Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > La guerre de 14-18, un tournant dans le combat indépendantiste des (...)

La guerre de 14-18, un tournant dans le combat indépendantiste des Algériens

mercredi 18 juin 2014, par Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

La guerre de 14-18 a vu des dizaines de milliers d’Algériens (environ 170 000 selon Gilbert Meynier), venir se battre au côté des Français. Au lendemain de l’armistice, seize régiments de musulmans algériens (engagés et conscrits) avaient été mobilisés, dont cinq encore stationnés en France. Les quelques lignes qui suivent sont largement inspirées d’un article paru le 14 janvier 2014 dans le quotidien « La Croix », sous la signature de Amine Kadi.

Les avis sont partagés en Algérie sur la pertinence de commémorer le centenaire du début de la première Guerre mondiale. Pour tel responsable militaire, vétéran d’Indochine, « la guerre de 14-18 n’est pas un événement de notre histoire nationale. En tout cas, nous ne la vivons pas comme ça. Au contraire de celle de 39-45, elle n’a pas de champs de bataille sur le sol algérien, pas de cimetières militaires ». Le point de vue des historiens est différent. « L’Algérie a encore le temps, dans les quatre prochaines années, d’évoquer de manière solennelle le tribut que sa jeunesse a payé à cette folie entre puissances impérialistes », espère Chaabane Zekri, arrière petit-fils de « musulman conscrit » de la région des Aurès.

En 2013, une télévision belge s’est rendue dans les Aurès sur les traces de ceux qui ont dit non à la conscription. Une première séquence du film, tournée en Belgique, évoquait la générosité au combat des Algériens dans les Ardennes en 1917. Une fois sur place, l’équipe de tournage a découvert une tout autre histoire, celle des tribus hostiles à l’enrôlement dans l’armée française. Autre surprise : les jeunes algériens rencontrés à cette occasion se sont montrés totalement ignorants de cette guerre. Il faut dire que cette tranche d’histoire est très peu abordée dans les programmes scolaires, ayant été vécue très certainement comme un moment encore plus sombre dans le long tunnel du colonialisme. « Les jeunes Algériens sont engagés de force pour défendre un pays qui les occupe », peut-on lire dans un manuel scolaire des années 1970.

Djillali Louari, vétéran d’Indochine, a connu en 1947 un sous-officier « musulman poilu ». Il affirme : « 1914, c’est, sous le drapeau français, la première rencontre du misérable paysan algérien avec un autre monde que le sien. Une révélation ». Démobilisés, les combattants algériens peuvent en effet comparer la société française métropolitaine aux « valeurs » imposées par le colon de leur village. L’historien Gilbert Meynier a beaucoup contribué à ce que 14-18 marque une date importante dans l’accélération de la conscience nationale algérienne, notamment grâce à sa thèse d’Etat publiée en 1981, et intitulée L’Algérie révélée. C’est ainsi qu’en 1919, l’émir Khaled, petit-fils d’Abdelkader, saisit le Président américain Wilson d’une pétition des « jeunes algériens » réclamant l’autodétermination pour leur peuple sous l’égide de la Société des Nations.

Si le nationalisme algérien est réveillé par 14-18, le mouvement politique commencera dès lors à se donner les moyens humains d’une confrontation armée grâce aux militaires musulmans.

La Dépêche algérienne, journal pro-colonial qui ne faisait pas dans la nuance, prévenait dès 1907 : « vous allez apprendre à tous les bicots (sic) à manier le fusil ! On en fera des déracinés, de la graine de pillards et d’assassins ». La guerre de 14-18 est une première fissure dans l’armature coloniale que les Algériens mettront quarante ans à défaire, avec le soulèvement de 1954. Entre temps, il aura fallu une seconde guerre mondiale, qui les verra redevenir acteurs visibles au monde le 8 mai 1945, au moment des manifestations de Sétif et de Guelma.


Michel Berthelemy

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.