Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Kamal Abu Waer, prisonnier palestinien de 46 ans, mort le 10 novembre dans (...)

Kamal Abu Waer, prisonnier palestinien de 46 ans, mort le 10 novembre dans une prison israélienne

mardi 17 novembre 2020, par Ziad Medoukh

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le prisonnier palestinien Kamal Abu Waer, âgé de 46 ans, originaire de Jénine, au nord de la Cisjordanie occupée, détenu dans les prisons israéliennes depuis 17 ans, est décédé ce mardi 10 novembre 2020 dans la prison israélienne de Majdou.

par Ziad Medoukh, correspondant à Gaza

Le détenu Kamal est mort suite à un cancer de la gorge, il avait également contracté le coronavirus en détention. Arrêté en 2003, il avait été été condamné à perpétuité.
Depuis 1967, 226 prisonniers palestiniens sont morts dans les prisons israéliennes.
Ce prisonnier entravé par la police, soi-disant la plus morale du monde, d’un État, soi-disant le seul État démocratique de la région, ne sera ni le premier ni le dernier détenu palestinien mort dans une prison israélienne.
De par une négligence médicale délibérée, de par les mesures atroces de l’occupation contre tous nos prisonniers, mais surtout, de par le silence complice de la communauté internationale, cette situation va se répéter.

La mort de Kamal va inciter toute notre population à continuer son combat pour la libération de tous les détenus des ghettos israéliens, et contre toutes les mesures illégales de cet état d’occupation. À l’exemple du prisonnier Maher al-Akhras, qui en est à 103 jours de grève de la faim pour protester contre sa détention administrative illégale.
Cet état d’apartheid continue sa politique agressive contre toute notre population civile. Il poursuit ses crimes contre des prisonniers isolés qui sont de plus en plus abandonnés à l’arbitraire et à l’acharnement criminel des autorités pénitentiaires, sans suivi médical, ni visites.

Des milliers de prisonniers meurent en silence

Dans ces prisons, leur situation se dégrade jour après jour, et les autorités israéliennes aggravent encore leur souffrance par des mesures illégales et des provocations permanentes. Une mort lente attend les cinq mille prisonniers qui sont toujours derrière les barreaux israéliens.
Ces conditions se sont aggravées ces derniers jours, avec le risque de subir une contamination rapide par le coronavirus, plus de quatre-vingt-quinze prisonniers étant infectés par le virus. Aucune mesure urgente n’a été prise par les autorités pénitentiaires israéliennes pour freiner la propagation de ce virus dans toutes les prisons, ni pour protéger les cinq mille prisonniers palestiniens toujours derrière les barreaux de l’occupation. Des prisonniers qui vivent la surpopulation carcérale.
Au contraire, jour après jour, les prisonniers palestiniens s’exposent à une négligence médicale délibérée, ils reçoivent leur traitement médical avec beaucoup de retard, beaucoup de détenus très malades et très âgés sont sur la voie de mourir dans des prisons surpeuplées et privées de kits de dépistage.

En attendant, derrière les prisonniers palestiniens, tout notre peuple va poursuivre le combat, jusqu’à la conquête de ses droits légitimes et jusqu’à la sortie du dernier détenu des prisons et des ghettos israéliens.

Ziad Medoukh

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.