Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Projets que nous finançons > A l’association Medina, on résiste…. et on avance !

A l’association Medina, on résiste…. et on avance !

vendredi 1er juillet 2016, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’Association Medina a été longtemps résumée, sur le terrain, à un seul membre : le coordinateur local. Aujourd’hui, l’effectif s’est étoffé, notamment par des soignants en Syrie et une équipe mobile à Gaza.

Faisant preuve chaque jour d’un courage admirable, ils sont la force de travail de l’association. Or, comme le souligne Franck Carrey, Président de l’association, « faute d’autorisations pour entrer à Gaza, faute de sécurité pour entrer en Syrie, le précieux lien physique avec nos équipes est mis en danger. Pour autant, la motivation de ces « staffs » locaux est inentamée. Cela, nous le devons sans doute à ce que représente pour eux le soutien indéfectible d’une petite association. C’est un lien d’interdépendance très fort. Merci mille fois à ceux qui traduisent en gestes notre volonté de solidarité en se dévouant au péril de leur vie sur le terrain ».

En Palestine, dans la Bande de Gaza

Depuis l’été 2015, l’Association Medina a mis en place une équipe mobile de soutien psychologique pour les enfants dans le Nord de la Bande de Gaza. L’objectif est de détecter les traumatismes psychiques des enfants suite aux bombardements de l’été 2014 et à l’instabilité continue
En l’espace de 10 mois, 18 571 enfants ont participé au programme de dépistage dans les 37 localités visitées, dont 2 212 suivent des séances régulières avec un psychologue.
Aujourd’hui 142 jeunes ont été orientés vers une structure adaptée.

En Syrie, banlieue d’Alep

La situation en Syrie ne s’améliore pas, bien au contraire …
La banlieue d’Alep est régulièrement bombardée à la fois par des roquettes, barils et engins de guerre. Franck Carrey : « notre équipe nous rapporte que des bombes à phosphore auraient été utilisées dans la soirée du lundi 6 juin et le week-end du 12 juin. Lors de l’attaque du 6 juin, quatre personnes sont mortes et dix ont été blessées. Le phosphore blanc est un explosif, ses capacités incendiaires (cœur de l’explosion) sont nettement supérieures au napalm. Le phosphore qui ne brûle pas s’échappe sous la forme d’un nuage corrosif, ce qui le classe dans la catégorie des armes chimiques ».
 
Lors d’utilisations offensives, les concentrations de phosphore sont si élevées que le nuage blanc en question est souvent beaucoup plus meurtrier que l’explosion. L’utilisation des bombes à phosphore est formellement interdite par le Droit International Humanitaire (le protocole III additionnel à la Convention sur certaines armes classiques de l’ONU, signé en 1980).

La maternité d’Alep

 
La structure reste ouverte malgré les événements (voir article 1066 du 29 juin) et le personnel est toujours aussi optimiste et motivé.
Au mois de mai, la maternité a accueilli 2 452 femmes et enfants et enregistré 105 naissances dont 28 par césarienne.

En dépit de toutes les difficultés rencontrées, un nouveau convoi a acheminé en mai dernier six palettes de consommables médicaux, une couveuse, des fauteuils roulants et cent kilos de petits pots pour bébés.

Pour terminer, Franck Carrey nous signale trois actions à venir de Medina à Bourges :

  • Dimanche 25 Juillet : Palestine Tour à partir de 14h, place Gordaine
  • Dimanche 11 Septembre : Fête des Associations au Quai d’Auron de 10 à 18h
  • Vendredi 16 Septembre : Soirée des bénévoles à l’Espace Tivoli à 18h30

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.