Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre

Accueil > Vie de l’association > « Maurice Audin, la disparition » a été présenté le 26 janvier à (...)

« Maurice Audin, la disparition » a été présenté le 26 janvier à Paris

Date de publication jeudi 27 janvier 2011

Le film de François Demerliac a été présenté le 26 janvier dans l’auditorium de l’Hôtel de Ville, dans le cadre du cycle « Ciné-Histoire », en présence de Josette Audin et de ses enfants.

Dans Maurice Audin, la disparition , le réalisateur souligne une fois de plus la responsabilité de l’armée française dans ce crime que les autorités continuent à cacher.

Henri Alleg, présent dans la salle, est le dernier à avoir aperçu son ami avant sa disparition. Il redit dans quel état était Maurice après son interrogatoire, lorsque pour la dernière fois ils se sont croisés dans les locaux de la police. Lui-même a dû subir par la suite les mêmes tortures.

Jean Lacouture
, correspondant de presse au Caire dès le début des « évènements » d’Algérie, restitue le contexte politique de cette période, et évoque l’état d’esprit des premiers résistants algériens qu’il a pu rencontrer.

Gérard Tronel, secrétaire de l’association Maurice Audin, conclut en lançant un nouvel appel aux personnes et aux institutions qui pourraient apporter des éléments propres à établir enfin la vérité sur les circonstances de ce crime.

François Demerliac remercie chaleureusement la 4acg pour sa participation et en profite pour présenter au public les objectifs et les moyens d’action qui sont les nôtres.

A noter : la remise du « Prix de mathématiques Maurice Audin », qui récompense de jeunes mathématiciens algériens et français, aura lieu cette année le mardi 8 mars, à 14 h. à l’Hôtel de Ville de Paris.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.