Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Vie de l’association > Vie des régions > Pays de Loire > Mostaganem : nous étions chaleureusement attendus…

Mostaganem : nous étions chaleureusement attendus…

mercredi 29 octobre 2014, par Anne Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

Nous étions quatre membres de l’association de la région Pays de Loire partis pour dix jours à Oran et Mostaganem.
Le but de ce déplacement ? Suite aux contacts pris l’année dernière lors d’un premier voyage, nous étions désireux de rencontrer des associations, de mieux comprendre la réalité algérienne à travers des échanges, de mieux appréhender les attentes des algériens.

Accueillis par Bernard, membre de 4acg résidant à Mostaganem et par Brahim, notre ami algérien, nous avons vécu intensément ces dix jours de rencontres diverses.

Que dire ?
L’accueil algérien est enthousiaste, chaleureux, tous condamnent fermement les exactions récentes (dont l’assassinat d’Hervé Bourdel) . Se succèdent invitations au thé et partage des repas dans les maisons. Ceci nous a permis de dialoguer avec des personnes de milieux sociaux et de convictions religieuses très différents, toujours dans un esprit de respect et d’amitié . Nombre d’algériens doivent mobiliser quotidiennement leur énergie et leur inventivité pour dépasser leurs difficultés économiques et faire vivre la famille.

Thé de bienvenue avec les artisans du quartier.

Nous avons mieux compris les modalités de fonctionnement des différentes associations depuis les modifications de la loi en 2012 . Nous en avons rencontré une dizaine, ayant des objectifs variés , œuvrant surtout dans les domaines culturel, d’éducation populaire, d’insertion.

Des associations

  • d’insertion par le travail ( El Houari pour les métiers du bâtiment et la couture à Oran, Union des Aveugles à Mostaganem)
  • culturelles : école de théâtre pour jeunes et de formation aux métiers du spectacle El Moudja à Mostaganem, bibliothèques spécialisées ( sciences humaines) à l’usage des étudiants algériens et subsahariens à Oran et Mostaganem.
  • d’éducation populaire, principalement l’association du Colonel Lotfi à Mostaganem.

L’association du Colonel Lotfi a centré ses activités sur ce quartier défavorisé de Mostaganem. Et si de nombreux obstacles perturbent son fonctionnement, elle a pu mettre en place plusieurs projets grâce à l’opiniâtreté de quelques membres et le dynamisme des femmes. Nadjet (animatrice), Amina (cours de cuisine), Abiba ( soutien scolaire) disent avoir découvert là un espace d’expression, d’affirmation de soi, d’entre-aide. Sans oublier l’activité dessin pour les enfants du samedi matin, dirigée par Ahmed, à laquelle nous avons pu assister, pour la plus grande fierté des jeunes dessinateurs .

L’atelier dessin de l’association du Colonel Lotfi

Pour les enfants du quartier, l’association relance le club de football qui avait précédemment périclité sous forme d’une autre association partenaire, conformément à la législation en vigueur .

Qu’espèrent de nous les quelques associations qui souhaitent de l’aide ?

D’abord une ouverture, avant une aide financière.« Envoyez-nous des livres, mettez-nous en contact avec des institutions qui peuvent nous apporter des méthodes, échangeons nos savoirs… » L’Union des aveugles : « Nous avons besoin d’aides pédagogiques… » , et ils souhaitent entrer en contact avec des institutions similaires en France .

Et pourquoi pas un partenariat et des échanges entre enfants des clubs de foot ? La 4acg a décidé lors de la dernière Assemblée Générale de favoriser des actions d’échanges entre jeunes !

D’autres rencontres nous ouvrent des horizons :

  • Les doyens des scouts musulmans, qui ont été à l’origine de la guerre de libération. L’un d’eux nous a retracé cette page peu connue de l’histoire . De la matière pour le blog « Mémoires à suivre » et pour un futur documentaire.
    rencontre avec l’association des doyens des scouts musulmans algériens
  • Ismaïl, instituteur qui continue à utiliser le livre « Guerre d’Algérie, Guerre d’indépendance » comme support d’enseignement et nous a montré ses fiches pédagogiques .
  • Un ancien officier qui, très intéressé, se propose de traduire intégralement ce livre en arabe.
  • Deux frères pépinièristes et producteurs d’agrumes souhaitant se moderniser, se développer pour continuer à faire vivre leur exploitation. Nous allons les mettre en contact avec un membre de l’association 4acg qui milite à « Paysans sans frontières »…

Un thème de discussion revient souvent, chez nombre de personnes rencontrées : l’Algérie vit de l’argent de son pétrole, les stocks diminuent, que deviendrons-nous, que deviendra le pays si une autre forme économique n’émerge pas ? On ressent une inquiétude pour l’avenir…

Ce ne sont là que quelques aspects de ce voyage si riche.
Le dynamisme et la joie de vivre des personnes rencontrées nous laissent espérer une évolution constructive pour ce pays si attachant.

Anne Doussin

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.