Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Brèves d’infos !

Brèves d’infos !

mardi 1er janvier 2019, par 4acgweb , Anne Doussin , Michel Berthelemy

Version imprimable de cet article Version imprimable

Mis à jour le 2 octobre 2020

Maladie du président et Constitution adoptée à un très faible taux : L’Algérie dans l’incertitude
Pour un premier « test » du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, actuellement hospitalisé en Allemagne, qui a fait de cette nouvelle Constitution la pierre angulaire de son projet de « l’Algérie nouvelle », c’est la désillusion.
Le référendum pour la Constitution de ce dimanche 1er novembre n’a attiré que 23,72% des électeurs, soit moins du quart des inscrits. Avec les 3 355 518 de « oui », le texte a été finalement adopté par seulement 13,70% du corps électoral.
C’est les plus faibles taux de participation et de votants par « oui » enregistrés dans l’histoire du pays. Pour un premier « test » du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, actuellement hospitalisé en Allemagne, qui a fait de cette nouvelle Constitution la pierre angulaire de son projet de « l’Algérie nouvelle », c’est la désillusion.
https://www.elwatan.com/edition/actualite/lalgerie-dans-lincertitude-03-11-2020

Les Algériens de France entretiennent la flamme du Hirak
Rassemblements le dimanche, marches aux dates historiques, débats pour préparer l’« après »… La diaspora algérienne s’emploie à entretenir en France « la flamme du Hirak », le soulèvement populaire antirégime, mis sous l’éteignoir par le confinement de la COVID-19 et une vague de répression.
Prochaine grande mobilisation : le 1er novembre, qui coïncide avec l’anniversaire du début de la guerre d’indépendance (1954-1962) et un référendum sur une nouvelle mouture de la Constitution algérienne, laquelle est censée répondre aux revendications du « Hirak béni », mais est critiquée, car elle n’aboutit pas au « changement de système » réclamé par les manifestants.
https://www.journaldemontreal.com/2020/10/24/en-france-la-diaspora-algerienne-entretient-la-flamme-du-hirak

L’initiative « Nida 22 », dont l’objectif est d’aboutir, à terme, à une feuille de route « consensuelle » reflétant les revendications du hirak, a été lancée jeudi soir.
Plusieurs personnalités, activistes, militants, avocats, chercheurs ou autres ont adhéré à cette initiative. Le « live » organisé, ce jeudi soir sur les réseaux sociaux, a vu l’intervention de plusieurs d’entre eux. On peut citer, le sociologue Nacer Djabi, les avocats Mustapha Bouchachi et Abdelghani Badi, le président du RAJ, Abdelouahab Fersaoui, le porte-parole de l’Union démocratique et sociale (UDS), Karim Tabbou, le chercheur installé aux Etats-Unis, Nouredine Melikchi, pour ne citer que ceux-là.
L’objectif de l’« initiative », comme l’ont rappelé plusieurs d’entre eux, est d’aboutir à une feuille de route consensuelle qui va refléter les revendications du hirak. Cela, bien évidemment, en passant par un dialogue « intra-hirak ».
https://www.elwatan.com/edition/actualite/nida-22-vise-une-conference-inclusive-24-10-2020

Les Algériens appelés à se prononcer sur le projet de révision de la Constitution
Le mardi 15 septembre, le président Tebboune a signé, conformément à l’article 149 de la loi organique relative au régime électoral, un décret présidentiel portant convocation du corps électoral pour le référendum sur la révision constitutionnelle prévu le 1er novembre prochain.
Ce décret fixe, en vertu de l’article 14 de la loi du 25 août 2016 relative au régime électoral, la date de la révision exceptionnelle des listes électorales, au 20 septembre courant, pour une durée de 8 jours.
https://www.elwatan.com/edition/actualite/tebboune-convoque-le-corps-electoral-pour-le-1er-novembre-les-algeriens-officiellement-appeles-aux-urnes-17-09-2020

Un hommage a été rendu à Emilie Busquant, le 2 octobre, au cimetière de Neuves-Maisons, en Moselle.
Émilie Busquant, née le 3 mars 1901 à Neuves-Maisons et morte le 2 octobre 1953 à Alger, est une personnalité française, militante anarcho-syndicaliste, féministe et anticolonialiste qui fut la compagne de Messali Hadj. Selon certains historiens, elle serait à l’origine du drapeau algérien. « La plus Algérienne des Françaises » (selon Le Monde), avait dit un jour : dans mon cœur de Française, il n’y a pas de frontière dans la lutte pour la liberté.
Pour plus d’infos, contacter Mahmoud Senadji : m_senadji yahoo.fr

La Lettre culturelle Auvergne-Rhône Alpes de Coup de Soleil
L’association Coup de Soleil Auvergne-Rhône Alpes vient de sortir l’opus 46 de sa Lettre culturelle franco-maghrébine. Au sommaire : un focus de la revue Europe sur deux grands écrivains algériens, Jean Sénac et Mohammed Dib (revue Europe, juillet-août 2020) ; parution d’un ouvrage de Omar Messaoud, « Agriculture et paysannerie en Algérie »(co-édition Qatifac APK, 2019) ; un écrit féministe de Souad Labbize, « Enjamber la flaque où se reflète l’enfer (Dire le viol) », une édition bilingue franco-arabe parue chez iXe en 2019 ; un livre d’un jeune écrivain marocain, Abdellah Taïa, « La vie lente », Seuil-Points 2019 ; « Persépolis ou la guerre des libertés, Sacrés, sacrilèges et démocratie » de Smaïn Laacheret Cedric Terzi, aux éditions Labor et Fides, Genève 2020 ; enfin, « L’Eglise et les chrétiens dans l’Algérie indépendante » ouvrage collaboratif préfacé par Mgr Tissier, aux éditions Khartala, 2020.
Pour retrouver l’intégralité de ces articles : https://www.coupdesoleil-rhonealpes.fr/lettre-culturelle-franco-maghrebine-46


« Valeurs actuelles » récidive

L’hebdomadaire d’extrême droite « Valeurs actuelles » a publié dans son n°4370, daté du 27 août 2020, un « roman de l’été » illustré, représentant la députée Danièle Obono en esclave dans l’Afrique du 18e siècle. La députée noire est représentée nue et enchaînée par le cou. Le procureur de Paris, Rémy Heitz, a annoncé le 31 août, l’ouverture d’une enquête préliminaire pour « injures à caractère raciste », qui a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Un rassemblement de protestation est appelé le samedi 5 septembre devant le siège de cet hebdomadaire.
Décidément les valeurs de ces gens-là ne sont pas très ragoûtantes.
https://histoirecoloniale.net/Nombreuses-protestations-contre-une-publication-scandaleuse-de-l-hebdomadaire-d.html

Un nouveau roman de Yasmina Khadra
Yasmina Khadra, auteur d’une trentaine d’œuvres traduites dans plus de quarante langues, publie en cette rentrée littéraire son dernier roman : Le sel de tous les oublis. Il y dépeint l’errance et les destins brisés au lendemain de la guerre d’Algérie.
A 65 ans, Yasmina Khadra a touché des millions de lecteurs dans le monde entier. Ex-officier de l’armée Algérienne, il gardera de son passage à l’école militaire la naissance de sa passion pour les histoires et l’écriture. « Je suis né pour être écrivain » racontera-t-il dans l’oeuvre autobiographique, L’écrivain (2001) qui révélera son identité une fois sa carrière militaire achevée. Car Yasmina Khadra, ce sont les deux prénoms de son épouse. Déjouer la censure militaire imposée par sa hiérarchie au cours des années 80 l’a poussé à écrire dans la clandestinité et à endosser de nombreux pseudonymes. Lorsque sa femme se propose de signer à sa place ses contrats d’édition, il gardera les prénoms de celle qui l’a toujours soutenu dans la transgression des interdits. D’une écriture limpide et sans fioritures, son œuvre romanesque vise à « reconstruire les passerelles naturelles qui existent entre l’Orient et l’Occident ». Sans tabou ni jugement, parfois cruel, mais toujours réaliste.
https://maze.fr/2020/08/le-sel-de-tous-les-oublis-yasmina-khadra-tableau-de-lalgerie-moderne/

Le site « Academia.edu » publie un essai de Sabah Chaïb intitulé « Les coopérants français en Algérie (1962-1966). Récits croisés pour une ébauche de portrait ».
Sabah Chaïb, doctorante à l’Université de Nanterre, s’est appuyée notamment pour ses travaux sur des témoignages reçus par l’intermédiaire de la 4ACG, dont elle remercie les auteurs.
https://www.academia.edu/29647454/_Les_coop%C3%A9rants_fran%C3%A7ais_en_Alg%C3%A9rie_1962_1966_R%C3%A9cits_crois%C3%A9s_pour_une_%C3%A9bauche_de_portrait_?email_work_card=title

L’Algérie en héritage, un ouvrage collectif

Edité aux éditions Bleu Autour, basées à Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier), l’Algérie en héritage compile une quarantaine de récits inédits réunis par Martine Mathieu-Job et Leïla Sebbar. Les auteurs (universitaires, journalistes, hommes politiques…) sont pour la plupart nés en France après l’indépendance de l’Algérie, en 1962. C’est le cas pour Arnaud Montebourg, dont le grand-père maternel était Algérien. Des textes qui plongent dans les racines familiales et ravivent cette mémoire commune entre la France et l’Algérie.
L’Algérie en héritage, ouvrage collectif, éditions Bleu autour à Saint-Pourçain-sur-Sioule, Allier.
http://bleu-autour.com/maison/

En Algérie, la colère après la condamnation du journaliste Khaled Drareni
Le régime algérien profite du Covid-19 pour durcir la répression contre des figures du Hirak, le mouvement de contestation du pouvoir.
Par Karim Amrouche
« RIP, justice de mon pays ! J’aurais souhaité te savoir morte [plutôt] que de te voir aussi veule, lâche, indigne… » Le cri du journaliste et écrivain Mustapha Benfodil faisait écho, lundi 10 août, à la colère qui s’est exprimée sur les réseaux sociaux en Algérie, à l’annonce, le même jour, de la condamnation du journaliste Khaled Drareni à trois ans de prison de ferme.
Les avocats de ce dernier ne se faisaient guère d’illusion sur la possibilité d’un acquittement. Mais ils ont été sidérés par la dureté du verdict. Evoquant un « dossier vide », ils ont dénoncé un « acharnement particulier » contre le journaliste, lié à sa couverture du Hirak, le mouvement de contestation du pouvoir, à l’origine d’importantes manifestations en Algérie, depuis février 2019.
Selon des proches, Khaled Drareni avait été convoqué à au moins trois reprises par la direction de la sécurité intérieure, on lui avait alors ordonné de cesser de couvrir les protestations. En vain. Le journaliste, âgé de 40 ans, dirige le site Casbah Tribune, anime le « Café presse politique », une émission très suivie sur Radio-M, diffusée sur Internet, et collabore avec la chaîne française TV5. Il est également le correspondant de Reporters sans frontières et, à ce titre, s’est montré très actif dans la défense des journalistes.
« Agent » de l’étranger
Arrêté le 7 mars 2020, alors qu’il couvrait une manifestation, Khaled Drareni était poursuivi, avec les militants Samir Belarbi et Slimane Hamitouche ( ce dernier luttant pour la cause des disparus de la « décennie noire » ; années 1990) pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’intégrité du territoire national ». Des chefs d’accusation qui reviennent dans pratiquement toutes les poursuites engagées contre les figures du Hirak qui ont repris leur activisme avec une forte cadence après l’arrêt des manifestations à la mi-mars, en raison du Covid-19.
Pour l’avocate Zoubida Assoul, le verdict est « la traduction de la déclaration du chef de l’Etat »
Placé initialement sous contrôle judiciaire, Khaled Drareni a été incarcéré le 28 mars. Le 2 juillet, Slimane Hamitouche et Samir Belarbi bénéficiaient d’une remise en liberté provisoire. Condamnés le 10 août à deux ans de prison dont quatre mois ferme, mais ayant déjà accompli leur peine, ils restent libres. Pour les mêmes chefs d’accusation, Khaled Drareni est condamné, lui, à trois ans d’emprisonnement ferme. « C’est bien le journaliste qui est visé », déclarent ses confrères.
Dénigrement
Khaled Drareni avait fait l’objet d’une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux le présentant comme un « agent » de l’étranger, et de la France en particulier. Ecœuré, son père, Sid Ahmed Drareni, un ancien combattant de la guerre d’indépendance, a publié une lettre ouverte au président, Abdelmadjid Tebboune, dénonçant le fait que l’injustice subie par Khaled « s’accompagne d’une campagne odieuse pour mettre en doute son patriotisme ».
Une missive qui n’a pas empêché, quelques semaines plus tard, le chef de l’Etat algérien d’accuser, sans le nommer directement, Khaled Drareni de « quasi-intelligence avec des parties étrangères ». Pour l’avocate Zoubida Assoul, ancienne magistrate, le verdict rendu lundi est « la traduction de la déclaration du chef de l’Etat ». « On l’a senti dans le réquisitoire et les questions de la présidente, a-t-il ajouté. C’est une condamnation politique et une décision politique. » Une pétition signée par de nombreux journalistes, militants et citoyens dénonce le « traitement spécial » réservé au journaliste.
Depuis l’arrêt des manifestations à la mi-mars, le pouvoir algérien a durci la répression contre les militants du Hirak. Son projet de révision de la Constitution ne suscite pas l’enthousiasme, l’opposition estimant qu’il ne change rien à la nature du régime dans un contexte économique et social qui s’alourdit. Le pouvoir en est réduit à multiplier « les mesures populistes et la répression », écrit Hosni Kitouni, chercheur en histoire, sur sa page Facebook, avec un risque que cela débouche sur « des formes de radicalisation totalement incontrôlables ».
Karim Amrouche(Alger, correspondance)

La Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) : jugement favorable aux militants BDS (Boycot Désinvestissement, Sanctions)
La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 11 juin la France dans l’affaire des appels au boycottage de produits israéliens. Des militants avaient été condamnés pour incitation à la discrimination économique envers des personnes en raison de leur appartenance à une nation. Cette décision, très attendue, vient contredire la jurisprudence de la Cour de cassation.
La Cour de Strasbourg juge à l’unanimité que la France a violé l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme sur la liberté d’expression. Elle rappelle que cet article « ne laisse guère de place pour des restrictions à la liberté d’expression dans le domaine du discours politique ou de questions d’intérêt général. Par nature, le discours politique est souvent virulent et source de polémiques. Il n’en demeure pas moins d’intérêt public, sauf s’il dégénère en un appel à la violence, à la haine ou à l’intolérance. »
https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/11/la-cedh-condamne-la-france-dans-l-affaire-des-appels-au-boycottage-de-produits-israeliens_6042493_3224.html

Condamnation des autorités françaises : selon la CEDH, l’appel au boycott des produits israéliens est protégé par la liberté d’expression.
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/06/13/condamnation-des-autorites-francaises-selon-la-cedh-lappel-au-boycott-des-produits-israeliens-est-protege-par-la-liberte-dexpression/

Radio Corona internationale, radio libre algérienne
Lancée le 21 avril 2020, Radio Corona internationale, « la radio de la fin du monde », a été créée « pour garder vif le feu de la contestation »
La radio émet sur le net et sur facebook les mardis et vendredis, jours de manifestation hebdomadaire du mouvement de contestation en Algérie.
Née en pleine pandémie de coronavirus, Radio Corona internationale est une station engagée et libre qui veut autant divertir les confinés que garder vif le feu de la contestation
https://www.france24.com/fr/video/20200512-alg%C3%A9rie-radio-corona-internationale-une-radio-libre-pour-garder-vif-le-feu-de-la-contestation


Un seul héros, le peuple

Mathieu Rigouste, chercheur en sciences sociales, vient de terminer une enquête indépendante de sept années sur les soulèvements populaires de décembre 1960 en Algérie. L’ouvrage a été publié sous le titre « Un seul héros, le peuple ». L’édition s’articule autour de trois supports :
. Le site www.unseulheroslepeuple.org qui fonctionne déjà et met à disposition archives, entretiens, photos et vidéos pour partager les sources et restituer la recherche.
. Le livre, qui vient de sortir : « Un seul héros le peuple. La contre-insurrection mise en échec par les soulèvements algériens de décembre 1960 », PMN Editions, 2020. Disponible en librairies et sur commande : http://www.pmneditions.com/?p=701
. Un film documentaire pour partager les paroles et les gestes des derniers témoins de ces événements et construire un lieu de mémoire.
Contact : unseulheroslepeuple riseup.net 

Le Conseiller du président et Directeur général du centre des archives nationales, s’est exprimé sur les crimes coloniaux perpétrés par la France durant la période de la guerre de libération. Il a, dans ce sens, lancé un appel aux historiens et aux sociologues Algériens afin d’intensifier leurs efforts pour rechercher et écrire la mémoire et l’histoire de l’Algérie.
https://www.dzairdaily.com/guerre-algerie-conseiller-tebboune-charge-france-crimes-coloniaux/

Pas de trêve en Israël pour la colonisation
Le conseiller juridique du gouvernement israélien a décidé de confisquer des terres relevant du « Waqf islamique palestinien », dans la ville d’Al Khalil près de la mosquée Ibrahimi. Les motifs avancés ne sont pas du goût de la Ligue arabe qui condamne ce comportement dangereux qui se veut « une extension de la politique de colonisation et d’annexion des zones en Cisjordanie ».
https://www.lereporter.ma/actualite-monde/proche-orient-meme-en-temps-de-pandemie-israel-poursuit-ses-exactions/

Pour un monde de paix, solidaire et sans armes nucléaires
(une déclaration du Mouvement de la Paix)
Depuis le 7 juillet 2017, en s’appuyant sur le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et au vu des conséquences humanitaires catastrophiques de l’utilisation de ces armes, les Nations Unies, grâce au vote de 122 Etats, ont adopté un Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN). Ce traité a été signé par 81 Etats et ratifié par 36. Il doit entrer en vigueur lorsqu’il aura été ratifié par 50 Etats.
La France, non seulement tente d’empêcher le processus de ratification du TIAN, mais viole le TNP en s’engageant dans un programme de 100 milliards d’euros sur 15 ans pour le renouvellement et « la modernisation » de son arsenal en armes nucléaires.
https://www.mvtpaix.org/wordpress/pour-un-monde-de-paix-solidaire-et-sans-armes-nucleaires/


Un travail de recherche sur les appelés en Algérie

https://www.academia.edu/5624462/_Une_g%C3%A9n%C3%A9ration_du_feu_._Perspectives_de_recherche_sur_les_appel%C3%A9s_de_la_guerre_d_Alg%C3%A9rie_P%C3%B4le_Sud_2012_n_36_p._31-48?email_work_card=interaction-paper

Sahara occidental
Le représentant du Front Polisario auprès des Nations unies, Sidi Mohamed Omar, a accusé la France d’être un allié du Maroc dans la question du conflit au Sahara occidental. Selon lui, le processus de décolonisation du Sahara occidental “ne connaît pas de progrès” au niveau de l’ONU en raison des entraves dressées par le Maroc, soutenu par ses alliés, rapporte dimanche l’agence de presse sahraouie (SPS).
Abordant les différents obstacles sur lesquels bute la décolonisation du Sahara occidental au niveau des Nations unies, Sidi Mohamed Omar a épinglé le Maroc qui dresse, selon lui, des entraves avec le soutien de ses alliés. « Je considère que le rôle négatif que joue la France, qui soutient le Maroc (la puissance occupante), au Conseil de sécurité est l’une des principales raisons du non-respect par Rabat de ses obligations internationales », a-t-il dénoncé.
https://www.observalgerie.com/colonisation-du-sahara-occidental-la-france-a-des-interets-derniere-son-soutien-au-maroc/2020/

Quand je sors je veux être libre, pas courageuse !
Le 8 mars, les femmes algériennes ont manifesté pour leurs droits. Parmi les slogans chantés ou écrits, voici quelques exemples qui donnent le ton de cette journée pas comme les autres :

« N’offrez pas de fleurs, le 08 Mars n’est pas la Saint-Valentin ». « On n’est pas venues faire la fête, on est venues pour que vous partiez ». « Il n’y a pas de festivités, il y a des manifestations ! » « Vive la femme algérienne libre ! » « 08 Mars, article 8 », « Women are the soul of the revolution » (les femmes sont l’âme de la révolution), « La voix de la femme est une révolution », « Révolte-toi, résiste, défie », « 08 mars 2020 avec le hirak » .« Les Algériennes ont porté toutes les guerres, tous les mouvements. Aujourd’hui, elles portent le hirak ». « Nous sommes les mères qui luttent depuis 25 ans pour connaître la vérité sur le sort de nos enfants disparus après leur arrestation par les services de sécurité ». « Le code de la famille, la violence et la hogra, qu’ils dégagent tous ». « Code de la famille à la poubelle ». « Les femmes algériennes luttent depuis 1962 pour leurs droits de femmes et de citoyennes » . Et le superbe « Quand je sors, je veux être libre, pas courageuse »
https://www.elwatan.com/a-la-une/la-voix-des-femmes-revoltees-enflamme-la-capitale-il-ny-a-pas-de-festivites-il-y-a-des-manifs-09-03-2020

« Objectif Hirak » : une révolution en marche suivie par cinq photographes algériens

Objectif Hirak retrace les événements des douze derniers mois à travers les regards croisés des chasseurs d’images Sofiane Bakouri, Ahmed Ait Issad, Dihia Gaci, Mohamed Bouzidi et Midou Baba Ali.

https://www.mediapart.fr/studio/documentaires/international/objectif-hirak-une-revolution-en-marche-suivie-par-cinq-photographes-algeriens

Quand les artistes deviennent partie prenante du hirak

Formidable mobilisation populaire, le hirak a été également l’occasion d’une stupéfiante effervescence de créations artistiques de haut vol, en particulier de chanteurs et de graphistes. Grâce à la puissance de leur force émotive, leur audience considérable sur le Web et les réseaux sociaux, en Algérie comme dans le reste du monde, a contribué de façon décisive à souder les « marcheurs » des vendredis et des mardis, ainsi qu’à populariser leur détermination à l’échelle internationale.

https://lundi.am/Quand-les-artistes-deviennent-partie-prenante-du-hirak


Djamila Bouhired : battez-vous jusqu’à la victoire !

Elle ne pouvait pas manquer le rendez-vous. Elle a tenu à marcher aux côtés des siens en ce vendredi qui boucle une année du combat des Algériens pour la démocratie. Djamila Bouhired, icône de la Révolution, ne cachait pas sa joie de se retrouver au milieu de la jeunesse de son pays et dans sa longue marche pour sa liberté. Sa présence booste le moral des manifestants. Le sien aussi. « C’est un bonheur que de vivre ces moments avec mes enfants.
Ce peuple mérite nettement mieux que ce qu’on lui propose », lâche-t-elle en poussant un soupir chargé de regrets mais sans jamais se laisser gagner par le désespoir. Elle n’a rien perdu de sa fougue. A 85 ans, elle continue de porter le combat pour une Algérie libérée de toute forme d’oppression. « Ma joie est totale en voyant ce peuple uni, déterminé et combatif pour la dignité de l’Algérie », confie-t-elle en descendant la rue Didouche Mourad noire de monde. « Je ne fais que mon devoir en venant marcher avec vous aujourd’hui », lance-t-elle aux jeunes qui venaient lui rendre hommage. Ils sont nombreux à vouloir immortaliser ce 53e vendredi de l’insurrection citoyenne avec l’héroïne de la guerre d’indépendance dont l’aura reste intacte.
« Je ne pouvais pas retenir mes larmes en la saluant, elle est un mythe vivant, une légende. L’avoir avec nous aujourd’hui dans la marche nous donne plus de courage pour poursuivre notre lutte. Elle est la preuve que nous sommes sur la bonne voie », relate une jeune fille saisie d’émotion en se prenant en photo avec son héroïne.
https://www.elwatan.com/edition/actualite/djamila-bouhired-a-marche-en-ce-53e-vendredi-battez-vous-jusqua-la-victoire-22-02-2020

Héritage de l’ère Bouteflika au niveau de l’État : « un champ de mines et de ruines », selon M. Belhimer, porte-parole du gouvernement
Le porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, a dénoncé, hier, l’héritage de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, évoquant un « champ de mines et de ruines ». « L’Etat algérien est, depuis un an, dans un état de délabrement total (…).
https://www.elwatan.com/edition/actualite/heritage-de-lere-bouteflika-au-niveau-de-letat-belhimer-evoque-un-champ-de-mines-et-de-ruines-19-02-2020

A Sidi M’Hamed, le procureur demande la relaxe pour des manifestants

Dans son réquisitoire au procès des manifestants arrêtés lors des manifestations du 48e vendredi à Alger, le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed, Ahmed Belhadi a demandé la relaxe pour tous les manifestants. Et il a plaidé, chose rare, en faveur de l’« indépendance de la justice ». Il a notamment déclaré : « Les Algériens marchent résolument pour une nouvelle Algérie, où la justice sera indépendante. Le peuple ne veut plus subir une justice aux ordres. Et en tant que représentant du ministère public, je refuse les injonctions et donc je demande l’application de la loi au profit de ces personnes. Le parquet demande la relaxe. » La relaxe a donc été requise pour les16 manifestants accusés d’« attroupement ».
https://www.elwatan.com/edition/actualite/tribunal-de-sidi-mhamed-letonnant-plaidoyer-du-procureur-pour-lindependance-de-la-justice-10-02-2020


Mardi des étudiants en Algérie : la cinquantième !

Alger, 4 février 2020. Après vendredi dernier, c’est au tour du hirak étudiant de franchir la barre des 50 manifs consécutives. « J’ai encore du mal à le réaliser ! » lâche Merouane, un jeune manifestant chevronné.
Comme d’habitude, le départ est donné à partir de la place des Martyrs. Il est 10h25. La foule commence à grossir. On note d’emblée qu’il y a plus de monde, plus d’étudiants.
https://www.elwatan.com/edition/actualite/50e-mardi-des-etudiants-nous-sommes-determines-05-02-2020

Trump autorise à nouveau les mines antipersonnel
Le président américain a levé, vendredi 31 janvier, les restrictions imposées depuis 2014 par Obama à l’armée américaine sur l’utilisation des mines antipersonnel. Communiqué de la Maison-Blanche : « Cette nouvelle politique autorisera le commandement militaire à utiliser, dans des circonstances exceptionnelles, des mines antipersonnel avancées et non permanentes spécialement conçues pour réduire les blessures infligées aux civils et aux forces partenaires ». Quel geste d’humanité, isn’t it ?

Déclaration d’Arnaud Montebourg, président de l’Association France Algérie(extrait)
« Ce pays (l’Algérie), si proche de nous, auquel nous rattachent les mille liens de l’histoire, de la langue, des hommes et des femmes vivant sur notre sol, s’engage dans une voie nouvelle ; affirmons donc l’urgente nécessité de renforcer notre solidarité. La mutation démocratique de l’Algérie est une chance historique. La France doit en prendre la mesure. L’Association France Algérie va proposer en tous domaines de mieux faire connaître les multiples possibilités de coopération : dans le domaine culturel, de l’édition au cinéma, dans le domaine économique, industriel, agricole, dans le domaine des relations internationales et de la paix, de nouvelles perspectives se dessinent ».
Paris le 21 janvier 2020

Israël souhaite plus que doubler la population dans ses colonies en Cisjordanie occupée, pour atteindre un million de colons d’ici à dix ans, a affirmé mercredi Naftali Bennett, le ministre israélien de la Défense. « Notre objectif est que d’ici une décennie, un million de citoyens israéliens vivent en Judée et Samarie ».
Environ 400000 colons juifs sont implantés actuellement dans des colonies en Cisjordanie occupée, territoire où vivent quelque 2,7 millions de Palestiniens. En incluant Jérusalem-Est, territoire annexé par Israël et qui ne fait pas partie de la Cisjordanie, quelque 600 000 colons sont établis dans les Territoires palestiniens occupés.
Plus tôt dans la semaine, les autorités israéliennes avaient approuvé la construction de 1936 nouveaux logements dans les colonies. Mesure condamnée condamnée par le ministère jordanien des Affaires étrangères, qui a rappelé dans un communiqué qu’il « n’y a aucune légitimité pour les colonies israéliennes qui violent le droit international ».
Source : AFP à Jerusalem
9 janvier 2020

Libération surprise de 76 détenus du Hirak
Soixante-seize personnes détenues dans le cadre du mouvement de contestation en Algérie ont été remises en liberté jeudi, dont une de ses figures, Lakhdar Bouregaâ, 86 ans, vétéran très respecté de la Guerre d’indépendance devenu un symbole de la répression. Lakhdar Bouregaâ a quitté la prison d’Alger où il était en détention préventive depuis le 30 juin. Lakhdar Bouregaâ n’est plus prévenu que d’outrage à corps constitué, et n’est donc plus passible que d’une simple amende.
https://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/algerie-76-detenus-du-mouvement-de-contestation-dont-lakhdar-bouregaa-liberes_2113312.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.