Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents (bibliographie, filmographie…) > Documents audiovisuels > Il aurait pu être des notres…

L’attitude exemplaire de Georges Fogel

Il aurait pu être des notres…

…lui aussi ne voulait pas de la retraite d’ancien combattant d’Algérie

mardi 4 août 2009, par 4ACG , Hubert Rouaud

Version imprimable de cet article Version imprimable

Georges Fogel est mort le 16 juillet 2009.

En mai 1958, s’appuyant sur son expérience de la guerre d’Algérie, il avait dénoncé, dans la revue Esprit, la torture pratiquée par l’armée, puis s’était battu pour la paix en Algérie.

Peu nombreux d’entre nous ont eu ce courage en revenant de cette sale guerre. Ce courage qui lui valu, de surcroit, de connaître le tribunal militaire.

Cet épisode ne sera que le début d’une vie de militant politique engagé.

Mais son passé le rattrape brusquement en 2000 avec les révélations du général Aussaresses et tous les débats et procès qui vont suivre. Il repart alors au combat à coté de ceux qui ne cessent de réclamer la vérité sur les exactions de l’armée française durant la guerre d’Algérie : il témoigne en particulier dans le journal Le Monde et à la télévision.

Beaucoup d’entre nous se reconnaitront dans les propos qu’il tient dans l’émission « Les mots de minuit » conservée dans cette archive de l’INA avec une interview de Pierre Vidal Naquet.

Dans un article que lui consacre Florence Beaugé dans Le Monde du 30 juillet, et dont vous pouvez prendre connaissance ICI, il est écrit :

Une guerre sans tortures ? Georges Fogel n’y croyait pas . A la limite « c’est la pire des conneries » de prôner cela, disait-il, car on tombe dans la situation de certains prêtres qui disent « qu’ils condamnent mais qu’ils comprennent » qu’on ait recours à la torture….

Le hasard veut que l’article de Florence Beaugé cohabite le même jour avec un article de Marc Roche consacré à la disparition à l’âge de 111 ans de Harry Patch, le denier « poilu » britannique. Maintes fois glorifié et couvert de décorations, Harry Patch avait conservé une grande lucidité, lorsqu’il déclarait à propos de la guerre 14/18 : « Ce ne fut rien d’autre qu’une vaste tuerie organisée par les politiciens » et le journaliste rappelle les termes de son poème favori (de Wilfred Owen) : « Affirmer que mourir pour son pays est la plus belle des choses est un vieux mensonge » .

Monsieur de La Palice aurait ajouté que cet aphorisme est d’autant plus affirmé avec conviction qu’il n’est prononcé que par des vivants…




L’archive de L’INA citée plus haut se trouve dans une rubrique consacrée à la torture pendant la guerre d’Algérie. On y trouve d’autres videos dont voici, pour certaines, le sujet et le lien :
- Journal de 20 heures de France 2 du 9 mai 2001 : Interview de Josette Audin après les révélations d’Aussaresses.
- Pieces à conviction de FR3 du 27 juin 2001 : Torture en Algérie : ces aveux qui dérangent.
- Envoyé spécial du 7 février 2002 : Les viols pendant la guerre d’Algérie : interview d"Aussaresses et de Louisa Ighilahriz.


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.