Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Elle avait « remis le couvert » avec une page de calomnies

Nouveau procès contre la nostalgique de la colonisation

Elle avait « remis le couvert » avec une page de calomnies

Nous étions donc à Paris le 24 novembre pour soutenir nos amis diffamés

samedi 27 novembre 2010, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable
Ils ont perdu l’Algérie coloniale qu’ils chérissaient. Ils se sont ensuite enfermés dans une Histoire fabriquée et entretenue pour justifier leurs errements . Désormais il ne leur reste plus que dénégation et propos calomnieux pour survivre à leur défaite.
Mais une fois encore René Vautier, Mehdi Lallaoui et Olivier Lecour Grandmaison refusent d’être des têtes de turcs que l’on agresse régulièrement et que l’on traite de falsificateurs. C’est pourquoi ils ont fait citer à nouveau, devant le tribunal correctionnel de Paris, la « nostalgérique » qui les poursuit de sa haine,

Et les membres de la 4acg ne pouvaient que soutenir cette démarche.

Pour celles & ceux qui découvriraient la question :
Lors du festival du cinéma de Douarnenez en août 2007, madame Dupont-Tingaud avait accusé nos trois amis René Vautier, cinéaste, Mehdi Lallaoui, réalisateur et Olivier Lecour Grandmaison, historien, de « falsification de notre histoire coloniale ». Elle avait alors adressé un communiqué de presse, violent, sur le mode…« J’accuse »… entraînant une plainte de nos amis.

- 1. Le procès se déroula le jeudi 30 avril 2009 au Palais de Justice de Quimper et le jugement fut rendu en faveur de nos amis ;
- 2. Mme Dupond-Tingaud perdit encore son procès en appel à Rennes le 17 novembre 2009 ;
- 3. Son pourvoi en Cour de Cassation a été rejeté le 9 novembre de cette année.

1re affaire classée, donc.

Mais la « nostalgérique » a récidivé !

4acg en action…devant la préfecture de police ! !

Un nouveau procès se déroulait ce mercredi 24 novembre à partir de 13h30 à la 17e chambre correctionnelle du Palais de Justice de Paris.
Il faut dire que la dame Dupont-Tingaud avait de nouveau publié des propos diffamatoires à l’encontre de René Vautier, Mehdi Lallaoui et Olivier Lecour Grandmaison [faussaires ou manipulateurs de l’histoire, experts de l’anti-France], voir sa « déclamation » ( Word ou odt) publiée sur internet.

D’où une nouvelle plainte contre elle et l’audience du 24 novembre.

Ce qu’on avait prévu est arrivé : les nostalgiques de l’Algérie française assistaient en nombre au procès.

René Vautier, toujours d’attaque !

La 4acg était là aussi, comme lors des procès en Bretagne, sans doute en nombre un peu plus restreint (8 membres de l’association). Nous avons, durant plus d’une heure, déployé la banderole 4acg dans l’alignement des arbres et face à la longue file d’attente pour l’accès au Palais ; nous portions aussi des pancartes préparées pour la circonstance et distribuions des tracts à la demande, ce qui a permis d’ouvrir des discussions …et de se faire insulter par quelques énervés, des ultras de la file d’attente, amis de Claudine.

Un grand escogriffe lance :« les policiers les protègent…des collabos de communistes »….

Plus de policiers que de manifestants !

Ce qui provoqua l’interposition des policiers. Policiers avec lesquels nous tenions des palabres interminables, mais bon enfant, concernant le caractère « illégal » de notre intervention. Car notre présence avait aussi ému « l’état-major » de la préfecture de police (c’est comme cela qu’ils l’appellent)…situé de l’autre coté de la rue, et qui envoya aussi une délégation…. Jamais tract en pièce jointe de la 4acg ne fut autant commenté et disséqué par autant d’échelons policiers !

Pas mal ce tract, qu’en penses-tu ?

Vers 14h30, après contrôle de la gendarmerie, qui refoule préalablement, dès l’entrée sur rue, deux porteurs de camescopes, nous entrons dans la salle, avec d’autres amis…, en particulier du MRAP et d « Agir contre le colonialisme » venus soutenir les plaignants. L’audience commence par l’audition de témoins cités par la défense (Mme Dupont-Tingaud) : longs témoignages tendant à démolir l’œuvre historique, documentaire ou artistique des trois plaignants. C’est par exemple la remise en cause de l’ampleur des massacres de Sétif/Guelma en 45, du nombre de victimes du 17 octobre 61 et la suspicion portée sur le film « Afrique 50 » de René Vautier ! Le tout assorti des apports bénéfiques de l’état colonial. On aura tout entendu.

C’est bien votre identité ?

La très bonne plaidoirie de Me Bellouti, l’avocat de nos amis, permit de remettre en avant ce qui était en jeu : la mise à mal de l’honnêteté et de l’intégrité de ses clients. Ce fut ensuite l’intervention du ministère public qui préférait retenir l’injure plutôt que la diffamation avant la plaidoirie de la défense.

Le jugement est mis en délibéré jusqu’au 17 janvier 2011.

Après la sortie de la salle, cris et Marseillaise des ultras dans le hall et montée soudaine de la fièvre. Les policiers présents en petit nombre se montrèrent utiles et efficaces pour éviter les heurts qui pouvaient survenir.

Vidéo de la manifestation

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.