Accueil > Vie de l’association > Notre ami Bernard Dutoit n’est plus...

Notre ami Bernard Dutoit n’est plus...

dimanche 19 mai 2024, par Bernard Dutoit , Gérard Martin

Notre ami Bernard Dutoit, Ancien Appelé en Algérie, membre de la 4acg depuis plus de dix ans, vient de nous quitter ce mardi 14 mai. Ancien paysan, il vivait toujours dans sa ferme équestre, à Vergoignan dans le Gers. Militant, humaniste, il était très actif dans différentes associations dont le CCFD. Il participait aussi au dialogue inter-religieux chrétiens/musulmans dans sa région. Bernard était un homme aussi bien ancré dans sa terre que dans sa foi.

Témoin cette lettre adressée au quotidien La Croix, où il s’en prend vertement aux déclarations d’un évêque.

Les paysages afghans vus aux infos TV et les militaires courageux me renvoient brutalement à notre engagement en Algérie il y a maintenant plus de 50 ans dans les djebels. Et la déclaration de Monseigneur Defois me choque profondément : « La guerre contre le terrorisme est de la légitime défense ». Nos parents résistants n’étaient-ils pas des terroristes ? Une guerre n’est jamais propre et il est toujours très facile de la justifier avec le « terrorisme ».

J’ai vécu très douloureusement un trop long séjour involontaire à Bir el ater le long du barrage électrifié, à la frontière tunisienne.

Après un entraînement intensif physique et psychologique en métropole, nous étions devenus de véritables bêtes de combat prêtes à en découdre face à un ennemi à la réputation décrite comme épouvantable et particulièrement sauvage. Une véritable manipulation pour des jeunes de 20 ans juste sortis innocents de leur terroir.

À notre arrivée, l’ambiguïté du discours est surprenante : d’un côté un rôle de pacification et de l’autre une mission de durs combats face à des combattants (fellouzes, rebelles), sanguinaires et ne faisant pas de prisonniers.

Nous sommes en plein désarroi dès nos premières sorties en découvrant l’immense misère de nos frères paysans de ce département français. Cette grande pauvreté est une agression violente pour le paysan gersois que je suis (si j’étais fellah algérien dans les mêmes conditions de vie je serais rebelle c’est évident).

Je me suis souvent interrogé sur l’obéissance aux ordres et mon devoir de citoyen. J’ai souvent prié (permets seigneur que je n’ai pas à me servir de mon PM)…j’ai eu le privilège durant plusieurs mois d’être le chef d’un groupe de Français musulmans appelés, nous partagions les mêmes peurs en embuscade, en opération, à la garde. Nous avons vécu ensemble une grande complicité et une merveilleuse confiance réciproque ; il nous arrivait de prier ensemble. Persuadés que nous invoquions le même Dieu d’une façon différente. Que sont-ils devenus ? Ces vrais amis dont les pères et grands-pères avaient également combattu pour notre liberté avec si peu de reconnaissance. Je suis particulièrement traumatisé lorsque j’essaie d’imaginer le sort qui a pu leur être réservé et j’ai vraiment honte…

Nous avons partagé ensemble des situations difficiles dans une spirale de violence dont la responsable est la mécanique de guerre capable de transformer l’homme en ennemi haineux.

Nous avons refusé l’ordre de tirer sur tout ce qui vivait en zone interdite, c’est-à-dire entre les deux barrages électrifiés. Nous avions vu au cours de patrouilles que des familles s’y réfugiaient encore avec leurs animaux malgré les consignes…c’était vital pour leur survie. Leurs terres peu productives étaient entre les deux barrages et je me suis imaginé paysan à leur place avec la charge de nourrir ma nombreuse famille.

Notre chef de corps a compris ma désobéissance, fort heureusement sinon la discipline faisant la force principale des armées, j’étais passible de grosses sanctions entraînant sans doute avec moi mes frères algériens, « français de seconde catégorie… »

Dans ce contexte conflictuel qui conduit à la limite de la pulsion criminelle, les pacifiques sont souvent marginalisés encore aujourd’hui dans certaines réunions d’anciens combattants……

J’ai vu des braves types particulièrement doux devenir des loups. L’héroïsme le courage la bravoure sont ambigus et côtoient forcément la peur la haine et le racisme…

Qui a le droit de juger de la réaction violente d’un homme qui a vécu dans sa chair la mort des copains ou leur mutilation. Quel que soit son camp il n’y a pas de guerre propre et notre rôle à nous qui l’avons vécue, mal vécue dans nos consciences, est d’être de véritables artisans de paix et de réconciliation en témoignant de l’horreur des conflits où qu’ils soient .

Des deux cotés des hommes sont morts, ont souffert. Souvenons-nous ensemble et témoignons pour que ces drames ne se reproduisent plus jamais .

Je rêve que les actions de développement entreprises depuis plus de 30 ans avec nos frères paysans Béninois, en véritable partenariat, puissent se réaliser très vite en toute fraternité avec les paysans algériens anciens combattants du FLN. Cette réconciliation dans l’action est possible il suffit de le vouloir ensemble… La reconnaissance réciproque de l’identité de l’autre peut fonder une véritable fraternité, et si en Afghanistan et ailleurs les sommes dépensées pour la guerre servaient au développement agricole de ces pays…

Adhérent à la 4acg, j’essaye d’intervenir afin de faire passer ce merveilleux message de réconciliation avec le peuple algérien ainsi que nos actions de développement avec nos frères algériens. Pas évident ?

Nous avons accueilli durant huit jours Zahira, ingénieure algérienne voilée pour les « controverses de Marciac » … Ces diverses actions ne sont pas toujours comprises et régulièrement je suis sujet à la dénomination de Bougnoule, collabo et d’autres qualificatifs sympas tout aussi élogieux.

Je vous remercie tous très fort, les amis de la section locale de l’Union fédérale gersoise, car bien que connaissant mes engagements contre la guerre chacun d’entre vous a respecté mes positions, aucun d’entre vous ne m’a interpellé. C’est aussi cela le vivre ensemble, s’accepter différents mais frères.

Lisant l’édito titré « Pacifique » d’une certaine presse, pacifiste je me suis précipité imaginant un message de paix correspondant notre charte de fraternisation. Bravo ! Nous avons battu un record de vente d’armements, totalisant 16 milliards d’euros ! Que pèse notre très maigre pension d’anciens appelés reversée pour des actions de solidarité ? Quel que soit l’arme utilisée une intervention fut-elle punitive et ciblée, est toujours une tragédie insupportable, ajoutée à l’horreur et nous sommes particulièrement crédibles, car nous avons vécu dans nos tripes l’inacceptable et nous nous devons d’être des artisans de paix.

La cérémonie se déroulera le mardi 21 mai à 10h, en l’église de Vergoiognan, dans le Gers.

Lire aussi le témoignage de Bernard Dutoit, « Paysan sans frontières » sur le blog “Mémoires à suivre” :

https://www.dropbox.com/s/t3fch9bl5ac0szj/Dutoit%20Bernard.doc?e=1

Photo Yves Boucher

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.