Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Vie de l’association > Vie des régions > Pays de Loire > La France coloniale d’hier à aujourd’hui, en Algérie et ailleurs

Olivier Lecour Grandmaison était à St-Nazaire, le 13 novembre 2009 pour parler de…

La France coloniale d’hier à aujourd’hui, en Algérie et ailleurs

lundi 30 novembre 2009, par 4ACG, Rémi Bégouen

Version imprimable de cet article Version imprimable

Placée dans le cadre du « Mois de l’Afrique et de l’Orient », cette réunion-débat a été organisée par le MRAP de la région nazairienne, le Comité Solidarité Algérie de St-Nazaire, le Collectif d’Education contre le Racisme, avec le soutien national de l’Association des Anciens Appelés en Algérie Contre la Guerre.

Notre camarade nazairien Rémi Begouen assistait au débat et nous livre ici ses réflexions

« …Belle soirée. Nous étions environ 90 personnes, dont un tiers de jeunes. Il a fallu récupérer toutes les chaises disponibles et pour faire place, pousser la table du conférencier et de ses invitants locaux. Il faut dire qu’elle est modeste, cette salle, mais située dans un quartier populaire, excentré sinon excentrique, et que, vu les conditions climatiques (vents violents), il a fallu du courage aux participants pour venir… dont quelques membres régionaux de 4ACG, merci à eux ! .

J’ai pris comme convenu la parole pour 4ACG, après celles du Comité Solidarité Algérie et du MRAP. Je me suis contenté de présenter sobrement notre association et d’appeler mes concitoyens à venir le 17 soutenir notre conférencier dans le procès en appel à Rennes. Olivier y a répondu en évoquant chaleureusement ses amis cinéastes René Vautier et Mehdi Lallaoui, qui ont avec lui porté plainte pour diffamation contre Mme Dupont-Tingaud, d’extrême-droite, d’où ce procès. Puis Olivier a fait une brillante conférence d’environ 40 minutes, suivie d’un échange de propos de plus d’une heure, très, très émouvant.

L’historien, auteur entre autres de « Coloniser, Exterminer, sur la guerre de l’Etat colonial » (Fayard, 2005) et de « La République impériale, Politique et racisme d’Etat » (Fayard, janvier 2009) était donc particulièrement qualifié pour présenter « La France coloniale d’hier à aujourd’hui (en Algérie et ailleurs) » : il aurait pu parler 2 heures ! Mais il a annoncé d’emblée qu’il limiterait son propos à 40 minutes afin de laisser le maximum de temps au débat public.

Son propos central a été de montrer l’articulation entre le temps lointain, celui de la conquête coloniale si sanglante et brutale, et l’actuelle pensée néo-coloniale, exprimée récemment par le Président de la République à Dakar ou en Algérie . car en voulant se poser en donneur de leçons il ne se limite pas à quelques discours grandiloquents. Il imprègne en fait une politique de plus en plus répressive à l’égard des immigrés, avec ou sans-papiers - dont beaucoup de réfugiés politiques ou économiques, comme les malheureux Afghans hier de Sangatte, plus récemment de « la jungle » de Calais. D’ailleurs Olivier Lecour Grandmaison vient de publier, avec le Réseau Education Sans Frontières, une étude intitulée : « Douce France : rafles, rétentions, expulsions » …Tout un programme, que complète la création du « ministère de l’Identité Nationale » posant de manière nostalgique la question :« Qu’est-ce qu’être Français ? »…

Le débat fut donc très vif et divers. Notamment sur l’Histoire coloniale, si peu, voire mal enseignée à l’école, notamment celles des guerres de la fin de l’Empire depuis 1945, à Madagascar, en Indochine, aux pays du Maghreb, et ailleurs.

Le débat s’est parfois étendu plus loin dans le temps : je retiens entre autres une intervention d’un africain demandant à l’historien de commenter « le partage de l’Afrique » lors de la Conférence de Berlin en 1885 : Olivier nous a donné une vision historique de l’Europe de l’époque, accablante.

Il y a eu aussi de fructueux propos sur l’influence des généraux de « l’Armée d’Afrique » dans les répressions sociales en France, notamment de la « populace » parisienne en 1848 et 1871, selon les méthodes de la conquête de l’Algérie… 

Bien d’autres questions ont touché l’actualité : Afghanistan, « identité française » et autres dérapages du pouvoir actuel, comme son attitude face au puissant mouvement guadeloupéen etc. Et finalement, la question de la Palestine, qui est celle du colonialisme israélien : bien que non spécialiste dans ce domaine, il a excellemment dénoncé l’agression aveugle d’Israël contre Gaza, en janvier dernier.

Nous nous sommes quittés sur mon appel à venir le 17 à Rennes pour le procès et j’ai distribué nos tracts 4ACG à la sortie. 

Anecdote finale : Un jeune homme m’a pris le tract, pour son père, ancien appelé en Algérie, afin de le convaincre de changer enfin d’opinion. Puis il m’a ramené chez moi. Elle est pas belle la vie ? … »


Débat d’actualité au moment où H. Falco, secrétaire d’état aux anciens combattants, annonce la création d’une fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie. VOIR

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.