Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Brèves d’infos !

Brèves d’infos !

vendredi 23 septembre 2016, par 4ACG

Version imprimable de cet article Version imprimable

mise à jour mai 2017

Quelle marge de manœuvre pour la nouvelle APN ?

Trois candidats étaient en lice, hier, avec celui du FLN, Saïd Bouhadja, pour briguer le poste de président de l’APN.

Même si tout le monde sait que Saïd Bouhadja - qui était déjà dans ce costume hier - avait raflé la majorité absolue avec les voix des partis de l’alliance présidentielle, les autres candidats ont voulu, par leur participation, briser la pratique du plébiscite en passant au scrutin à bulletin secret pour la désignation du 3e homme de l’Etat. Hier, l’ambiance au Parlement était bien particulière.

Article El Watan du 25 mai 2017

Abdelmadjid Tebboune nommé Premier ministre

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a procédé mercredi à la nomination de M. Abdelmadjid Tebboune au poste de Premier ministre, en remplacement de M. Abdelmalek Sellal, a annoncé la présidence de la République dans un communiqué.
Article El Watan du 25 mai 2017

Un témoin d’événements majeurs survenus lors de la guerre de Libération nationale : Mme Dehilès veuve Abane n’est plus . Un destin d’exception
…/…
Elle avait 89 ans. Deux jours avant son décès, la rédaction d’El Watan l’avait rencontrée chez sa fille. Récit. « Vous êtes un monument ! » C’est sur cette phrase dithyrambique que Omar Belhouchet, plein d’émotion, et votre serviteur quittions, ce lundi 15 mai, celle qui portait le titre de « veuve » à deux reprises. Veuve Abane, ou veuve Dehilès ?

Les deux noms reviennent dans toutes ses discussions et celles de ses invités. C’était le cas ce jour-là, lorsque nous décidions de recueillir le témoignage de cette grande dame qui, en plus d’avoir partagé la vie de ces deux monuments de la Révolution algérienne, fut une militante acharnée du Mouvement national, puis, une fois la guerre d’indépendance déclarée, du combat libérateur. …/…
Article El Watan du 19 mai

Exclusif : Les mémoires de Rachid Benyelles aux éditions Barzakh, « Dans les arcanes du pouvoir »

Le général à la retraite Rachid Benyelles prend sa plume pour raconter sa vérité sur les épisodes les plus marquants du régime algérien de 1962 au « coup de force » de 1999 imposant Bouteflika. Avec force détails, l’ancien patron de la Marine nationale devenu secrétaire générale du ministère de la Défense nationale puis ministre du transport avant de claquer la porte du gouvernement, M. Benyelles raconte comment l’armée et ses chefs ont de tout temps étaient à la manœuvre pour peser lourdement sur les grands choix politiques du pays. Des choix qui ont souvent conduit à la dérive. Extrait des mémoires sur les coulisses du pouvoir.
Article El Watandu 17 mai 2017

Le potentiel de mobilisation en net recul
La mort lente des partis

C’est l’aboutissement presque naturel d’un processus « démocratique » mal engagé, malmené et dévoyé du fait d’un système de pouvoir qui n’entend concéder aux formations politiques que des espaces périphériques et étroits, éliminant par anticipation toute possibilité de prise de pouvoir réelle.
La physionomie politique du pays post-élections législatives confirme la forte défiance de l’opinion, mais surtout consacre l’immense affaiblissement des partis politiques de tout bord et leur incapacité à mobiliser au-delà de leurs réservoirs de militants qui, de surcroît, se rétrécissent. La séquence législative du 4 mai a mis en scène un face-à-face périlleux entre les tenants du pouvoir et une majorité de la population sans possibilité de médiation. C’est loin d’être une vague de conjoncture qui passe ; une rupture passive pour l’heure.
Une lame de fond qui structure durablement la sociologie politique du pays…
Suite de l’article de El Watan du 11 mai 2017]

Célébration du 3 mai : La presse dans l’incertitude

L’année 2016 et le début de l’année en cours constituent l’une des périodes les plus sombres de la presse algérienne depuis la décennie 1990.
Le monde et l’Algérie célèbrent la Journée internationale de la liberté de la presse dans un climat particulier : en plus du champ des libertés qui se rétrécit comme une peau de chagrin, le monde des médias vit une incroyable mue. De la presse papier, qui vit dans d’innombrables difficultés, aux sites d’information en ligne qui ne disposent même pas de cadre réglementaire malgré une existence réelle, la presse algérienne baigne dans d’innombrables paradoxes.

Article El Watan du 4 mai 2017

CONCERT DE SOLIDARITE
avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim
mercredi 3 mai à partir de 19h
Salle de l’International
5/7 Rue Moret, 75011 Paris

France-Algérie : « Des relations qui ne peuvent être banales »

Depuis Valery Giscard d’Estaing et l’OAS, jusqu’aux espions algériens à Paris, en passant par les petits services d’Alexandre de Marenches et de la DGSE », Naoufel Brahimi El Mili, à qui l’on doit notamment Le Printemps arabe : une manipulation ?
Article El Watan du 21 avril 2017

M’Hamed Kaki. Corédacteur de l’Appel de la reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France
« La colonisation continuera de ronger la vie politique française »

Membre fondateur de la dynamique association Les Oranges, homme engagé et militant invétéré de la mémoire, M’hamed Kaki, ayant en 2015 initié avec l’universitaire Olivier Le Cour Grandmaison et de nombreux acteurs du monde associatif, politique, syndicaliste, un « appel » pour la reconnaissance des massacres du 8 Mai 1945 en Algérie, voté par 30 villes françaises dont Paris, revient sur la colonisation, un sujet qui fait l’actualité des deux côtés de la Méditerranée…
Article El Watan du 26 mars 2017

Conférences interdites, ventes-dédicaces annulées… Les libertés malmenées

Interdiction de conférences, intimidations et menaces tous azimuts ; depuis quelque temps, des écrivains, militants associatifs et animateurs de la société civile sont sous le coup d’une répression que personne n’arrive à expliquer.

Alors que les interdictions sont restées jusque-là sporadiques, les pressions s’accentuent depuis quelques semaines sur les intellectuels et des militants. C’est le cas notamment en Kabylie, où plusieurs conférences ont été annulées sans aucune explication valable. Pis, les parties qui ont interdit ces manifestations culturelles et intellectuelles ne sont pas bien identifiées…/…

Article El Watan du 19 mars 2017

Condition de la femme : Le poids des archaïsmes

Même si le combat pour l’émancipation de la femme a pu engranger des acquis considérables au fil des années, le statut de celle-ci demeure néanmoins en deçà de celui de la citoyenneté à part entière. Si le législateur a consenti des efforts en initiant, notamment, l’obligation des quotas s’agissant de la représentation politique, les verrous consacrés par le code de la famille se posent encore comme un obstacle à l’égalité entre les deux sexes. La société en général reste, par ailleurs, peu réceptive à l’exigence du changement des mentalités.

Article El Watan du 9 mars

Le film « Bons baisers de Moruroa » obtient un Prix spécial au Festival Fespaco de Ouagadougou

« Bons baisers de Moruroa » évoque la fierté des vétérans et leur ignorance d’alors, ainsi que la réalité qui a suivi : cancers, fausses couches, malformations des enfants, maladies induites qui touchent la descendance, etc. Florence Bourel et André Potin témoignent avec dignité et montrent à quel point tous avaient ignoré ou minimisé les risques. Une remise en cause de la hiérarchie militaire… Dans cette « bombe » cinématographique, Larbi Benchiha s’interroge sur les impacts sanitaires réels sur les personnes présentes lorsque ces tirs ont été effectués (17 essais, dont 4 aériens, dans le désert algérien, de 1960 à 1966, puis 193 essais, dont 46 aériens, à Moruroa et Fangataufa, de 1966 à 1996). Le réalisateur franco-algérien a rencontré les cofondateurs de l’association Moruroa e Tatou : Bruno Barrillot (délégué pour le suivi des conséquences des essais nucléaires), John Taroanui Doom (notamment interprète du ministre de la France d’Outre-mer, Pierre Billotte) et Roland Oldham (président de l’association Moruroa e Tatou). Les témoignages et les rapports scientifiques sont sans appel…

Vous pouvez lire ici cet article de Tahiti-Info dans son intégralité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.