Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents > L’histoire ravivée des petits colons algériens

L’histoire ravivée des petits colons algériens

mercredi 24 décembre 2014, par Anne Doussin

Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est le titre d’un article écrit par Thierry Ballu et publié le 18 décembre 2014 dans Ouest-France. Ce qu’il raconte n’est pas banal : l’organisation de « colonies de vacances » pour les petits algériens, en 1959 et 1960, qui sont venus passer l’été loin de la guerre, dans des familles à Vertou (44).

Ils ont été accueillis en pleine guerre d’indépendance à Vertou, en Loire-Atlantique. On s’en souvient comme d’hier. Et des deux côtés de la Méditerranée on rêve de renouer les liens.

quelques enfants algériens entourés des adultes de Vertou

« Pour les petits musulmans de Masqueray, la France… c’est Vertou ». Le titre d’un article paru dans Ouest-France du 11 août 1960. La coupure est jaunie. Trente-quatre garçons et seize filles venus de ce coin paumé du sud de l’Algérie avaient été accueillis six semaines durant dans l’école privée de cette commune du sud Loire. Masqueray a changé de nom. Dans l’Algérie d’aujourd’hui, elle s’appelle Djouab.

À l’origine de cette histoire, on trouve René Noury. Cet Angevin, aujourd’hui décédé, a échafaudé ce projet un peu fou pour l’époque. En 1958, à l’heure d’être démobilisé il a choisi de rester à Masqueray, pour continuer à faire l’école. Il rêve de donner de l’air à des gamins englués dans une atmosphère de guerre. « René, c’était un humaniste. Un homme exceptionnel. Nous étions dans le même régiment et il m’a demandé de trouver des familles d’accueil à mon retour », raconte Francis Renaud. Premier voyage en 1959. Dix-sept gamins de 7 à 13 ans vont débarquer dans des familles de Vertou. Des paires d’yeux ébahis découvrent ce que l’on appelle encore la mère patrie, un autre monde, loin du quotidien du bled. « Ils sont venus en haillons et il a d’abord fallu leur trouver des vêtements », se souvient Francis Renaud.

Jeux, balades sur les bords de Loire ou à la mer, goûters mémorables… Six semaines plus tard, les petits Algériens repartent la tête bourrée de souvenirs merveilleux. L’année suivante, ils sont trop nombreux pour être répartis dans des familles. Une colonie est organisée dans l’école privée. René Noury finira par revenir en France et il n’y a pas de suite. Des années durant des enfants vont néanmoins expédier des lettres à Vertou et tous les ans Francis Renaud recevra un paquet de dattes à Noël. Geste du gamin accueilli par sa famille. Des années plus tard, le même l’invite à venir en Algérie.

Le pas est franchi en 2012. L’ancien bidasse fait le voyage avec l’un de ses fils. Il y reste une dizaine de jours. Son hôte l’emmène d’abord aux portes du désert, avant de pouvoir mettre le cap sur Djouab.

L’une des familles de Vertou lui a donné mission d’y apporter des friandises. La bourgade a beaucoup changé mais l’accueil est incroyable. « Une rencontre s’est improvisée. Ils étaient seulement cinq ou six concernés par l’histoire, mais tellement enthousiastes. Ils veulent qu’on renoue les liens… »
55 ans après, bien des gens n’ont pas oublié l’histoire de ces petits algériens venus à cause de la guerre.

Un bon moment pour les enfants, loin de la guerre.

Comment renouer les liens et dialoguer ?

Le voyage des petits algériens à Vertou est devenu un mythe transmis de génération en génération à Djouab. Un moment de bonheur pieusement conservé. Dans la commune algérienne de 10 000 habitants et celle du vignoble, le double en taille, des personnes rêvent de retisser les liens.

Thierry BALLU.

Et voici des extraits du courriel de Chérif , habitant de Djouab, suite à l’article de Thierry Ballu.

Merci pour l’article je les lu et je les montré aux jeunes de Djouab ils
étaient très content de voir qu’un journal français parle des jeunes
de Djouab grâce a vous pour nous que nous avons vécu ce voyage de Djouab a
Vertou et qui est toujours gravé dans nos mémoire.et qu’il nous a encore rappelé de notre colonie de vacances en 1959/60 .
Et quenous savons encore que les habitant de Vertou sont très hospitalier
…//…nous souhaitons un bon Noël a tout les familles qui nous a reçu dans leur
maisons.
…//…
fraternellement chérif

Et si une suite est donnée à cette histoire, nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

Messages

  • J’ai fais partie d’une colonie de vacances en été 1960, mon dixième anniversaire avait été fêté le 27 Aout de cette année . Nous étions des enfants du département de Tiaret qui avions passé des vacances en France. A l’époque la presse en a parlé mais je ne rappelle pas du lieu ni ne possède de photos. Je suis à la recherche de personnes qui se souviennent de cette colonie comme moniteurs ou colons et je leur serais très reconnaissant si je reçois une photo. envoyez message sur Facebook : Facebook.com/vacanceenfantsalgeriens1960 ou aouasabdelkader gmail.com

    grand merci pour ceux et celles qui répondent

  • bonsoir , je viens de tomber sur cet article conçernant les vacances des enfants de masqueray de l’epoque et organisé par le regretté monsieur Noury, dont j’ai été eleve comme beaucoup d’enfants de l’epoque et qui d’ailleurs le l’ont nullement oubliés, puisque je me rend regullierement à djouab ex masqueray et tous les eleves de monsieur Noury en parlent toujours , ç’est dire qu’il a marqué son passage dans ce petit village algerien !!! j’ai fait ce voyage à Vertou, et j’en ai de vagues souvenirs , mais je n’ai jamais oublié notre sejour ou je me rappelle meme etant petit de la gentillesse des gens et de l’ile de noirmoutier !! mon père etait à l’epoque maire de Masqueray et c’est avec monsieur Noury qu’ils avaient organisés cela ; aujourdhui je vis en Alsace depuis 1964 ainsi que toute ma famille. aujourdhui retraité du transport routier, il m’est arrivé de traverser Vertou et personne ne peut s’imaginer quel effet ça m’a fait de passer par cet endroit qui fut magique pour nous gamins venus de l’autre coté de la mediterranée , nous sommes et serons toujours attachés moi ainsi que tous ces gamins venus de loin à Vertou et ses habitants, morts ou vivants , je tiens ce jour à leurs dire merci en mon nom ainsi qu’aux leurs , Ghiatou Said , STRASBOURG

    que mes parents

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.