces modestes Quillards
Traumatisés par leur vécu
Et qui traînent des restes de cafard
Quand on les prend pour des SS…
Eux qui n’étaient que des moutons
Manipulés dans leur jeunesse
Sur les ordres de la Nation

On ne veut ni compassion ni gloire
Mais ceux qui veulent accaparer
Sans l’avoir vécue notre histoire
Doivent respecter notre dignité !
La dignité et la fierté
De n’avoir fait que riposter.

Pierre Mens. ( chef de groupe ou de section )
dit « Pierrot » à Oued Sebbâa (1958-59)

Messages

  • Bonjour,

    [ Compte tenu du fait que ce texte reste publié sur Google et que j’ai situé mon témoignage dans la période et le lieu, et même si les responsables ne sont vraisemblablement plus de ce monde, il serait juste de disculper le capitaine remplaçant le titulaire (capitaine Simon ) à notre camp de Oued Sebbâa :

    Le Capitaine Ben Chérif a toujours interdit l’usage de la torture et la pratique de la corvée de bois lorsqu’’il commandait provisoirement la 3è compagnie du 1/21è RI au camp de Oued Sebbâa .
    Il croyait à l’Algérie française mais n’a pas déshonoré la France par l’usage de la barbarie .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.