Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Brèves d’infos !

Brèves d’infos !

dimanche 26 août 2018, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

mise à jour septembre 2018

Suite de l’affaire Maurice Audin : Un nouveau site internet

Le cas de la disparition de Maurice Audin, torturé puis exécuté par l’armée française, est maintenant reconnu. Cependant des milliers d’autres cas de disparus ne sont ni élucidés ni reconnus.

Un site internet vient d’être créé par l’Association Maurice Audin et histoire coloniale.net, avec le soutien de l’Humanité, Mediapart, Politis, Témoignage chrétien et El Watan, et des associations Mrap, LDH, Acca, Sortir du colonialisme. Ce site est destiné à recueillir des informations sur ces disparitions.
N’hésitez pas à le consulter sur : 1000autres.org.

Le chanteur algérien Rachid Taha décède d’une crise cardiaque

Rachid Taha s’est imposé sur la scène musicale française. Il a été leader du groupe Carte de séjour, et membre de 1,2,3 Soleils, avec Kaheld et Faudel. Sa reprise exceptionnelle de la chanson de Dahmane El Harrachi, Ya Rayah, a marqué les esprits. Son nouvel album devait sortir en 2019.
Article El Watan du 13 septembre
Écouter 1,2,3 Soleil

Un dispositif sécuritaire drastique a été déployé : La marche de Mouwatana empêchée

Le coup d’essai était finalement une réussite. Le mouvement Mouwatana a tenu sa promesse d’aller à la rencontre des citoyens constantinois. Certes, le lieu et la nature du rendez-vous ont été modifiés, mais le pari a été remporté.
Article El Watan du 10 septembre

« Mouwatana » / LE MOUVEMENT qui veut accompagner le changement en Algérie

Les signataires de la lettre adressée au président Bouteflika fin mai dernier, lui demandant de renoncer à un cinquième mandat, ont lancé un mouvement dénommé « Mouwatana » sensé « assurer la continuité de l’action », en vue de mobiliser les forces vives de la nation pour un véritable changement.
Article de Algérie Focus du 10 juin 2018

Répression des libertés de réunion et d’association : La LADDH demande la révision des lois liberticides

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) demande le respect du libre exercice des libertés publiques et démocratiques et la révision des lois liberticides.
Article El Watan du 10 septembre

France Diplomatie, 25 août 2018 :
La France condamne les nouvelles décisions prises par les autorités israéliennes visant à permettre la construction de plusieurs milliers de logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.
Ces décisions, ainsi que les démolitions et évacuations qui touchent les populations palestiniennes en zone C, et en particulier dans la zone E1, participent d’une même stratégie qui menace directement la viabilité d’un futur Etat palestinien.
La France appelle les autorités israéliennes à reconsidérer ces décisions et à abandonner cette stratégie de colonisation afin de préserver la solution des deux Etats avec Jérusalem comme capitale, à laquelle la France réitère son attachement.

Le réalisateur algérien Saïd Oulmi vient de sortir « Sur les traces des camps de regroupement », le premier documentaire algérien, semble-t-il, faisant la lumière sur les camps mis en place à partir de 1957 par l’armée française en Algérie. Ces camps étaient destinés à soustraire la population algérienne à l’influence des combattants de l’ALN. En lisant certains ouvrages, ceux notamment de Michel Cornaton et de Mohamed Rebah, on entre de plain-pied dans l’enfer dans lequel étaient jetés les Algériens raflés dans la montagne et les campagnes où ils étaient obligés d’abandonner leur terre, leur maison, leurs champs et leurs troupeaux. Pour finir dans la misère et dans le désespoir.
Après avoir été présenté à Tiaret, à El Bayadh, à Batna et Khenchela, « Sur les traces des camps de regroupement » est actuellement présenté au Festival d’Oran. Il devrait ensuite être programmé sur l’ensemble du territoire algérien.

Baccalauréat : Taux de réussite de plus de 99% pour les cadets de la nation
APS 22 juillet 2018 à 4 h 57 min
Le taux de réussite à l’examen du baccalauréat, session juin 2018, dans les Ecoles des cadets de la nation de Blida, Oran et Sétif a atteint 99,07%, soit 433 lauréats, a indiqué hier un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

Un bailleur immobilier refuse qu’une résidence étudiante porte le nom de Maurice Audin.
La société CDC Habitat, filiale immobilière de la Caisse des Dépôts et Consignations, s’est opposée à baptiser du nom de Maurice Audin la résidence étudiante qu’elle construit à Aubervilliers, en déclarant qu’elle souhaitait « s’astreindre à des noms dépolitisés et consensuels ».
L’argument n’a pas convaincu la mairie PC de la ville, qui rappelle que Nelson Mandela serait resté un terroriste si on n’avait pas pris conscience de la valeur universelle de son combat. Il en est de même pour beaucoup d’autres noms qui ont débordé largement le champ du politique pour s’inscrire dans une mémoire tout simplement humaine.Reste à savoir quelles sont les vraies raisons du refus. Ces dernières seraient-elles politiques ? A suivre…

Wassyla Tamzali au « Monde » : le combat pour la liberté des femmes est porté par de nombreuses femmes en Algérie
« en Algérie, il n’y a pas eu de réactions notables au mouvement metoo. Sur le terrain de la lutte citoyenne, la priorité est donnée à des sujets qui concernent davantage les droits de l’homme et les libertés publiques »
« il n’y a pas d’avenir pour les femmes en dehors de la démocratie, comme il n’y a pas de démocratie sans la reconnaissance et la participation des femmes en tant que sujets libres et égaux. »
« même le pauvre homme lambda détient un succédané de pouvoir sur les femmes. Il s’en contente, avec toutes les pathologies que l’on observe. L’homme arabe est un homme humilié, son seul terrain de satisfaction est les femmes »
(Le Monde daté du jeudi 5 juillet 2018)
Wassyla Tamzali : « L’homme arabe est un homme humilié »
https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/07/03/wassyla-tamzali-l-homme-arabe-est-un-homme-humilie_5325339_3232.html

Chaque génération est porteuse de ses propres aspirations et contradictions
Karim Khaled. Sociologue, maître de recherches au Créad

- Il y a quelques années, les étudiants algériens avaient un poids sur la scène politique et sociale. Ce qu’on ne retrouve plus chez nos étudiants d’aujourd’hui. Quel est votre avis ?

Le constat est là mais les raisons sont profondes. Effectivement les formes d’engagement, si on prend en considération les générations post-indépendance, sont différentes et différenciées pour de multiples raisons…/…
Tant que la pensée critique et les libertés académiques sont institutionnellement et politiquement stigmatisées et violemment assimilées par les tenants de l’ordre établi à une alternative pessimiste et subversive, les doutes et l’inertie ne peuvent qu’approfondir dangereusement les divisions sociales et encourager les violences et la fuite des compétences.
El Watan du 28 mai 2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.