Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Vie de l’association > Évènements du mois d’avril

Évènements du mois d’avril

mercredi 25 avril 2012, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

- Divers évènements à Rennes et Paris ….

Mis à jour le 25 avril

En résumé.


Jusqu’en Mai 2012 à Rennes

- Cycle Algérie France d’hier et d’aujourd’hui.aux Champs Libres.

Rencontres, débats et parcours photos.

  • 25 avril

Rencontre avec Boualem Sansal.


  • 28 avril à Paris

« Algérie : élections législatives 2012, et après ? »
Les Rencontres de l’ACDA de 14H à 19H à la LDH

Plus de détails ensuite…


De janvier à mai 2012 à Rennes, aux Champs libres 10 Cours des Alliés.

Algérie France d’hier et d’aujourd’hui

- rencontre avec

Boualem Sansal

à 18H30 Salle de conférences Hubert Curien

Du Serment des barbares (1999) à Rue Darwin, son dernier roman paru en 2011, les oeuvres de l’écrivain algérien Boualem Sansal sont toutes reliées par un fil rouge : l’ambition de se faire le chroniqueur de son pays et de la « diversité séculaire des peuples d’Algérie ». Il a reçu en 2011 le Prix de la Paix des libraires allemands pour l’ensemble de son oeuvre et son engagement en faveur de la paix.

Boualem Sansal vit près d’Alger. Parmi ses autres romans et essais : Le village de l’Allemand (éd. Guallimard, 2008).


« Algérie : élections législatives 2012, et après ? »

Les Rencontres de l’ACDA

Le collectif algérien en France ACDA
(Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)
organise une rencontre-débat :
Samedi 28 avril 2012, 14h-19h
Salle Dreyfus (LDH)
138, rue Marcadet, 75018 Paris
métro Lamarck-Caulaincourt (ligne 12)

14h-15h30 : « Contexte et enjeux »
Présentation par Faïza Aït Kaci, membre de l’ACDA.
Avec la participation de Ahmed Dahmani (économiste), Mohammed Hachemaoui (chercheur en sociologie politique) et Ghania Mouffok (journaliste).

16h-19h : « La parole aux représentants des partis politiques et de la société civile »
Présentation par Sanhadja Akrouf, membre de l’ACDA.

Avec la participation de

- Fayçal Izdarene, représentant de l’Alliance verte-immigration,
- Samir Bouakouir, représentant du FFS-immigration,
- Nadia Regainia, représentante liste électorale FLN-immigration.
- En direct d’Algérie par vidéo-conférence : Abdou Bendjoudi, responsable de la communication MJICet Tahar Bellabès, président du Collectif des chômeurs CNDDC.

Les élections législatives algériennes du 10 mai 2012 ont été présentées par les autorités comme « une échéance aussi importante que le 1er novembre 1954 ». Pourtant, elles ne semblent pas susciter l’intérêt de nombreux Algériennes et Algériens. Craignant une forte abstention, le régime mène une intense campagne médiatique pour nous inciter à voter « au nom du devoir patriotique ».

Ces élections s’inscrivent dans un contexte marqué par des bouleversements politiques importants dans plusieurs pays du monde arabe, dont la Tunisie fournit l’exemple le plus abouti. Dans notre pays, après la tentative d’un mouvement organisé initié début 2011, le régime a réagi par la levée formelle de l’état d’urgence et en menant une série de révisions législatives qu’il a qualifiées de « réformes ». Tandis que l’interdiction des rassemblements publics pacifiques n’a toujours pas été levée dans les faits, les nouvelles lois adoptées au début de l’année 2012 – en particulier, sur les associations et les partis politiques – durcissent les conditions de leur création et de l’exercice de leurs activités. Parallèlement, des dizaines de partis politiques viennent d’être créés et certains agréés à l’approche des élections législatives alors qu’aucun ne l’a été durant la décennie précédente. Dans le même temps, plusieurs syndicats qui ont récemment demandé leur agrément se le sont vu refusé.
Dans l’Algérie de 2012, quels sont les enjeux politiques de ces élections législatives dont beaucoup considèrent qu’elles ne seront ni libres ni transparentes ? Une majorité de partis politiques est en faveur de la participation et un nombre important de listes non partisanes se sont constituées. Il semble que ces élections soient perçues par le régime comme un moyen de se (re)légitimer. Certains partis islamistes voient, pour leur part, une occasion inespérée de remporter les élections dans la foulée des victoires des islamistes tunisiens et marocains. De leur côté, certains partis démocrates voient dans la participation un moyen de remobiliser leurs militants et les sympathisants. De rares partis et davantage de syndicats, d’associations et de mouvements militent, ouvertement ou non, en faveur du boycott d’élections dont ils n’attendent rien. Ces différentes positions traduisent-elles un décrochage entre une majorité de partis politiques et une partie de la société civile ?
Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA) – collectif d’Algériennes et d’Algériens qui s’est constitué en France, en janvier 2011, comme espace de réflexion, de débat et d’action en faveur du changement démocratique – organise un débat pluraliste le 28 avril 2012, sur les enjeux de ces élections législatives avec, notamment, des représentants de partis et d’organisations de la société civile.

Pour s’inscrire, merci d’écrire à : acda mailfr.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.