Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Vie de l’association > Retour en Algérie… sur les routes d’Auvergne et du Lyonnais

Retour en Algérie… sur les routes d’Auvergne et du Lyonnais

mardi 21 octobre 2014, par Colette Zimmermann , Georges Duray

Version imprimable de cet article Version imprimable

Du 6 au 10 octobre, Emmanuel Audrain – le Breton – est venu parcourir les routes du Massif Central, de Clermont-Ferrand à Roanne, en passant par Riom, Thiers, Charlieu, pour y présenter « Retour en Algérie », le documentaire qu’il a réalisé sur d’anciens appelés partis en 2013 à la rencontre de leurs « ennemis » d’hier.

Gérard, Marie-Odile et Pierre, Colette et Georges, membres de la 4acg, l’accompagnaient dans ses rencontres avec la presse régionale et dans ses déplacements.

A Clermont-Ferrand, le film était présenté en partenariat avec l’association France-Algérie Pays d’Auvergne (AFAPA). Et là comme ailleurs, avant chaque projection, Emmanuel Audrain disait ce qu’ont été, pour beaucoup d’appelés, leurs difficultés, voire leur impossibilité à s’exprimer sur le vécu de cette guerre. Il expliquait comment il avait réussi à recueillir le témoignage de nos sept amis de 4acg : Gilles C., Georges T., Gérard K., Pierre R., Gérard L., Rémi S. et Stanislas H., ainsi que celui de Simone de Bollardière, Présidente d’honneur de leur association. Il ne manquait jamais de rappeler que c’est Simone, veuve du Général de Bollardière, qui lui a fait connaître 4acg, et qu’il a accompagné les trois voyages de l’association en Algérie en 2013.

A la fin de la projection, 52 minutes plus tard, le public se tenait silencieux. Comme l’a dit une personne, un soir, « On aurait voulu applaudir mais l’émotion est trop forte ».

Les débats qui suivaient la projection étaient différents d’une salle à l’autre, mais la parole circulait toujours librement.
Nous avons entendu d’anciens appelés dire leur vécu, leurs souffrances, des Pieds-Noirs dire combien ils se sont sentis mal accueillis à leur arrivée en métropole et incompris. Des jeunes, dont certains d’origine algérienne, ont dit être touchés par le documentaire. Des professeurs d’histoire ont demandé que le film soit présenté à leurs élèves. Plusieurs participants ont dit n’avoir jamais réussi à parler en famille de cette guerre d’Algérie.
A aucun moment, nous n’avons entendu de paroles de haine mais au contraire : « merci… merci… je comprends mieux »… 

Un regret cependant : nous aurions aimé que des membres d’autres associations d’anciens combattants se fassent connaître et témoignent mais cela n’a pas été le cas. Il semblerait qu’une consigne nationale ait été donnée de ne pas aller voir ce film.

Comme l’a écrit Emmanuel dans son dossier de presse : « Le vrai voyage de ces hommes était bien sûr leur voyage intérieur. Celui qui va de leurs 20 ans à aujourd’hui. Ce long chemin où avec cœur et intelligence, ils ont su retrouver l’estime d’eux mêmes… Cette histoire a bouleversé leur vie… aujourd’hui, ils veulent contribuer à en écrire une autre page… solidaire et fraternelle celle-là. »

A notre tour, nous disons merci à Emmanuel Audrain, et nous invitons chacun à acheter et à diffuser son DVD. Le film, et les nombreux « bonus » qui l’accompagnent, constituent un excellent support pour engager le dialogue avec nos proches, et pour faire mieux connaître ce qu’a été cette « sale guerre ».

Colette Zimmermann , Georges Duray

Retour en Algérie

Le site du film : http://www.retourenalgerie-lefilm.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.