Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Projets que nous finançons > Archives des projets que nous finançons > Projets 2010 > Un poème pour la paix sur le mur de Jerusalem… Ils l’ont fait ! Les lycéens de (...)

Un poème pour la paix sur le mur de Jerusalem… Ils l’ont fait ! Les lycéens de Rezé sont de retour

samedi 14 mai 2011, par Anne Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

Nous vous avions promis des nouvelles rapides de ce projet, aidé par 4acg… Premiers échos de leur voyage à Abu Diss, en Palestine, et premières photos.

Voici un message que nous a adressé leur professeur
Laurent PRIOU :

Quelques nouvelles de l’aboutissement du projet que j’ai mené avec des élèves de chaudronnerie de mon lycée.

Après avoir écrit un texte contre les murs en général et celui de Cisjordanie en particulier, nous sommes allés le reproduire sur le mur lui-même !

Les jeunes en pleine action…

Cette photo montre le travail d’écriture du texte sur une portion du mur située face à l’entrée de l’Université.

A notre arrivée, nos partenaires palestiniens nous ont déconseillé de l’écrire en hébreu, considérant que les militaires israéliens, qui patrouillent régulièrement dans le secteur, et que nous avons effectivement vu passer devant nous au moment des travaux, l’auraient pris pour une provocation.

J’ai donc, avec regrets, suivi ces recommandations, pour assurer la sécurité des élèves que j’avais sous ma responsabilité.

Sachez bien j’étais tout autant attaché que vous à la force symbolique d’une version en hébreu, mais j’ai considéré ne pas avoir le droit d’élever le niveau de risque pour mes élèves.

Cette initiative nous a valu une lettre de félicitations de la part de Stéphane Hessel !

Lettre de félicitations de la part de Stéphane Hessel

Cette deuxième photo réunit à ma droite Atef Iriqat, responsable palestinien de la municipalité d’Abu Diss, et à ma gauche Michel Warschawski, écrivain et journaliste franco-israélien fils du grand rabbin de Strasbourg, et opposant au mur.

Reyel Marghouti, maire d’Abu Diss (à gauche)

La dernière montre Reyel Marghouti, maire d’Abu Diss et cousin de Marwan Barghouti très populaire leader palestinien emprisonné à vie et considéré comme le Nelson Mandela de la Palestine.

Laurent PRIOU

Vous pouvez lire le texte du poème en français, en arabe et en anglais.

La tête contrre le mur, en français, en arabe et en anglais

Une restitution publique de ce voyage va être organisée le 27 mai. Nous aurons alors davantage d’informations à vous communiquer.

Nous pourrons y rencontrer les élèves et recueillir leurs paroles, leurs impressions sur ce qui a été pour eux un grand moment.

Et bien sûr vous faire part de tout cela sur le site !

Messages

  • Bonjour
    j’ai fait plusieurs séjours (entre 2003 et 2011) en Palestine et plus particulièrement à Jérusalem. Je suis intervenu comme bénévole au Home Notre Dame des Douleurs, maison de retraite pour Palestiniens située à Abu-Dis. J’ai créé un site internet que vous pouvez consulter à cette adresse : www.fnddjeru.org
    Au cours de mes séjours j’ai pu assister à la construction du mur entre Jérusalem-est et la Cisjordanie et ai fait de nombreuses photos. Je suis dans la constitution d’un album photos avec commentaires sur cette construction.
    En cherchant un texte pour mettre en fin de cet album, j’ai cherché sur internet et suis tombé sur votre site et ai trouvé le beau poème écrit par les élèves de Rezé. je vous demande l’autorisation de l’inclure dans mon album.
    D’autre part, j’ai 78 ans, et ai été appelé durant la guerre d’Algérie. J’ai toujours eu une prévention contre les associations d’anciens combattants. Et par hasard, et grâce indirectement à la Palestine je découvre votre association. je pense que je vais y adhérer. elle me semble correspondre à mon éthique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.