Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Re-nomination de la rue du 19 mars 1962 à Béziers : la presse monte au front (...)

Re-nomination de la rue du 19 mars 1962 à Béziers : la presse monte au front !

jeudi 12 mars 2015, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Midi-Libre, l’Indépendant, la Marseillaise-Hérault , la presse multiplie les communiqués sur la décision du maire de Béziers de renommer la rue du 19 mars 1962 en rue du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc.

Répondant à Robert Ménard, maire de Béziers, qui veut rassembler toute la sphère extrémiste et algérianiste de la région pour « effacer une sinistre date » (sic), de nombreux groupes et associations opposants à cette initiative ont vu leurs communiqués relayés par la presse régionale.

Ainsi le Midi-Libre, dans son édition de Béziers, titre sur la « Mobilisation pour sauver la rue du 19 mars 1962 ». Il précise que les « associations, syndicats et partis politiques sont décidés à s’opposer à la décision du maire d’effacer cette date ». Pour le porte-parole de l’appel citoyen créé à cette occasion, « il faut rétablir la dignité de cette ville, respecter les accords d’Evian qui ont mis fin à la guerre d’Algérie. Nous nous devons de respecter également la population algérienne ».

« Honte du 19 mars de Ménard : les Perpignanais à Béziers samedi », titre l’Indépendant de Perpignan, en ajoutant que treize organisations des Pyrénées-orientales, ont appelé à manifester samedi à Béziers contre la débaptisation d’une rue dédiée au cessez-le-feu en Algérie. Pour leur porte-parole, « Denoix de Saint-Marc a tout de même participé à un complot contre la république ! ». Un participant ajoute : « dire que le colonialisme était une bonne chose, c’est inciter à la haine ».


L’Indépendant de Narbonne
donne la parole au collectif qui s’est constitué contre le racisme, la xénophobie et les discriminations : « pour Robert Ménard, qui se proclame héritier de l’OAS par l’action de son père, il s’agit donc de supprimer le nom d’une date de paix pour donner à la rue le nom d’un criminel terroriste qui a été condamné par la justice française ».

Enfin, la Marseillaise, édition Hérault, met l’accent sur l’initiative surprise des signataires de l’appel « sauvons le nom de la rue du 19 mars 62 à Béziers » : la remise en place de la plaque « rue du 19 mars 1962 », le lundi 10 mars au matin, par des membres de plusieurs associations, syndicats et partis politiques signataires de l’appel citoyen.

A toutes ces réactions, se joint celle de l’historien et vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme, Gilles Manceron, que vous pouvez lire en cliquant sur le lien ci-dessous :

Robert Ménard, maire de Béziers soutenu par le Front national, va changer le nom de la « Rue du 19 mars 1962 » en « Rue du Commandant Denoix de Saint-Marc. Héros français ». Pourtant, son rôle dans la justification de la torture pratiquée en 1957 lors de la Bataille d’Alger puis dans le putsch d’avril 1961 contre la République n’autorise en aucun cas ce terme, comme le montre l’historien Gilles Manceron.

http://ldh-toulon.net/Gilles-Manceron-Helie-Denoix-de.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.