Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > lettre aux lycéens et lycéennes que nous allons rencontrer

lettre aux lycéens et lycéennes que nous allons rencontrer

mercredi 19 octobre 2016, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Souvent, les enseignants, tout comme les intervenants que nous sommes, s’interrogent sur la façon dont doit être préalablement présentée la rencontre aux collégiens et lycéens. Voici une proposition dont la trame peut être utilisée par l’enseignant, quelques jours avant l’intervention, ou comme introduction pour l’intervenant au début de la rencontre.
Ce texte n’est qu’une proposition, pas un modèle. A chacun de suivre sa propre inspiration !

La mémoire, on ne la transmet pas. Elle se transmet, malgré nous. Ce que nous pouvons faire, c’est l’accompagner le plus justement possible (Robert Guédiguian).

Nous, les anciens appelés, nous venons du passé. Vous, vous êtes tournés vers l’avenir. On est censés vous parler d’hier, et vous, tout naturellement, c’est demain qui vous intéresse.
Mais si on y regarde de plus près, nous les cheveux blancs, nous avons encore un avenir. Et vous, vous êtes porteurs d’un passé, conscient ou inconscient, qui pourrait s’appeler la mémoire, familiale, sociale ou générationnelle.

Qui, parmi vous, n’est pas concerné dans son milieu familial ou relationnel, par la guerre d’Algérie ? Qui, parmi vous, n’a pas un grand-parent, un oncle, un cousin, un ami, qui soit concerné, de près ou de loin, par cette période ?
D’une certaine manière, vous portez cette mémoire, même si elle est quelque peu enfouie.

C’est sans doute à cet endroit que peut se jouer notre rencontre. Et la qualité de cette rencontre dépend beaucoup de nous. Elle nous interdit de nous comporter comme des « anciens combattants » porteurs de soi-disant vérités, avec des discours qui sentent la naphtaline. Nous avons un vécu, certes. Mais s’il ne sert pas à éclairer le présent et à préparer l’avenir, il ne sert à rien. C’est pourquoi nous croyons à la force d’un dialogue ouvert, où chaque génération écoute l’autre au lieu de lui asséner ses vérités.

On se parle, on s’écoute, et on approche d’une forme de lucidité éclairante pour nous tous.

Vous avez autant à nous apporter que nous à vous apporter.

Rappel : pour les interventions scolaires, on peur se référer à ce lien :

Témoigner, faire témoigner : avec quels outils et comment se les procurer ?

http://www.4acg.org/Temoigner-faire-temoigner-avec-quels-outils-et-comment-se-les-procurer

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.