Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Interventions dans les écoles > La 4 ACG au Lycée Léonard de Vinci à Montaigu (85)

La 4 ACG au Lycée Léonard de Vinci à Montaigu (85)

lundi 21 novembre 2016, par Anne Doussin , Elie Charrier

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 14 septembre 2016, quatre classes de Terminale S, soit environ 120 élèves et des enseignants nous accueillaient : Gilles, Elie, Georges, Gilbert, Marie-Jo de la 4 acg et des Amis : Michel (pied noir), Jean-Marie et Daniel.

En introduction est projeté le film « Retour en Algérie ».
Un petit temps de « respiration » ensuite et Elie décrit rapidement la genèse de la 4ACG et ses objectifs.

Puis la parole est donnée aux cinq adhérents et amis : Gilles, Jean-Marie, Georges, Michel, Elie, pour montrer qu’après plus de 50 ans, il n’est pas trop tard pour témoigner et faire cet indispensable travail de mémoire.

Après cela, l’enseignant référent Stéphane donne la parole aux élèves. Début difficile puis peu à peu, cette parole se libère. Un peu plus de temps pour cette phase d’échanges eut été souhaitable…
Question d’un jeune : « Est-ce difficile d’en parler à votre famille ? »
Un jeune : « Mon grand- père, je suis la première personne à qui il en a parlé. Il m’a dit qu’il ne passait pas une nuit sans avoir peur. Il en parle très peu. »
Un jeune : « Très traumatisé, mon grand- père avait dit que le gouvernement lui avait fait perdre deux ans de sa vie. Il est mort pendant cette guerre. »
Un jeune : « Mon grand-père conduisait un camion en Algérie. A son retour, il n’a plus jamais pu conduire. C’est mamie qui a toujours conduit la voiture après. »

Les 4 ACG : « Écoutez votre conscience, résistez à la guerre, à la violence, apprenez à vivre ensemble, avec des jeunes d’autres pays. Notre message, c’est un message de fraternité. »

Après le départ des élèves, une enseignante nous dit : « Je me souviens, je pense que c’était lorsque j’étais élève en CE2, nous avions un instituteur disons……un peu bizarre ! Et lorsque nous en parlions aux parents, revenait sans cesse la phrase que j’entends encore :
Il faut lui pardonner, il a fait l’Algérie !
Bien sûr, je ne comprenais pas, maintenant je comprends ! »

Pour le groupe 4ACG, Elie Charrier

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.