Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Vie de l’association > Formidable accueil en Kabylie !

Formidable accueil en Kabylie !

samedi 7 décembre 2013, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

par Pierre Daumas

Nous sommes nombreux à être allés en voyage en Algérie en cette année du cinquantenaire de l’indépendance de ce pays. Retour pour les uns, découverte pour les autres, voici ce que nous raconte Pierre, de la 4acg, qui a effectué un voyage en Kabylie, du 19 au 26 mai 2013, avec l’association amie ALFA [1]. Et ses souhaits pour l’avenir…

Ce voyage (ou plutôt ce séjour) en Algérie, et pour l’essentiel en Kabylie, restera pour moi un grand moment de cette année 2013, pour de nombreuses raisons.
Ce fut l’occasion inespérée de revoir cette Kabylie que j’avais déjà beaucoup appréciée lors des étés 1971 et 1972, et que je voulais faire découvrir à mon épouse.
Ce fut aussi l’occasion de retrouver des amis à Tizi-Ouzou puis à Alger, anciens amis étudiants que je n’avais pas revus depuis …35 ans !

Voyage ou séjour ?

Voyage ? Sans doute, compte tenu de sa brièveté.
Séjour aussi grâce à la vie partagée avec nos familles d’accueil.
Ce projet de voyage en Kabylie, dont l’idée remonte au moins à l’an dernier, répond justement à cette recherche de partage et d’amitié entre les personnes des deux côtés de la Méditerranée ( par exemple le choix d’être accueillis pendant une semaine dans la même famille). Le principe est la réciprocité, d’où le projet pour l’an prochain d’accueillir des ami(e)s algérien(ne)s.
Lors du voyage, dans les rencontres avec des associations et des élus, le message des responsables de l’association ALFA a été de souhaiter pouvoir répondre à d’éventuelles demandes de partage, d’appui d’ordre technique, voire financier, mais pour l’instant, à ma connaissance, ce n’est qu’au niveau des intentions.

Ce que j’ai vécu dans cette semaine et que j’aimerais partager :

1/ La qualité de l’organisation :
Un grand merci à l’association ALFA, pour avoir organisé ce voyage et assuré son déroulement avec grand professionnalisme et simplicité.
Tout ce que nous avons pu découvrir et partager au quotidien a été rendu possible par une organisation attentive dans ses moindres détails.

2/ La qualité et la chaleur de l’accueil des amis algériens :
Nous avons été touchés par l’hospitalité des familles qui nous ont hébergés, ou plutôt qui nous ont fait une grande place chez eux, et avec qui nous avons pu nouer de vraies relations. Et par celles qui nous ont ouvert leur maison et leur table tout au long du séjour. Notons aussi les relations simples et vraies avec les amis kabyles qui nous ont accompagnés et guidés pendant tout ce voyage.

Nous avons vraiment, dans ce domaine, des leçons à recevoir ! Serons-nous à la hauteur dans les échanges à venir ?

3/ La qualité de la vie au quotidien de notre groupe
Notre groupe de 13 personnes (3 algériens et 10 français, 5 hommes et 8 femmes ) était constitué de personnalités très différentes. Cela a été d’une grande richesse, grâce à l’attention des uns aux autres et au souci de partager le moment présent.

4/ La qualité des personnes rencontrées
Je pense ici aux nouveaux maires de Tizi-Ouzou, de Aït Yanni, au président de l’association qui gère l’établissement qui accueille des enfants déficients, au cinéaste Ali Mouzaoui. Leurs paroles si fortes et si simples à la fois, leur engagement au quotidien, leur volonté de mobiliser, d’entreprendre, de faire avancer les choses, leur modestie… des exemples à méditer, à encourager !

5/ La beauté des paysages
Oui, la Kabylie est vraiment un très beau pays, avec ses villages accrochés à la montagne comme des perles enfilées sur la ligne d’horizon, ses forêts, ses plantations, ses cultures dans la plaine, le Djurdjura en arrière-plan…

6/ Le poids et la gravité de certaines difficultés
Il ne s’agit pas ici de jouer au contrôleur ou au donneur de leçons, mais de témoigner des difficultés que nous avons pu toucher du doigt tout au long de ce bref séjour pour en mesurer l’importance et percevoir toute l’ampleur de la tâche des responsables et des Algériens dans leur ensemble. Exemples :

  • - la propreté, le respect de l’environnement, en particulier dans les villes.
  • - le chômage, notamment des jeunes qui représentent la très grande majorité de la population.
  • - le logement dans les villes : insuffisance, anarchie, manque d’entretien des immeubles.
  • - une démocratie sous surveillance où l’on ressent plus ou moins un pouvoir central qui entend maîtriser la situation actuelle…

France-Algérie, pays amis de part et d’autre de la Méditerranée, à l’histoire difficile et tumultueuse… Français-Algériens, qui peuvent encore nouer et fortifier des relations d’amitié si nécessaires à la paix et au développement.

A l’année prochaine chez nous, pour reprendre une formule entendue de nombreuses fois et qui n’est pas qu’une formule de politesse : ici, vous êtes chez vous !

Note perso
Comme je l’écris dans mon rapide compte-rendu, l’important, je pense, est dans l’échange et le partage aujourd’hui, de ce qui fait partie de la vie de chaque peuple, des difficultés et des réalisations, des ponts à créer et/ou consolider, plus que dans le souvenir du passé, qu’il ne faut cependant pas occulter et oublier, ne serait-ce que parce que c’est souvent ce passé qui nous a fait nous rencontrer et estimer !

Pierre Daumas


[1ALFA : Algérie-France Amitié est une association de La Roche/Yon regroupant des français et des algériens ( essentiellement kabyles) soucieux de créer des échanges d’amitié et de partages, notamment à l’occasion de fêtes, de colloques, de manifestations culturelles.

Messages

  • A l’intention de l’ ALFA que je ne connaissais pas.
    En 1958, j’étais Brigadier Chef à Aguemoun, village de Grande Kabylie 10 Km au sud deTizi Ouzou. En avril 2009, j’y suis revenu. J’ai retrouvé 2 petites filles : Ouardia et Fazia, elles avaient 4 et 5 ans en 1958, je les avais photographiées. Ces retrouvailles m’ont procuré une émotion qui ne peut s’expliquer par les mots.
    Je suis retourné dans ces montagnes en 2011 avec ma femme chez Ouardia. L’amitié se poursuit puisque j’ai eu ce soir le bonheur d’apprendre que Ouardia, chez sa fille en Haute Marne, venait me voir samedi prochain avant son retour le 31 en Kabylie.
    Vous pouvez voir Fazia et Ouardia en 1958, 2009, 2011, sur www.guy-aguiraud.odexpo.com. Aussi dans « Algérie 1954-1962 » de Bejamin Stora et Tramor Quemeneur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.