Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > La 4acg et l’ONAC en établissements scolaires, région Rhône-Alpes-Auvergne

La 4acg et l’ONAC en établissements scolaires, région Rhône-Alpes-Auvergne

lundi 10 juillet 2017, par Anne Doussin, Bernard Gerland

Version imprimable de cet article Version imprimable

Les interventions-témoignages de la 4acg en région Rhône-Alpes rencontrent un réel succès auprès des élèves et enseignants des lycées et collèges. L’un des animateurs de ces rencontres, Bernard Gerland, nous livre ici une sorte de « mode d’emploi » qui, sans être reproduit systématiquement, peut donner quelques pistes et idées à tous ceux qui voudraient se lancer dans ce type d’action.

Menées en partenariat avec l’ONAC (Office National des Anciens Combattants), ces interventions regroupent le plus souvent des représentants de quatre organisations, dont les témoignages se complètent :

  • un représentant de l’A.N.P.N.P.A. ( « Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et de leurs Amis »)
  • un représentant algérien, (A.P.C.V.)
  • une représentante des harkis (des associations « Harkis et Droits de l’Homme » ou « Mémoire des camps »)
  • un représentant ancien appelé : Bernard Gerland (4ACG)

A chaque fois, un représentant de l’association Coup de Soleil – Michel Wilson – Responsable Rhône-Alpes, assurait la fonction de « fédérateur » entre nous quatre.

Comment cela se passe-t-il ?

Après une très brève introduction des responsables de l’établissement et professeurs, et un rappel, par Abderhamen Moumen, de l’objectif de l’intervention (croisement des mémoires personnelles des acteurs de la guerre d’Algérie dans le respect de chacune), chacun des 4 témoins (nous nous plaçons bien là en tant que témoins de la guerre d’Algérie que nous avons personnellement ou falilialement vécue) dispose d’un quart d’heure d’exposé (pas plus) pour laisser ensuite la parole aux élèves, ce qui nous oblige chacun à un effort de synthèse pour ne retenir de nos parcours que l’essentiel utile aux élèves, à savoir :

  • comment nous sommes « entrés » dans la guerre
  • comment nous l’avons « traversée », notre rôle
  • un fait marquant
  • comment nous en sommes sortis et quel rapport avons-nous encore à ce jour avec elle.
  • quelle « appréciation » nous portons aujourd’hui sur notre vécu de la guerre d’Algérie.

Puis la parole est laissée aux élèves pour des questions et réflexions auxquelles chaque témoin est invité à répondre, en grands ou petits groupes.

La durée de l’intervention est en moyenne de 2 heures à 2 heures 30, pour des groupes de 60 élèves environ, quitte à faire plusieurs interventions dans le même établissement.
Les élèves ont été préalablement préparés en cours par leurs professeurs.

Nous nous sommes assez vite « rodés » dans le respect de nos mémoires respectives.

Chaque fois les élèves et les adultes « encadrants » ont été très satisfaits de la formule : « mémoires charnelles, personnelles, croisées et apaisées ».
Pour les élèves, il est important de voir la possibilité pour des acteurs de la guerre d’Algérie de « camps » différents, d’origines différentes – voire adverses – de témoigner ensemble et de manière apaisée. Notre présence devant eux, tous les 4, est déjà tout un symbole.

De plus en plus souvent, l’accueil qui nous est réservé dans les établissements, en plus de celui des professeurs et de la hiérarchie, est réalisé aussi par les élèves eux-mêmes : confection de gâteaux, pot amical …
Il nous arrive même de retourner dans les établissements. A titre d’exemple, au collège Lumière d’Oyonnax, nous sommes invités à un spectacle écrit et réalisé par les élèves à partir de nos quatre témoignages, sous la forme d’un prologue à la pièce « Antigone ». Très fort investissement des élèves et de leurs professeurs. Mêmes réactions au Lycée agricole de Feurs.
Nous enregistrons de plus en plus de retours positifs écrits de professeurs.

Cette formule « inaugurée » en Rhône-Alpes, sur incitation de la Directrice Nationale actuelle de l’O.N.A.C., Rose-Marie Antoine, et maintenant conduite par Abderhamen Moumen, s’étend peu à peu sur l’ensemble du territoire : Auvergne, P.A.C.A., Languedoc-Roussillon.

Quelques exemples des interventions passées :

En février – mars 2017 : 6 interventions dans 4 Lycées et 1 Collège
A Saint-Étienne, au Lycée Honoré d’Urfé,
A Oyonnax (01), en présence de l’O.N.A.C. de l’Ain et du Rhône au Collège Lumière
De nouveau à Givors, au Lycée Aragon et à Roussillon au Lycée de l’Edit.
En janvier, avril et mai 2018 : 8 interventions en lycées et collèges, à Clermont-Ferrand,Vuilleubanne, Saint-Etienne, Vienne, Oullins, Oyonnax et Feurs.

Bernard Gerland

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.